The Galion Project crée un document pour cadrer les levées de fonds

The Galion Project créé par le CEO de Critéo, Jean-Baptiste Rudelle, publie un premier document de travail pour encadrer les levées de fonds.

Le French Tech est sur tous les fronts. Le think tank, The Galion Project, vient de publier un contrat type pour aider les entrepreneurs dans leur première levée de fonds. Créé par le fondateur de Critéo, Jean-Baptiste Rudelle, lui-même co-responsable du lancement du label French Tech, l’entrepreneur a voulu soutenir les entrepreneurs, souvent mal préparés au rude univers des investisseurs professionnels.

L’ambition de Jean-Baptiste Rudelle avec ce « term sheet » est de rééquilibrer les rapports entre investisseurs et entrepreneurs. « Pour la 1re fois une soixantaine d’entrepreneurs expérimentés ont collectivement travaillé pour guider les fondateurs dirigeants dans la rédaction du document pour leur 1er tour de financement avec des investisseurs professionnels en capital risque (series A) », comme l’indique The Galion Project dans une lettre d’intention.

Attention au pacte d’actionnaire et à la liquidation préférentielle

Dans ce document, le think tank conseille de créer un pacte d’actionnaire en anglais. Il ne s’agit pas de faire de l’américanophilie, mais de se faciliter la tâche en cas de levée de fonds sur le territoire américain. Attention donc à bien définir les noms des fondateurs et de choisir la SA comme statut de société. En revanche, The Galion Project explique que les entrepreneurs ont intérêt à être vigilants sur les termes de la « liquidation préférentielle ». Entre la part touchée à la vente et le capital détenu, la différence peut « interpeller ».

Attention également au droit de préemption qui décide de l’entrée ou non de nouveaux actionnaires dans le capital. Des mesures qui vont probablement raidir le monde des investisseurs professionnels. Mais, The Galion Project ne prétend pas détenir la vérité éternelle. Le think tank laisse toujours aux entrepreneurs le choix de leur stratégie. On agit pas de la même façon aux États-Unis qu’en France, Angleterre ou en Allemagne.

The Galion Project est déjà en train de travailler sur d’autres documents de simplification et de standardisation, notamment la croissance d’une startup aux États-Unis. Les entrepreneurs planchent également sur guide de bonnes pratiques pour apprendre à bien intégrer la génération. Pas facile, mais salutaire.

@TancredeBlonde

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

1 Commentaire
  1. OK pour le Term Sheet ou Galion project…mais si mon projet est de racheter une ETI (sans apport personnel mais avec un audit + business plan en béton) via un LBO, comment je fais pour la levée de fonds ou emprunt ?

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux