Fin du monde : plus que quelques heures pour faire du business

Si tout se passe « bien », le monde devrait s’écrouler, comme prévu, dans les prochaines heures.  En attendant le jugement dernier, les entrepreneurs font du business comme ils le peuvent.

destruction du monde entreprise idée de business entrepreneurAlea jacta est. Oui, à moins que vous n’ayez aménagé votre sous-sol en abri atomique, votre sort est jeté. En tout cas, c’est ce qu’affirme le calendrier Maya. Le 21 décembre 2012 sera votre dernier jour en même temps que celui de l’humanité. Triste sort. À moins bien entendu que vous n’ayez réservé votre abri atomique construit par Larry Hall, dirigeant de Plan to survive 2012.

Persuadé que la fin de l’humanité s’approche, cet entrepreneur américain du Kansas a eu l’idée de racheter un ancien silo nucléaire, dont il a réaménagé l’intérieur. Au final, ce sont 250.000 litres de réserve d’eau potable, l’équivalent de cinq ans de nourritures, une salle de cinéma et une autre de gymnastique. À en voir le visuel final, on aurait presque envie de voir s’exercer la colère du tout-puissant. Il vous en coûtera tout de même 2 millions de dollars pour l’achat d’un appartement.

Moins ambitieuses, mais tout aussi lucratives, les business qui offrent des kits de survie comptent bien rebondir sur cet évènement « inespéré ». Bah oui, quitte à disparaître autant en finir avec de belles statistiques de ventes. D’autant que chaque client-survivant pourra servir d’exemple lors de la prochaine campagne marketing. « Grâce à kitdesurvieamoi, j’ai passé sans encombre le test du jugement dernier. Satisfait ou remboursé… ».

De la soirée à thème à l’abri atomique

Pour ceux qui, au contraire, ne veulent pas perdre une miette du feu d’artifice final, des complexes hôteliers au Mexique ou au Guatemela ont imaginé un forfait « fin du monde » de bon aloi. Et ça marche ! Le petit pays d’Amérique centrale attend pas moins de deux millions de touristes quand son puissant voisin lui affiche « complet » dans la majorité des hôtels de luxe. Oui, quand on périt on ne compte pas.

D’autres, plus drôles, profitent de la fin du monde pour créer un évènement festif. On ne compte plus les soirées à thème qui vont pulluler sur le globe toute la journée du vendredi. Pour n’en citer qu’un à Paris, il y a le Dernier Bar avant la fin du monde. Situé dans le 1er arrondissement, il vous en coûtera tout de même 42 euros pour vivre une fin du monde alcoolisé. Dépêchez-vous, les places pour périr une coupe de champagne ne sont pas illimitées.

Même les plus misanthropes auront, pour l’occasion, le droit à un programme télé de qualité pour leur dernier jour sur terre. En plus des films catastrophes qui ne manqueront pas de remplir les chaines de la TNT, CanalSat a même lancé une chaîne de télé éphémère Syfy, qui projette 24 heures sur 24 des programmes liés à la thématique de la fin du monde. C’est quand même beau la vie, non ? Mais on peut dire ce qu’on veut : on sera tous content d’arriver au 22 décembre.

Ne serait-ce que pour continuer à entreprendre.

@TancredeBlonde

 

 

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux