E-commerce : le secteur explose mais la marge stagne

Malgré une courbe exponentielle du chiffre d’affaires pour le secteur, les grands acteurs du e-commerce ont peiné pour améliorer leur rentabilité en 2011.

e commerce marge stagnante

Tout le monde le dit : le e-commerce va bien. Et c’est vrai. Alors de quoi se plaint-on ? Seulement, d’après CCM Benchmark, les grands sites de e-commerce ont de plus en plus de mal à améliorer leur rentabilité.

Après avoir interrogé 60 sites de e-commerce, dont les plus grands comme venteprivées, la Fnac, Rue du commerce ou encore Price minister, à peine 14 % constatent « une forte hausse de leur rentabilité ». Ils étaient un tiers à l’affirmer en 2007.

Faire attention au superflu

Plus inquiétants, les grands noms du e-commerce qui réalisent un chiffre d’affaires supérieur à 50 millions d’euros, observent une baisse de leur rentabilité. Alors, premiers signes d’essoufflement ? Rien n’est moins sûr. Il n’empêche, certains chercheraient désormais de nouvelles sources de revenus. La publicité serait un de ces moyens.

Pas de panique pour autant. Le e-commerce reste en bonne santé. La preuve, le chiffre d’affaires général du secteur augmente encore de 28 % sur la même année. Mais, c’est comme tout le monde. À partir d’un certain âge, il faut commencer à faire attention au superflu.

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux