Business en ligne : 3 réalités que les entrepreneurs ne connaissent pas

Monter une startup en ligne est maintenant à la mode. Mais, si le job de startupper donne envie, il existe des contraintes que peu d’entre eux connaissent quand ils se lancent dans l’aventure.

Les business en ligne sont à la mode. Comment pourrait-il en être autrement ? Airbnb, Uber, Blablacar : avec chacune une idée simple, ces trois entreprises ont révolutionné leur marché et, par la même occasion, généré plusieurs dizaines de milliards d’euros de chiffres d’affaires.  Le rêve pour tout entrepreneur. Mais, l’appât du gain ne doit pas faire oublier que la route est longue avant d’espérer voir les fruits de son travail.

Retour sur ces réalités que l’on oublie un peu trop souvent sur les business en ligne.

La phase de décollage prend énormément de temps

Trop d’entrepreneurs pensent qu’il suffit d’une bonne idée pour lancer son business. Or, cela ne suffit pas. Beaucoup de personnes lancent de bonnes idées et, pourtant, ils n’arrivent pas cependant à en faire des business solides.

En vérité, l’idée brute représente 1% de ce dont une entreprise a besoin pour sortir de terre. Il faut une étude de marché, des compétences, de l’argent, un réseau et, à n’en pas douter, un entrepreneur de talent.

Sans lui (ou elle), la startup ne franchira jamais les obstacles en phase de création : problèmes techniques, désintérêt des cibles commerciales, solitude, etc. Les startuppers n’imaginent pas toujours la quantité de travail à déployer avant d’être reconnus.

 

Votre planning sera toujours difficile à tenir

Il n’est pas plus facile de s’organiser quand on est son propre patron. C’est même le contraire. Les contraintes sont immenses, bien plus grandes que lorsque l’on est salarié : administratif, banquiers, dossiers à remplir pour obtenir des financements. Sans parler de toutes les personnes à rencontrer pour faire avancer votre projet.

D’autant que plus personne n’est là pour vous dire les priorités. Vous êtes le patron. Plus personne ne prend les responsabilités à votre place. C’est la raison pour laquelle, ils travaillent si tard, tout du moins au début. Il faut apprendre à connaître ce nouveau rythme de travail.

Surtout que les marchés sur le net évoluent à une vitesse faramineuse. À ne pas tenir ses délais, le startupper risque d’être dépassé avant même de se lancer. Énormément de porteurs de projet échouent à cause de ce paramètre.

Avoir une entreprise « online » vous oblige à être tout le temps connecté

Grâce au net, un entrepreneur peut diriger son business de Maubeuge ou de Los Angeles. À lui de choisir. Mais, il existe un revers de médaille :  plus jamais le startupper ne sera tranquille. Il devra tous les jours rester en veille. Sans cela, il risque de passer à côté d’une information de taille : un bug informatique, un retour client négatif, etc.

Vous ne pourrez plus jamais vous couper à 100% de votre travail.

Tancrède Blondé 

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

3 Commentaires
  1. J’aime beaucoup cet article car vous ne parlez pas d’inconvénients mais de réalités. Ce sont des paramètres à prendre en compte, des activités qui vont prendre du temps, mais qui ne remettront pas en cause un projet ! Très intéressant !

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux