A Libération : libérez-nous de vos préjugés !

Dans sa une d’aujourd’hui, le quotidien Libération s’en prend à Bernard Arnault, patron français à la tête du groupe de luxe LVMH, et qui a demandé la nationalité belge. En titrant « casse-toi riche con !», on nous prouve une énième fois le désamour, voire la haine envers les entrepreneurs.

 liberation couverture bernard arnault

Dans son édition de ce matin, le journal Libération s’en prend au patron français Bernard Arnault pour avoir demandé la nationalité belge. D’après le quotidien, cette demande de nationalité a été faite pour échapper à la taxe 75% pour les grandes fortunes, promesse de campagne du Président François Hollande. Si Bernard Arnault affirme qu’il resterait fiscalement domicilié en France, cela ne semble pas convaincre certains dirigeants politiques. « Manquement de patriotisme » pour les uns, « décision inadmissible et honteuse » pour les autres. Pourtant, ne serait-il pas plus judicieux de se poser les bonnes questions :

Combien de personnes emploient son groupe ?

Combien de sous-traitants / fournisseurs  travaillent pour le groupe ?

Combien d’employés travaillent pour ces sous-traitant/fournisseurs ?

Quel est le rayonnement des marques du groupe partout dans le monde ?

Quel impact ce titre peut-il avoir sur l’envie des entrepreneurs et des futurs créateurs d’emplois ?

Et pour donner des éléments de réponses, le groupe LVMH emploie environ 20 000 personnes en France, participe à la création ou au maintien de dizaines de milliers d’autres via les sous-traitants… et donc des dizaines de millions d’euros en terme d’impôts récoltés par l’État. Sans parler des investissements réalisés en France (voir le sujet de Challenges).

Faire confiance aux entrepreneurs

Cette affaire révèle un malaise plus profond que le changement de nationalité d’un homme. En effet, notre pays éprouve encore des difficultés à accepter que des personnes gagnent de l’argent, beaucoup d’argent. Mais cette une de Libération ne s’en prend pas seulement à Bernard Arnault… Elle s’en prend à tous les entrepreneurs qui rêvent aujourd’hui de créer des emplois, de remettre le pays sur le chemin de la croissance, de s’enrichir aussi ! D’ailleurs, pour éviter ce genre de retour de bâtons, certains entrepreneurs quittent la France au tout début de leur carrière et partent créer leur entreprise à l’étranger.

La question qu’il revient donc se poser est de savoir ce que l’on fait pour garder nos entrepreneurs, créateurs de richesses et d’emplois sur le sol français. Quelle entreprise, Libération y compris, ne cherche pas à garder ses meilleurs éléments au sein de sa structure ? Ne faudrait-il pas que la France cherche à garder ses meilleurs éléments et parmi eux ses entrepreneurs en leur permettant de créer plus d’emplois ?

Peut-être serait-il temps de faire confiance à nos entrepreneurs pour rester en France en les soutenant plutôt qu’en les insultant !

 

Mustafa Curlu

Mustafa Curlu

Mustafa Curlu

Rédacteur

Responsable éditorial de Widoobiz, Mustafa Curlu s’intéresse à tous les sujets de l’entrepreneuriat. De la politique à l’économie en passant par l’innovation ou encore la vie d’entreprise, il vous propose un regard d’entrepreneur.

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux