Comment choisir le vin lors d’un déjeuner d’affaires ?

Que vous soyez expert, amateur ou néophyte, le vin jalonnera votre vie d’entrepreneur. Mieux vaut, dès lors, en savoir un minimum. Ne serait-ce que pour les repas d’affaires. Il suffit de tellement peu de choses pour qu’une affaire se réalise ou non. Cas pratique.

 vin déjeuner d'affaires chef d'entreprise

Quatre mois que vous lui tournez autour ! Ce prospect, vous le voulez dans votre clientèle. Mais, en amour comme en affaires, le temps est une variable à prendre en compte. Or, cette fois-ci c’est sûr, il est intéressé. La preuve, un déjeuner d’affaires est prévu. Problème, ayant vous-même choisi le restaurant, le choix du vin sera probablement à votre charge. Évidemment, vous n’avez aucune idée de la façon dont cela doit se passer. Bref, le stress monte.

N’ayez crainte, choisir le vin à un déjeuner d’affaires n’équivaut pas à démarrer à une séance de dégustation. Seulement, il faut avoir une première idée de son budget. C’est un repas d’affaires, pas une soirée mondaine. D’autant que si un sommelier travaille dans le restaurant, prenez-garde à ce qu’il ne vous pousse pas à la consommation. Il reste un vendeur, avant d’être un esthète des papilles.

Chair rouge, vin rouge ; chair blanche, vin blanc

Voici venue donc le moment du choix. Expliquez au sommelier ou au serveur, ce que vous allez manger. Vous lui indiquerez les gammes de vins que vous souhaitez, en gardant le doigt sur la carte. Petite astuce qui vous permettra de ne pas évoquer le prix à voix haute. Élégance et discrétion sont les maîtres mots du dirigeant d’entreprise en déjeuner d’affaires.

Quant à l’aspect gustatif, les débutants se limiteront à un principe simple : chair rouge, vin rouge ; chair blanche, vin blanc. Un axiome que les connaisseurs affineront au gré des circonstances. Concrètement, la noblesse des Bordeaux et le fruité des Bourgognes tiennent le haut du pavé en matière de réputation. Mais les prix vont avec. N’hésitez pas alors à choisir un vin du Languedoc. De très bons produits s’y trouvent, et à un très bon rapport qualité-prix.

Point trop de commentaires

Le plus dur est fait. Le chef d’entreprise n’a pas forcément ébloui son auditoire – ce n’est pas le but – mais il a su montrer comment choisir un vin. Dans la foulée, le sommelier revient avec la bouteille pour confirmer la bouteille choisie. Si ce dernier n’est pas déjà ivre mort, tout devrait concorder. Arrive alors, le moment tant attendu où il faut goûter le vin.

Encore une fois, les connaisseurs savent ce qu’il faut faire. Quant aux autres, ne vous laissez pas intimider. L’objectif ici est seulement de détecter un éventuel problème dans le vin. Comment ? En relevant une odeur de bouchon en liège, un goût de vinaigre. Cas assez rares, il faut l’avouer. Abstenez-vous également de donner des impressions trop particulières : « Oh les goûts de fruits rouges écrasés sont bien plus prononcé que sur le millésime 99 ». Point trop n’en faut.

Voilà, vous êtes désormais sensibilisés au rituel de la commande de vin en déjeuner d’affaires. Ne reste plus qu’à persuader votre interlocuteur de signer chez vous.

 

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé couvre l'actualité des entreprises et des entrepreneurs. Chaque jour, il se sert de sa connaissance profonde de l'histoire, de la politique et de l'économie, afin d'informer les créateurs et dirigeants d'entreprises de manière précise, inattendue et parfois décalée.
Egalement animateur de Widooworld, Tancrède Blondé vous propose dans cette émission un tour du monde radiophonique, à la recherche des entrepreneurs français expatriés dans le reste du monde.

Lancez le premier commentaire sur cet article !