Franck Riboud: « ma seule religion est Danonienne ! »

À l’occasion du 4ème Spring Campus organisé par CroissancePlus, le patron de Danone a expliqué sa philosophie aux 320 entrepreneurs de croissance venus l’écouter.

« Nous ne sommes pas entrepreneurs ! » La phrase de Franck Riboud, dirigeant d’une des plus grandes entreprises françaises à rayonnement mondial, aurait de quoi faire sourire. Car BSN, l’ancien nom de Danone, a profondément évolué sous sa direction. « Il fallait chercher des relais de croissance à l’international ». Or pour partir à la conquête du monde, Franck Riboud devait se concentrer sur « les biscuits, l’eau et les produits laitiers frais » et donc vendre des marques phares comme Panzani, Amora et bien d’autres.

Une décision d’autant plus indispensable qu’à ses yeux si « un métier n’est pas au centre de la stratégie de l’entreprise, on l’abime ». Et puis, ajoute-t-il « on ne peut pas dire non tout le temps ! ». Ce qui est problématique car « on se défocalise de sa stratégie de développement dès que l’on dit oui » juge Franck Riboud. Mais faire alors ? « Je ne décide pas seul » réplique le PDG de Danone. C’est d’ailleurs « la plus grande différence entre une PME et une grande entreprise » selon Franck Riboud. « Nous sommes entourés de compétences » explique-t-il et « c’est très bien. « Un luxe » aurait-il presque envie de dire.

Mais on a beau s’appeler Franck Riboud, l’échec toque parfois à la porte. Notamment, lors d’un rachat d’un distributeur de bombonnes d’eau aux États-Unis. « On s’est planté totalement » avoue-t-il. Aujourd’hui, l’entreprise du Cac 40 réalise 50% de son chiffre d’affaires dans les pays émergents et seulement 10% en France. Un chiffre que rappelle Franck Riboud « pas parce qu’on aime pas notre pays, au contraire on l’adore » mais parce que les enjeux stratégiques changent avec la taille des marchés.

Ce qui ne l’empêche pas de répéter haut et fort que Danone «  ne peut pas considérer des résultats économiques si on ne prend pas en compte les résultats sociaux ». À ce titre, Franck Riboud rappelle que « Danone fait 60 à 65 % de l’emploi » dans la zone de Chambley. Il ajoute ne pas comprendre qu’on puisse faire un plan social de 6000 personnes en un seul coup. « Je ne tolérerais jamais ça ».

Et si ce n’était pas ça la religion des entrepreneurs ?

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux