Un Français sur deux va acheter un cadeau pour la Saint-Valentin

cadeaux-valentin

Si la Saint-Valentin reste une tradition bien ancrée en France, les amoureux restent divisés sur la nécessité d’acheter un cadeau à leur moitié.

Offrir ou ne pas offrir un cadeau à l’élu de son cœur ? Telle est la question que se pose nombre de français en ce jour de Saint-Valentin. D’après une étude IFOP-Bonial, 49% des Français interrogés ont l’intention d’acheter un cadeau à l’occasion de la Saint-Valentin. Une surprise qui restera somme toute relative. En effet, les Français questionnent leur compagne ou compagnon pour savoir ce qu’il va leur faire plaisir. 5% avouent même offrir tous les ans le même cadeau…

Un manque d’imagination d’autant plus condamnable qu’ils ont généralement les moyens de faire un beau présent. En effet, toujours d’après l’étude, le profil type de l’acheteur de la Saint-Valentin est un homme (56%), de 35 ans et plus (57%) et appartenant à la catégorie CSP+ dans près de 6 cas sur 10. À noter que la palme des intentions d’achat revient cependant aux hommes vivants en couple avec enfants (62%).

L’achat en magasin plébiscité

Pour trouver LA bonne idée, internet reste bien évidemment la première source d’inspiration. La plupart d’entre eux privilégie la recherche sur le site internet d’une enseigne traditionnelle plutôt que sur un moteur de recherche. À l’évidence, le facteur générationnel reste déterminant. 39% des jeunes de moins de 25 ans s’informent grâce au net pour leurs achats de Saint-Valentin, quand seuls 27% des personnes âgées de 65 ans et plus le font.

Quant aux autres que nous qualifierons d’« offline », 22% d’entre eux affirment aller se renseigner directement en magasin. 15% de Français continuent à consulter des prospectus ou catalogues pour choisir le cadeau de la Saint-Valentin. Seul une petite minorité (9%) s’en remettent au bon vieux bouche à oreille. Au final, 70% des Français disent vouloir acheter leur cadeau de Saint-Valentin en magasin physique.

Les CSP+, meilleures cibles pour les commerçants

Pour les « e-shoppers », 30% vont se tourner vers les sites ou applications de vente en ligne. 18% préfèrent chercher sur un site internet d’une enseigne traditionnelle. Enfin, les « pure player » de la Toile ne récoltent que 12% des intentions d’achat. On note cependant une fracture chez les CSP+ qui achètent plus facilement leur cadeau en ligne.

Ce qui fait dire à Matthias Berahya-Lazarus, Président de Bonial, que pour les commerçants « la cible à privilégier cette année pour tirer le meilleur parti de cet événement est celle des CSP+, qui, comme les générations plus jeunes, se tournent massivement vers des sources digitales pour faire des recherches ou concrétiser leurs achats ».

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux