Écrire pour le web ? « Don’t make me think » !

Difficile de ne pas investir la toile. Outil d’information et de communication incontournable, le web obéit à des règles éditoriales bien spécifiques et souvent mal évaluées. Envie de créer votre site web ? Voici quelques clés pour comprendre l’importance à accorder à vos contenus.

Gare au gadin

Pensez interactivité ! L’utilisateur n’est pas neutre, il est invité à zapper en permanence. Le web est un média régi par des règles bien propres. Transgresser cette codification en vous contentant de transcrire vos contenus print sur votre portail, en concevant votre site sans penser « architecture de l’information » et en négligeant les principes du rédactionnel web… C’est offrir la zappette à votre visiteur, voire l’éjecter vers la sortie.

 

Une nouvelle façon d’écrire

Selon une étude réalisée par Jakob Nielsen, célèbre expert en ergonomie, la lecture à l’écran est 25% plus lente que la lecture sur papier. Les tests de Eyetracking le montrent : on ne lit pas, on scanne. Il faut donc adapter son écriture à la lecture à l’écran afin de la rendre performante et efficace.

 

Utilisabilité, mode d’emploi

« Don’t make me think » c’est le titre de l’ouvrage de référence de Steve Krug. Paru en 2005, il n’a pas pris une ride ! Steve Krug y consacre l’utilisabilité des sites web. Utilisabilité ? Traduisez facilité avec laquelle les utilisateurs naviguent sur votre site et accèdent à l’information. Cette utilisabilité ne se limite par au design de votre portail, elle s’impose comme un principe global et doit habiter votre stratégie de contenus.

La première ère de l’Internet a marqué le sacre des techniciens, aujourd’hui ce sont les éditeurs de contenus qui ont leur rôle à jouer.

 

Concrètement ?

Des titres de chapitres accrocheurs, une écriture nerveuse, avec des mots forts, pas de jargon et surtout un vocabulaire trié. Rien de plus difficile que la simplicité, à ne pas confondre avec simplisme. Le web impose rigueur et fiabilité, la production de contenus exige des compétences.

Steve Krug écrit : « Là où les éditeurs d’un site pensent « chef d’œuvre » de littérature, le lecteur pense « panneau de signalisation en roulant à 130 km/h » »… En route !

Marie Verliac

Des mots de Marie

Marie Verliac

Marie Verliac

Contributrice

Marie dirige l’agence Des mots de Marie, experte en stratégie éditoriale, fournisseur de contenus audiovisuels et rédactionnels. Elle vous distille conseils de journaliste et autres astuces de geek pour produire des contenus éditoriaux, efficaces et pertinents. http://desmotsdemarie.fr/

2 Commentaires
  1. Votre article en lui même est une excellente illustration de votre propos :

    – information convenablement hiérarchisée (emploi de titres forts)
    – 1 idée par paragraphe
    – le texte « va à l’essentiel » – à la fois concis et bien écrit !

    Pour aller plus loin, on écrit souvent pour un public donné:
    ainsi le style pour un site internet s’adressant à un public d’adolescents sera idéalement bien différent de celui utilisé sur le site institutionnel d’une grande entreprise spécialisée.
    Les rédacteurs doivent intégrer cette contrainte particulière s’ils visent à une plus grande efficacité.
    D’expérience, pour les petites structures, il est assez compliqué d’expliquer la nécessité de textes convenablement rédigés. Les dirigeants manquent souvent de recule et s’avèrent peu sensibles à cet argumentaire.
    Dans les faits, ils ont peu conscience de la capacité de « séduction » d’un texte bien construit. Peut être devrait on leur offrir le petit ouvrage d’Olivier Reboul dans la collection « Que sais-je » sobrement intitulé « La Rhétorique ».
    Un effort pédagogique est nécessaire pour bien faire entendre ce message auprès de nos clients. La création de site internet fait appel à des compétences transverses. Et les bons rédacteurs ne sont pas si nombreux…

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux