Pierre Moscovici ramène aux pays les échappés fiscaux

Dans un entretien à la Télévision suisse romande, diffusé dimanche dernier, le ministre de l’Économie et des Finances rappelle aux fraudeurs fiscaux français qu’il est temps de régulariser leur situation.

Pierre Moscovici se charge des évadés fiscaux
Pierre Moscovici se charge des évadés fiscaux

Rappel à l’ordre. Clair et strict, Pierre Moscovici a voulu faire passer un message aux échappés fiscaux ce dimanche à la Télévision suisse.

Le ministre de l’Economie confie qu’il n’y aura ni « amnistie », ni « arrangement », ni même « anonymat » pour les contribuables français qui déportent leurs comptes en Suisse. « Je ne cherche à provoquer aucune panique, mais simplement à créer un mouvement civil ».

L’appel est donc à la « régularisation ». Plus de chasse aux sorcières pour le gouvernement, mais un mouvement de bonté de la part des fraudeurs eux-mêmes.

Le ministre précise dans le même temps que chaque mois environ 95 personnes régularisent leur situation contre 35 auparavant. La régularisation est donc en marche.

Unité

« Je souhaite une Suisse de plus en plus européenne ». Devenir amie avec son ennemi pour mieux régner, ou en l’occurrence pour mieux contrôler. Pierre Moscovici prescrit, lors de l’interview, une meilleure connivence entre les deux pays.

Selon lui, la Suisse est « un pays frontalier, qui a une démocratie particulière, mais qui ne peut pas rester à l’écart du monde ». Un souhait qui rentrerait en accord avec la politique de « transparence » du gouvernement de Hollande.

Mais le chemin est encore long, et les échappés belles ne sont pas prêtes de revenir aussi vite que le préconise le ministre. À faire, à suivre.

 Noëmie Beillon

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux