Bruce Willis, au secours d’une PME française

L’américain, premier actionnaire et créancier du groupe Belvédère, est bien décidé à sauver l’entreprise française de vins et spiritueux.

Bruce Willis
L'acteur américain ne compte pas laisser tomber la PME française.

« Je soutiens le plan de restructuration. Belvédère est une entreprise solide. » L’acteur américain serait-il devenu un businessman engagé ? Plus connu pour ses rôles de héros au cinéma, l’acteur semble prêt à endosser un nouveau rôle. Lequel ? A priori, celui d’investisseur. En effet, depuis 2009, Bruce Willis détient 3% du capital du groupe Belvédère, entreprise de vins et d’alcool. Située en France, elle compte plus de 3500 salariés.

Dans un entretien au Figaro, la star américaine a rassuré les salariés de l’entreprise : « l’idée qu’elle puisse être liquidée me parait fantaisiste. Cela mettrait trop d’emplois en danger ». Selon lui, le plan de sauvetage est « le seul choix qui ait du sens. » S’investir personnellement était donc naturel.

Belvédère cumule près de 500 millions d’euros de dettes

Placé en redressement judiciaire depuis mars 2012, le sort de l’entreprise bourguignonne se jouera lors de l’assemblée générale du 12 février. Trouver un accord commun est nécessaire pour la mise en œuvre d’un plan de restructuration communiqué en août dernier.

Ce plan, qui a déjà obtenu l’aval des créanciers majoritaires, vise à éponger une dette de plus de 500 millions d’euros. L’acteur ne sera pas présent lors de l’assemblée générale, promotion de Die Hard : une belle journée pour mourir oblige. Après le monde, Bruce Willis sauvera-t-il la PME française ? L’avenir nous le dira.

 Sarah Cohen

Sarah Cohen

Rédactrice

1 Commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux