Santé : 5 signes avants-coureurs du burn-out

Que l’on soit dirigeant ou salarié, les signes avant-coureurs du burn-out restent les mêmes. Alors, mieux vaut les connaître avant de passer du côté obscur de la dépression.

Le burn-out peut arriver à n'importe qui en entreprise
Le burn-out peut arriver à n’importe qui en entreprise

« J’sais pas, j’arrive à rien. J’ai envie de rien ». De temps à autre, sans trop savoir pourquoi, la volonté s’étiole comme une bougie en fin de course. Résultat, vous ne remplissez plus vos tâches quotidiennes, ou vous mettez plus de temps à les réaliser. Et, fatalement, la « joie » inaltérable d’être en entreprise en prend un coup.

Bien entendu, les « coups de mous » passagers ne portent pas à conséquence. Mais, si le cycle de l’humeur prend des allures de montagnes russes, alors peut-être est-il de se poser la question : le burn-out est-il proche ou non ? Un état psychique d’autant plus important à anticiper s’il s’agit d’un salarié. Au-delà de l’aspect humain, aucun entrepreneur ne veut d’un arrêt maladie de plusieurs mois pour cause de dépression.

Aussi, faut-il connaître les signes avant-coureurs de cette vicieuse maladie

1 l’incapacité à se concentrer

A la différence d’une bonne grippe, les signes extérieurs du « pré burn-out » ne sont pas si faciles à percevoir. Néanmoins, si l’ensemble de l’équipe saisit qu’un membre de l’entreprise peine à faire des choses simples, alors il faut se poser des questions. Même chose en ce qui concerne la mémoire.

Quoi qu’il en soit, une personne qui visiblement perd pied n’est pas près d’être l’employé de l’année.

2 Tout le temps fatigué

Toutes les personnes qui ont atteint le monde parallèle du « burn-out » vous le diront : « je me fatiguais d’un rien ». C’est vrai. Et, le problème c’est que ça se voit dans le travail. Entre les cinq heures aller-retour pour faire trois photocopies, ce tableau qui met des années à se remplir, plus personne n’ose lui demander quelque chose. Ça vaut aussi pour les dirigeants. Même les salariés préfèrent vous éviter;

3 Éternel coupable

Ils arrivent plus tôt que les autres, repartent plus tard et pourtant il n’a pas l’impression de remplir sa liste des tâches. Résultat, la culpabilité le ronge. Malheureusement, pour alléger ce poids insupportable, le misérable ne trouve qu’une seule issue : travailler encore et toujours plus.

Encore une fois, le dirigeant peut très bien se retrouver dans ce cas.

4 Asocial chronique

Le burn-out aboutit généralement à cette même finalité : la honte. Résultat, le malheureux qui ne voudra, ô dieu jamais, faire pitié devant ses collègues préférera toujours couper le lien social avec ses collègues de travail. « Mieux vaut être seul que découvert ». Telle est sa philosophie de vie. Aussi, faut-il guetter les brusques retraites de ses collaborateurs. Cela cache sûrement quelque chose.

5 La boisson devient son meilleur ami

Toujours aux happy-hours, sans montrer pour autant le moindre signe de joie ? Mauvais signe. Plutôt que de faire face à leur mal-être, ces pré-dépressifs privilégient les paradis artificiels. Le plus court chemin à leurs yeux pour retirer le poids de la tristesse qui ne cesse de s’accrocher à leur dos.

Une autre bonne raison pour les entrepreneurs d’être attentif à ses salariés.

 Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

3 Commentaires
  1. Bonjour,

    Plutôt que d’écrire un article dont on a déjà vu le contenu ici et là une bonne dizaine de fois (et encore j’ai arrêté de compter) , sans vraiment apporter quelque chose de nouveau, pourquoi ne pas inclure des avis de médecins et autres conseils, bref proposer des solutions.

    En plus de ne rien apporter, ce genre de presse, n’aide vraiment pas les gens et pourrait même les stresser d’avantage… et c’est votre responsabilité qui est engagée (moralement j’entends…)

    Nicolas

  2. Bonjour Nicolas,

    Même si cet article peut vous paraître répétitif et ne semble rien apporter, il faut savoir que, pour une personne en situation de burn out ou quasi burn out, la prise de conscience est assez difficile. Si, pour vous, vu de l’extérieur, les choses peuvent paraître « simples », une personne prise dans cette spirale aura du mal à avoir le recul nécessaire. Répéter est une façon de faire prendre conscience.

    Il existe tellement de sortes et de raison de burn out, qu’il est quasiment impossible d’apporter LA bonne solution dans un tel article. En fonction du stade d’avancement et des conséquences déjà apparentes du burn out, on peut encore soit aider à prévenir ou limiter les effets avec des méthodes dites « douces » (relaxation, yoga, sophrologie) qui ont fait leurs preuves. Dans d’autres cas, le recours à un thérapeute reste la meilleur solution.

    Je vous propose de lire un article qui vous apportera peut-être les compléments recherchés : http://www.relaxationdynamique.fr/stress-performance-burn-out/

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux