Les 6 étapes pour bien démarcher sur Linkedin (infographie)

Au fil des années, Linkedin est devenu le support idéal pour démarrer sa campagne de « social selling ». Cette infographie vous donne toutes les clés.

Le social selling a de l’avenir. Avec ses 347 millions de membres, Linkedin est devenu la plus grande base de données mondiale de professionnels. Le réseau social a d’ailleurs lancé Sales Navigator, un logiciel Saas pour aider les commerciaux à finaliser leurs ventes.

Mais comment s’y prendre ? Pour aider les entreprises à maximiser leurs ventes, Linkedin a publié une infographie sur le sujet. En six étapes, le réseau social donne aux professionnels la méthodologie idéale pour lancer une campagne de social selling.

Tout démarre par la qualité du profil de l’utilisateur. « Votre profil Linkedin n’est pas votre CV, mais votre e-réputation. Utilisez-le pour montrer ce que vous apportez de plus au client », explique l’infographie. Gardez à l’esprit que la moitié des acheteurs choisissent leurs vendeurs en fonction de leur profil Linkedin.

La qualité de son réseau est évidemment ce qui sépare les bons des mauvais vendeurs sur Linkedin. « Notre recherche révèle que 92% des acheteurs B2B vont s’engager avec des vendeurs considérés comme des leaders d’opinion sur son marché », indique l’infographie.

Pour devenir un expert en social selling, nous vous invitons à étudier de près cette infographie.

1425940066-social-info

 

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

2 Commentaires
  1. Linkedin est un très bon outil pour développer son réseau et obtenir de nouveaux leads, en particulier lorsque vos conseils sont appliqués.

    En revanche, la politique d’offre de Linkedin manque parfois de clarté et de transparence, en particulier, en ce qui concerne les mises en relation (envoi d’invitations à rejoindre le réseau d’un profil). Linkedin précise en effet, sur sa plateforme, de ne pas envoyer d’invitations à des profils que l’on ne connait pas, ce qui est une hérésie pour un réseau professionnel, en particulier lorsque l’on sait que beaucoup de profils sur Linkedin sont personnels et enregistrés avec une adresse email personnelle. De fait, même lorsqu’il s’agit d’un profil connu, il n’est pas certain que son adresse email personnelle, elle, soit connue, puisque par définition, il s’agit d’un contact professionnel (Linkedin n’est pas Facebook !).

    Dans ce contexte, l’envoi d’invitations sans connaître l’adresse email du contact est une pratique courante, bien connue, et tolérée par Linkedin. Une certaine hypocrisie est ainsi de mise dans l’usage de cette option. Une tolérance qui a toutefois ses limites puisque certains profils se voient parfois purement et simplement « sanctionner » pour abus d’envois d’invitations sans adresse email connue. L’option d’envoi de mises en relation sans adresse email est alors bloquée sur le compte « délinquant ». Et les échanges avec le service client, lorsque la délinquance est jugée sévère, n’y changent rien, la punition est tombée, qu’il en soit ainsi !

    Or, cette pratique de Linkedin est quelque peu discriminante. Ce blocage est en effet parfois sans limite de délai et sa justification quelque peu moraliste se présente sous une forme de « punition » qui est tout sauf commerciale.

    En effet, au lieu d’établir une politique claire basée sur une limitation du nombre de demandes avec et/ou sans emails (limitations mensuelles qui pourraient être corrélées aux forfaits Premium par exemple), Linkedin décide, de façon totalement arbitraire, de bloquer l’usage des mises en relations sans adresse email pour des comptes qui auraient dépassé des limites que le réseau professionnel est seul à connaître.

    Quid enfin, de la validité des contrats qui lient Linkedin à ces clients lorsqu’ils ont souscrit un compte Premium et que ce dernier offre (comme tous les forfaits Premium) un certain nombre de mises en relation par mois ?
    Ce client de Linkedin ne pourra en effet bénéficier de cette option (option au coeur du développement d’un réseau professionnelle !) que s’il connait l’adresse email personnelle (adresse souvent renseignée sur les comptes Linkedin) des profils professionnels qu’il souhaite inviter à rejoindre son réseau.

    Il semble donc important que Linkedin, pour accélérer son développement en Europe, apprenne à passer d’une conception parfois morale, à une logique de relation purement contractuelle et commerciale avec ses clients. Or cette amélioration de la relation client devra reposer sur une plus grande clarté et surtout une plus grande transparence de la politique d’offre du réseau professionnel.

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux