Le mythe du business model à la performance

Stéphane Degonde, chroniqueur et entrepreneur, se penche aujourd’hui sur la question du business model « à la performance ».

Le principe du modèle

Il s’agit ici d’un accord entre le client et le prestataire. Le service du prestataire est rémunéré uniquement si le client rencontre un succès avec son offre. Le pari est donc très risqué car, comme l’explique notre chroniqueur, un client qui ne paye pas, n’est pas un client engagé. Or, le prestataire à tout intérêt à ce que son client fasse tout pour s’engager.

Les controverses du modèle

Le cas échéant, si l’entreprise cliente gagne beaucoup d’argent grâce aux services du prestataires, elle aura tout intérêt à changer les termes du contrat pour le payer moins cher qu’avec un modèle « à la performance ». Ce modèle est naturellement très bien rémunéré, étant donnée la prise de risques.

Enfin, ce modèle « à la performance » peut déplaire à plus d’un puisqu’il va à l’encontre de ce vers quoi se tourne l’entrepreneuriat : l’indépendance. Ici, le prestataire est totalement dépendant de l’activité de ses clients.

Stephane Degonde

Stephane Degonde

Stéphane Degonde a créé et dirigé CincoSenso, pendant 5 ans, occupé, pendant plus de dix ans, diverses responsabilités chez PwC et IBM Global Services. Il est l'auteur du livre "J'ose entreprendre ! Créer et diriger son entreprise : 100 risques à éviter pour réussir", paru le 15 janvier 2015 (Le Passeur Editeur).

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux