Les patrons de TPE ont du mal à faire confiance aux jeunes

jeunes-colere

Si la majorité des entreprises sont prêtes à donner des responsabilités aux jeunes de moins de 25 ans, les dirigeants de TPE ont eux toujours du mal à avoir confiance dans leurs capacités.

Mettre le pied à l’étrier. Entre la volonté et la réalité, il y a parfois un gouffre. D’après le baromètre Apprentis Auteuil, à peine 40% des chefs d’entreprise affirment avoir recruté un employé de moins de 25 ans au cours des 12 derniers mois. C’est peu ! Surtout au regard de la confiance qu’ils disent accorder aux jeunes. En effet, selon 9 entrepreneurs sur 10, donner une chance d’évolution aux jeunes appartient aux valeurs fondamentales de l’entreprise.

Dans le détail, les entreprises de moins de 50 salariés sont les moins emballés à l’idée de confier des responsabilités à des jeunes. Pire, près de la moitié des dirigeants de TPE (moins de 10 salariés) se disent prêts à confier une problématique de ressources humaines à un jeune collaborateur. Une frilosité que l’on retrouve dès qu’il s’agit un dossier ayant un fort impact sur l’entreprise. Une peur que l’on retrouve moins chez les dirigeants d’entreprise de plus de 250 collaborateurs.

 L’avenir des jeunes se joue dans les PME

Dommage, car aux yeux d’un sondé sur trois, un jeune de moins de 25 ans est plus facile à manager qu’un salarié plus âgé. Par ailleurs, qu’il soit attribué à un jeune ou non, un poste à responsabilité présente les mêmes risques pour l’entreprise. Toujours selon l’étude, c’est d’ailleurs les qualités et la personnalité du candidat qui représentent les critères les plus rassurants pour les recruteurs. Et ce, devant l’expérience professionnelle ou les diplômes.

Plus largement, ce sont les dirigeants d’entreprises de 50 à 249 salariés qui font le plus confiance aux jeunes. 90% d’entre eux les enverraient sans aucune peu représetner l’entreprise lors de salons, forums, ou autres événements. Les grandes entreprises, elles, ont tendance à privilégier un peu plus l’ancienneté et la hiérarchie.

Autrement dit, pour le jeunes la réponse est clair : leur avenir se joue dans les grandes PME.

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

1 Commentaire
  1. C’est normal, les jeunes ne sont pas non plus motivés pour aller travailler dans une TPE, les médias leurs « vendent » des rêves de grandeur et de possibilité d’évolution, ce qui n’est pas possible dans une tpe, de par leur petites tailles il n’est pas souvent possible d’évoluer sans changer d’entreprise. Et cela se ressent fortement losqu’on à un jeune en entretien d’embauche. Pour ma part j’ai embauché une dame de 43 ans et j’en suis super content, elle a compris la qualité de vie qu’elle gagnait à être dans une tpe « sympa » ( enfin je pense ) , pas de grogne, des arrangements à l’amiable quand il faut aller chercher les enfants à l’école ou autre, et ça peu d’entreprises l’offrent ;).

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux