Entrepreneur : ces phrases qui en réalité veulent dire le contraire

Il existe des expressions de la vie de tous les jours qui s’avèrent être de faux-amis. Faites attention à ne pas vous faire avoir.

« J’adore ce que vous faites ». Certains le pensent quand ils vous le disent, d’autres non. Ce n’est pas qu’ils sont hypocrites. Mais, ils ne viendraient jamais à l’idée de faire « perdre la face » à quelqu’un. Quitte à perdre du temps. Voici cinq expressions qui devraient vous aider à ne pas en perdre.

« Ça a l’air super. Je vous rappelle »

Un classique. De peur d’être trop frontal, on préfère remettre à plus tard une réponse que l’on sait négative. Si une dizaine de personnes vous rétorque cela sans jamais vous rappeler, il est peut-être temps de se remettre en question. Notez que l’utilisation du « on » est une manière de se dédouaner si personne ne vous a rappelé. « J’ai dis que ON vous rappelait ».

Bien des variantes ont été inventées depuis pour exprimer cette même idée : « cool ! On vous rappelle », « c’est une bonne idée. J’en parle et on vous rappelle », « j’en parle autour de moi et on vous dit après ».

« Non, non, c’est bon ! »

Exprimée de manière sèche ou pas, cette phrase n’est jamais bon signe pour l’avenir. Compagnon ou prospect, ils veulent dire la même chose :  « non, ça ne va pas du tout. Mais, je ne veux pas en parler donc je me tais… même si je n’oublie pas ».

Vous pouvez essayer d’insister pour savoir ce qu’il en est. Mais, ne perdez pas trop de temps dessus. Si votre interlocuteur ne veut pas s’ouvrir, soyez assuré qu’il ou elle ne le fera pas.

« Ce n’est pas une question d’argent »

Si, ça l’est. Comment cela ne pourrait-il pas l’être ? Sinon, votre interlocuteur ne vous en parlerait pas. C’est juste qu’il est mal à l’aise à l’idée d’aborder une problématique matérielle. Peut-être n’est-il pas certain d’avoir compris ce qui lui a été présenté ?

Pour éviter des malentendus, l’entrepreneur a intérêt à clarifier le point soulevé. Dites-le d’une manière différente pour éviter de paraître arrogant. Certains prospects ne supportent pas d’être pris à défaut.

« Je pense à voix haute »

Mon œil ! À moins que vous soyez en négociation avec un très vieux copain, vous pouvez être certain que la personne a déjà préparé son coup. Mais, il préfère montrer son côté spontané. C’est tellement plus cool de passer pour quelqu’un de créatif.

Sinon, votre interlocuteur lance un ballon d’essai. Autrement dit, il teste une idée qu’il n’est pas encore prêt à assumer.

« Laissez-moi voir ce que je peux faire »

En termes plus crus, cela veut plutôt dire :  « je n’ai pas le pouvoir ou je n’ai pas envie de satisfaire ta demande ». Mais au moins, vous pouvez prétendre avoir essayé.

« Sauf erreur de ma part »

C’est une manière souple de vous dire : « vous avez fait une erreur, mais je n’ai pas envie de vous mettre le nez dedans. En revanche, ne recommencez pas. »

C’est aussi une manière de dire qu’il a vraiment réfléchi au problème et qu’il ne voit pas de solution. Quoi qu’il en soit, il est tout de même persuadé que le problème vient de votre côté.

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

3 Commentaires

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux