Est-il possible de réparer une mauvaise réputation ?

reputation

À cause d’erreurs de jeunesse, vous et votre entreprise traînez une mauvaise réputation. Il est temps de redresser la barre.

« Jeannot Dupont ? Oui , je le connais. Il est sympa, mais c’est pas le mec le plus fiable que je connaisse ». Un jugement qui, bien souvent, est synonyme de mort dans le monde des affaires. Or, réparer une mauvaise réputation est tout sauf simple. On ne sait pas à qui parler et comment en parler. Un peu comme si vous essayiez de colmater les brèches d’un bateau la nuit avec un casque sur les oreilles. Pas facile et en plus, ça fait mal aux doigts !

Alors, comment redresser la barre ? Dans son récent livre « Corner Office Rules: The 10 Realities of Executive Life », Keith Wyche explique que les dirigeants ont toujours le droit à une seconde chance. « Après, les gens n’ont plus envie de vous voir ». Aussi, les dirigeants doivent-ils se rappeler qu’à tout moment, chaque parole, chaque écrit peuvent être mal interprétés. Évitez alors les trop grosses quantités d’alcool pendant les déjeuners d’affaires ou les événements networking.

Et quand vous n’avez pas pu garder le contrôle ? Voici ce qu’il vous reste à faire.

Soyez humble

Jetez votre orgueil aux oubliettes. Vous avez fauté ? Et bien, admettez-le. Vous avez beau être le patron, le chef, le big boss, la fierté que vous affichez ne va pas rehausser votre prestige. Au contraire, tout le monde va pointer votre manque d’humilité. Et personne n’a envie de travailler avec une personne orgueilleuse.

C’est un peu comme si vous rejetiez un client mécontent parce qu’il n’est pas satisfait. Ça n’a pas de sens.

Retournez aux bases

Après avoir accepté les critiques, il est temps de se remettre en question : pensez à ce qu’il s’est passé ; à ce que les personnes ont pu penser de vous et ce que vous devrez faire à l’avenir pour que cette péripétie ne se reproduise jamais.

« Je dis toujours aux personnes que je rencontre que je m’inspire de mes succès, mais que j’apprends de mes erreurs », raconte Keith Wyche. Et, apparemment, ça les convainc.

Appliquez les changements

Comme à chaque grand moment, le coach conseille aux dirigeants de prendre une feuille et d’écrire un plan précis afin d’être certains que les erreurs ne se répètent pas. D’autant que, rappelons-le, vous n’avez pas le droit à l’erreur. « Vous devez être le symbole de l’intégrité au sein de votre organisation », rappelle l’auteur. Rien que ça.

D’ailleurs, soyez transparent sur vos engagements. C’est le meilleur moyen de s’y tenir.

Montrez que vous changez

Le meilleur moyen de faire savoir aux autres que vous ne répétez pas les mêmes erreurs… c’est de le montrer. Si, si, encore aujourd’hui, on n’a rien trouvé de mieux !

Comment ? En expliquant votre démarche clairement et les enjeux de celle-ci. « Je veux qu’on fasse un point tous les trois jours pour voir si le dossier avance dans la bonne direction ».

Vous y tenir !

Après avoir mis en place la procédure, montrer que vous vous y tenez, il ne vous reste plus qu’à tenir. Essayez de faire des points réguliers avec les personnes concernées. « Trois mois, six mois, neuf mois, les gens doivent savoir que vous êtes une personne de volonté et prête à tout pour progresser ».

Après ça, votre cote de popularité ne peut que progresser.

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux