5 raisons qui expliquent le refus à une offre d’emploi

echec

Même si le taux de chômage ne va vraisemblablement pas diminuer dans les prochains mois, rien n’oblige un candidat d’accepter une offre d’emploi.

« Je vous remercie de l’intérêt que vous portez à ma candidature, mais… » D’habitude, ce début de phrase concerne plutôt les malheureux candidats qui n’ont pas réussi à convaincre l’entreprise. Mais l’inverse arrive également. Parfois ce sont les candidats eux-mêmes qui refusent une offre d’emploi. Malheureusement pour les entrepreneurs, ce sont souvent les meilleurs qui agissent de la sorte.

Voici cinq raisons qui peuvent donner envie à un candidat de refuser une offre d’emploi.

1 Le salaire n’y est pas

Malgré toute la bonne volonté du monde, le candidat fixe son choix en fonction du salaire proposé. Un chiffre qui ne tombe pas du milieu du ciel : études, nombres d’années d’expérience, grille de salaire en cours.

Si l’entrepreneur ne les prend pas en compte, peu de chances qu’un bon candidat accepte l’offre finale.

2 Six mois pour prendre une décision

Si l’entreprise cherche le candidat idéal, l’inverse est aussi vrai. Or, une structure incapable de mettre en place un processus de recrutement rapide et efficace ne peut obtenir le candidat idéal. Ce n’est pas possible.

Comme pour un client, le candidat doit être valorisé. Si l’entrepreneur dédaigne donner une réponse rapide, comment imagine-t-il être perçu par les postulants ? La séduction se fait dans les deux sens.

3 Une culture d’entreprise des années 80

À l’heure du « management horizontal », fait de consensus et d’esprit d’équipe, les entreprises très hiérarchisées peuvent être un repoussoir pour les jeunes, plus connus sous le nom de génération Y.

Et pour soigner son image, il n’y a pas de secret. Il faut être à la mode sur le web.

4 Une entreprise à la réputation sulfureuse

Le web, cet univers impitoyable, où un commentaire négatif suffit pour susciter un bad buzz à réaction. D’où l’importance de la présence des recruteurs sur les réseaux sociaux.

Aujourd’hui une entreprise ne peut plus se permettre de ne pas avoir d’outils de veille sur internet et les réseaux sociaux.

5 Le candidat a une mauvaise impression du recruteur

Dans les relations humaines, l’instinct prend le pas sur le reste. Comment pourrait-il d’ailleurs en être autrement ? L’enjeu est double : trouver la personne adéquate au poste demandé, mais aussi une personne qui s’accorde aux valeurs de l’entreprise.

Et là, aucun conseil ne peut être donné au recruteur, si ce n’est d’être courtois et de bonne humeur lors de l’entretien.

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

1 Commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux