Le premier paquebot pour entrepreneurs sans papier arrive en Californie

Vous avez toujours rêvé d’entreprendre à La Sillicon valley. Problème, le sésame de la green-card vous échappe encore. Plus de problème. Blueseed va créer un paquebot dédié aux entrepreneurs sans papier. Inauguration prévue pour l’année prochaine.

« Googleplex of the sea ». Non, ce n’est pas un nouvel outil de la firme de Moutain view, mais votre nouvelle adresse de facturation si vous décidez de sauter le pas de l’entrepreneuriat à la Sillicon valley… enfin juste à coté. Car, en réalité « Googleplex of the sea » est un paquebot destiné à tous les entrepreneurs sans papiers, comme l’a révélé le Time Magazine. Situé à 12 milles de la terre Californienne, le navire pourra héberger 1800 entrepreneurs. Seule obligation tout de même: un passeport valide.

Evidemment ce ne sera pas gratuit. Il faudra payer entre 900 et 2600 euros pour loger sur le paquebot d’entrepreneur sans papier. Mais, d’après les premières images du paquebot, tout a été pensé dans le but de travailler dans un environnement confortable : espace de travail adaptés, service de restauration sur place, logements agréables, navettes pour aller sur la terre ferme. Le rêve pour tous les entrepreneurs au pied marin. Pour les autres, il faudra lutter contre le léger roulis.

Pénurie de compétences

Comment un tel projet a pu naître ? Déjà, la zone maritime qui ne se trouve ni dans les eaux internationales, ni aux Etats-Unis. Et puis surtout, un entrepreneur : Peter Thiel, co-fondateur de Paypal et un des premiers à avoir cru en Facebook. Très à la pointe sur la question de l’immigration, le milliardaire ne comprend pas que son pays se passe de milliers de compétences qui ne souhaitent qu’une seule chose : travailler aux USA.

D’autant que les entreprises Américaines comme Apple, Google, ou Facebook n’arrivent plus à trouver de profils très compétents. La preuve, aujourd’hui une personne avec un visa met à peine 10 semaines en moyenne pour trouver un emploi prestigieux dans la sillicon valley, contre 33 en 2011. Avec de tels chiffres, l’idée d’un paquebot pour sans papier ne semble plus si farfelu.

Tancrède Blondé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>