Absentéisme : le top 10 des plus mauvaises excuses

Avec le printemps qui va (on l’espère) pointer le bout de son nez, certains de vos employés pourraient très bien avoir l’envie de passer un week-end prolongé.

Le top 10 des plus mauvaises excuses pour justifier ses absences

C’est bien connu : les entrepreneurs cherchent des personnes créatives. Problème, les salariés l’utilisent parfois à des fins beaucoup mois avouables : retards, sorties inopinées, absences répétées. Alors bien entendu, on retrouve les excuses classiques : « j’ai mangé un truc qui ne passe pas », « le petit est malade », « c’est la faute à la RATP ». Et il y a les autres. Petit florilège de motifs entendus au fil des discussions avec de multiples entrepreneurs.

1. « J’étais au chevet d’un proche pendant tout le week-end à l’hôpital »

Normalement le mail arrive le lundi matin pour justifier le prochain retard d’une heure. Bien entendu, vous n’imaginez pas que la personne ait pu vous mentir. On ne joue pas avec ces choses-là. Alors, vous prenez des nouvelles. Heureusement, ça va mieux.

Son erreur : Bizarrement, il ou elle est vraiment trop de bonne humeur lors de cette journée de deuil. Peu ou pas d’appel de la famille. Et puis bizarrement… ça vous rappelle ce mail de l’année dernière. C’est comme si… c’était la même personne, le même mail. Mot pour mot. Il ne manque plus que le « TR » dans l’objet, simplement transféré.

2. « Y’a des retards sur la ligne 7 bis ! »

En dehors du fait qu’il habite sur une ligne « épisodique » (un métro tous les 3 jours), le site indique un « trafic normal sur l’ensemble des lignes RATP ».

« Mais si je t’assure (on se tutoie dans une start-up), y’avait du retard ». Ah bon… Passé 34 retards, conseillez-lui de déménager s’il ne veut pas perdre son job

3. « La neige a tout bloqué sur la ligne ! »

Problème… on est en mai !

4. « J’ai marché sur un clou »

Ah l’accident bête. Vous en êtes désolé pour lui ou elle. À côté de ça, vous doutez qu’il faille trois jours pour se le faire retirer. Enfin, peut-être que vous exagérez.

5. « Mon chien a mangé mon pass Navigo »

Et il vit toujours ? Bah apparemment oui. Tout va bien… D’autant plus étonnant que c’est un Jack Russel. Bon, vous n’êtes pas un spécialiste de l’anatomie animale, mais tout de même, comme on dit chez les jésuites « quelque chose cloche »

6. « On m’a volé mon pneu »

Alors ça, c’est pas sympa pour votre salarié. Et d’ailleurs pourquoi un seul pneu. Encore un complot ?

En revanche, on se demande combien les « malfaiteurs » pourront tirer de ce pneu de Twingo sur le marché noir.

7. « Je crois que j’ai trop fêté l’enterrement de vie de garçon d’un copain »

Le ou la connaissant, c’est probablement vrai. Est-ce pour autant une raison suffisante pour rater une réunion ultra-importante qu’il devait animer. Non, pas vraiment…

8. « J’ai été bouleversé par l’élimination du PSG… »

Vous seriez presque compatissant si vous ne saviez pas de source sûre qu’il supporte l’OM depuis son plus jeune âge.

9. « Comment ça, je suis plus en vacances ?? »

Bah non, tu devais reprendre hier…

10. « Un oiseau m’a mordu »

Alors d’accord, on la reprend du site d’emploi Américain CareerBuilder. Elle reste notre préférée.

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

1 Commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux