Les signes que vous avez un manager toxique dans votre entreprise

Les managers toxiques sont une plaie pour la productivité de l’entreprise. Apprenez à les reconnaître.

Visages fermés. Regards fuyants. Silence assourdissant. L’ambiance est lourde en ce moment au bureau. Mais, personne ne veut dire pourquoi. Jusqu’à ce que l’un des employés avoue, à demi-mot, que les « relations ne sont pas toujours simples avec Régis* », le responsable marketing. Nouveau venu, il est là pour aider l’entreprise à franchir un nouveau palier. Mais, voilà, tout ne se passe pas comme il le souhaiterait.

Du coup, il impose sa volonté et passe pour un dictateur aux yeux de son équipe. La motivation dégringole. Pire, des envies d’ailleurs se font soudainement sentir. Pas étonnant. D’après une récente étude d’Accenture, « ne pas aimer son patron » est pour 31% des personnes interrogées un motif de démission valable.

Alors, certes Régis n’est pas incompétent, mais son action plombe les résultats de la société. Il est toxique. Avant que cela ne soit trop tard, nous invitons donc les entrepreneurs à vérifier s’ils n’ont pas une personne de ce type dans leur effectif. Et si c’est eux, la personne toxique ? Alors, il est temps de changer de comportement.

Voici les trois signes qui ne trompent pas

Personne ne veut travailler avec lui

Cassant, désagréable, autoritaire, il fait le vide autour de lui. On le fuit comme la peste, lui, mais aussi ses équipes. Logique. Il ne fait pas que les diriger. Il transmet. « Je me souviens d’un chef qui mettait la paranoïa au centre de son management. En clair, tous ceux qui ne sont pas avec nous, sont contre nous », se souvient un salarié devenu aujourd’hui entrepreneur. Résultat, « l’atmosphère était irrespirable ».

Il n’a jamais, mais alors jamais tort

Le responsable toxique pour l’entreprise respire l’orgueil. Il est à lui tout seul le péché capital. Persuadé de son génie, il ne demande d’ailleurs jamais ou presque l’avis de ses collaborateurs. Pire, les erreurs viennent toujours des « autres » : collaborateur, client, fournisseur, etc. L’empathie ? Ce n’est pas son truc.

Il est inaccessible

Attention, les managers toxiques ne sont pas forcément des abominables personnes. Ce serait trop simple. En revanche, ils possèdent tous le même défaut : ils ne savent pas communiquer. Englués toute la journée, ils ne répondent jamais aux mails, ou si peu. «  Dans les bons jours, j’arrivais à avoir une à deux réponses de mes mails écris dans la journée », se rappelle ce même entrepreneur. Les autres jours, il ne faut même pas y compter.

De toute façon, la communication ne sert à rien. « Je décide, il s’exécute », pense-t-il. Bah oui, il n’a jamais tort.

Il fait du favoritisme, une stratégie de management

Tout le monde a ses têtes. Mais, le manager toxique pousse le jeu plus loin. Il le ou la met en avant, lui attribue des promotions sans raison. A ses yeux, l’important est d’avoir quelqu’un de totalement « loyal ». Comprenez, à sa disposition.

Au final ce type de manager coûte très cher à l’entreprise. D’après une étude de Gallup, un manager ou un patron toxique coûte aux États-Unis entre 450 et 550 milliards de dollars par an. Un chiffre qui ne devrait pas être moins important en France. C’est certain.

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux