Le double discours de Jean-Marc Ayrault aux entrepreneurs

Suppression de la TVA sociale, compétitivité structurelle, taxe à 75%, Jean-Marc Ayrault n’a pas surpris dans sa déclaration de politique générale, prononcé hier à l’Assemblée nationale. En revanche, le 1er ministre a tendu, sous certaines conditions, la main aux entrepreneurs.

Ayrault discours de politique général

« Je crois en l’esprit d’initiative ». Jean-Marc Ayrault aurait voulu séduire les entrepreneurs qu’il ne se serait pas pris autrement. Et, pour le coup, le 1er ministre y met du sien. « J’estime les chefs d’entreprise et je les connais. Je salue leur apport à notre économie. Je ne les confonds pas avec quelques parachutistes dorés ou avec des spéculateurs sans scrupules ». Entrée en matière qui aboutit généralement à des doléances.

Et, pour le coup, Jean-Marc Ayrault ne passe pas par quatre chemins. « Aidez la France en créant de l’emploi, en préservant l’activité dans notre pays, en relevant le défi productif ». Car, précise le 1er ministre de François Hollande, « au-dessus de l’argent que l’on gagne, il y a ce sentiment plus grand, plus fort, celui que procure l’estime et la reconnaissance de ses concitoyens ». Les entrepreneurs apprécieront le lien.

«Le patriotisme, c’est servir son pays… »

Rapprochement d’autant plus inutile que Jean-Marc Ayrault le rappelle : « je ne suis pas un ennemi de l’argent. Mais je ne considère pas les gens auxquels je parle en fonction de leur patrimoine et de leurs revenus ». Faisant, cette fois-ci, davantage référence à Nicolas Sarkozy et sa fascination supposée de la richesse des hommes d’affaires.

En revanche, le 1er ministre anticipe les critiques sur la prochaine politique fiscale : « je n’accepte pas d’entendre dénoncer une « fiscalité confiscatoire », par ceux-là même qui s’autorisent parfois des rémunérations au-delà de tout entendement. Attaque à peine voilée des grands patrons. L’ancien professeur ressurgit d’ailleurs à cette occasion, pour donner un cours de civisme : « le patriotisme c’est servir son pays. C’est remplir ses devoirs après avoir reçu tant de droits ».

«… ce n’est pas fuir la France pour les paradis fiscaux »

Autrement dit, « le patriotisme ce n’est pas fuir la France pour les paradis fiscaux et laisser à ceux qui restent, le poids de l’effort ». D’ailleurs, « à tous les niveaux, le gouvernement que je dirige se donnera les moyens de lutter contre la fraude, et d’abord contre l’évasion fiscale. » Terminées, les négociations.

Quant au fonctionnement interne des entreprises, l’objectif est à la « préoccupation partagée ». En d’autres termes, « la culture de l’accord, celle qui implique des contreparties, du donnant-donnant » doit s’imposer. De l’autre côté, Jean-Marc Ayrault affiche sa volonté pour que la finance soit mise au service de l’économie réelle. Concrètement, par la grande banque publique d’investissement mais aussi par la « création du livret épargne industrie » qui drainera l’épargne disponible, et ce « à des fins productives ».

Et pour savoir ce que pensent les entrepreneurs, réécoutez l’émission Entrepreneurs Le Live.

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite.
Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

1 Commentaire

Laisser un commentaire