Le Collectionist vient de lever 2 millions d’euros

Le Collectionist propose une plateforme de mise en relation entre des propriétaires de demeures luxueuses et des clients fortunés. La jeune startup française lève 2 millions d’euros pour accélérer sa croissance et se développer à l’international.

Une levée de fonds de deux millions d’euros. C’est ce qu’a bouclé Le Collectionist auprès de fonds d’investissement tels que XAnge Private Equity et Partech Ventures. Des business angels comme Dominique Vidal et Frédéric Halley ont aussi participé. Ce dernier a loué l’avènement d’une deuxième vague de l’économie collaborative, dont Le Collectionist fait partie.

Cette startup française propose une plateforme de location saisonnière de propriétés de luxe. Elle garantit le standing de la demeure et le niveau de services disponibles. Avec cette levée de fonds, Le Collectionist veut accélérer sa croissance. La société va investir dans sa plateforme technologique, développer ses actions marketing et poursuivre son développement à l’international. Elle affiche un objectif de 10 millions d’euros de financement pour les deux années à venir.

Un concept qui séduit les étrangers

Le Collectionist offre près de 1 200 demeures luxueuses à louer, certaines ne sont pas affichées sur le site pour des raisons de confidentialité. Fondée en 2013 par Max Aniort, Eliott Cohen-Skalli et Olivier Cahané, la startup jouit d’un positionnement unique sur le marché de la location de luxe. Toutefois cette opulence a un prix, il faut compter entre 7500 et 10 000 euros la semaine à Deauville par exemple.

Du côté des propriétaires, pas d’inquiétude. Le Collectionist ne loue le bien qu’à des clients sûrs. La clientèle est en majorité composée de familles dont les parents travaillent souvent dans la finance. 80% des clients viennent de l’étranger. Anglais, Américains et Russes raffolent de ce nouveau concept. Le Collectionist n’est cependant pas seul sur le marché. L’entreprise se positionne sur un secteur convoité par d’autres acteurs comme Airbnb, qui référence aussi des biens de luxe, ou encore le Britannique Onefinestay.

@Thomas Romanacce

2 Commentaires

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux