Diriger son entreprise en période de rush

rush-entreprise

Les périodes de « coup de feu » dans une entreprise obligent son dirigeant à adapter son management. La réussite de l’entreprise en dépend.

« Vous avez Charlie Hebdo ? » Devant tant d’insistance, les kiosquiers ne répondent plus que par un signe de la main indiquant le panneau : « Charlie Hebdo épuisé ». Une situation inédite qui a obligé le titre à passer d’une logistique de distribution de 60 000 exemplaires à 3 millions, voire 5 millions, en quelques jours seulement.

En dehors du cas Charlie Hebdo – aux circonstances si exceptionnelles et tragiques – les entrepreneurs peuvent également vivre des hausses soudaines d’activité : période de Noël, nouvelle commande à pourvoir en urgence, etc. Une période forcément cruciale pour l’entreprise et donc synonyme de stress pour les collaborateurs.

Évoquer différents scénarii et les mettre en situation

Le rôle de l’entrepreneur est ici crucial. « Dans une réunion courte, le dirigeant doit expliquer aux collaborateurs le contexte de l’entreprise. Son discours va permettre aux équipes de se reconcentrer sur ce qui est essentiel dans leurs différents métiers », explique l’auteur de 60 fiches pratiques pour piloter son équipe, Rémi Juët.

Une réunion d’autant plus importante qu’elle permet à l’entrepreneur «  de ne pas être tout seul », ajoute Cecile Dejoux, Maitre de conférences au Cnam et auteure du livre « Management et Leadership ». « C’est aussi l’occasion d’évoquer différents scénarii et de les mettre dans la situation de l’entreprise », ajoute l’experte. Il ne faut jamais être surpris par une situation qui aurait pu être anticipée.

D’autant plus qu’il faut prendre des décisions. Une décision mûrement réfléchie, rappelle Cécile Dejoux. « Ce n’est pas parce qu’on est dans le rush que le patron doit sauter une étape ». Par exemple, s’il faut engager un nouveau prestataire, l’entrepreneur a intérêt à prendre appui sur son réseau. « La recommandation prend toute sa force dans ces moments », rappelle l’experte.

Honorer le travail et l’investissement des collaborateurs

Quant à l’exécution des décisions, le dirigeant est condamné à faire confiance à ses collaborateurs. « Ce n’est pas maintenant qu’ils vont apprendre leur métier », rappelle Remi Juët. Mais pour les aider à prendre les bonnes décisions, le patron « doit se rendre très disponible ». La clarté de la décision est impérative pendant « les coups de feu ». Un travail que l’entrepreneur est le seul à pouvoir réaliser.

Après la tempête, le bilan. En collaboration avec ses équipes, l’entrepreneur regarde ce qui a fonctionné et les autres points à améliorer. Attention à ne pas oublier « d’honorer le travail et l’investissement des collaborateurs ». Une récompense, même symbolique, est le bienvenue. « Tout est dans le symbole », résume Cécile Dejoux. C’est lui qui donne envie aux collaborateurs de continuer à travailler pour l’entreprise.

« C’est dans l’adversité que se révèlent les vrais amis », disait Cicéron. Deux millénaires après sa disparition, sa pensée reste toujours d’actualité.

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux