Santé : les 5 étapes pour surmonter un burn-out

Un excès de travail peut conduire certains membres de l’entreprise au burn-out. Heureusement, il est toujours possible de se reconstruire.

Le burn-out peut aussi se soigner.
Le burn-out peut aussi se soigner.

Remonter la pente. Malgré son caractère exceptionnel, le burn-out peut toucher n’importe quel membre de l’entreprise. Pire, d’après Sabine Bataille, consultante RH, sociologue et spécialiste de la reconstruction après un burn-out, ce sont généralement les collaborateurs les plus actifs qui tombent les premiers dans la spirale du burn-out. En clair, les meilleurs d’entre nous.

Pourquoi la superbe machine décide-elle de s’arrêter ? « C’est le principe de la goutte d’eau. Avec l’accumulation de la fatigue, un petit événement peut faire basculer la personne », explique Sabine Bataille : un rendez-vous raté, un objectif manqué, sa petite fille qui pleure dans ses bras. Tout ça, alors que la personne s’imagine au top de sa performance. Résultat, elle n’arrive plus à rien. Pour son bien, il faut qu’elle se retire de l’entreprise.

Un moment évidemment très difficile à vivre. Cela est vécu comme « un chagrin d’honneur », selon les mots de Sabine Bataille. Cependant, le salarié ou l’associé en sortie de piste ne peut reprendre sa vie normalement, sans une coupure bénéfique.

Quelles sont alors les étapes de la reconstruction après un burn-out ?

1 Dormir, se reposer.

Repos absolu. Sans cela, le retour en entreprise ne sera jamais envisageable. «Au minimum, cela dure 3 semaines», précise Sabine Bataille. 3 semaines pendant lesquels, le collaborateur en burn-out met en jachère son esprit et son corps. Le collaborateur en question en profitera également pour renouer une vie sociale, familiale.

Une phase qui peut cependant être très douloureuse à vivre. «Malheureusement, cela peut déclencher des angoisses», explique la spécialiste du burn-out.

2 Être accompagné de spécialistes

Là, vous avez carte blanche. Que ce soit, un médecin généraliste, psychiatre, psychologue, coach, ils pourront tous vous aider à remonter la nasse dans laquelle vous avez plongé. Encore faut-il l’accepter. « Mais non, j’en ai pas besoin. Je suis juste fatigué. Encore une semaine et c’est bon ». Oui bon, sauf que ça ne marche pas comme ça.

Pour être sûr ou presque de ne pas retomber dans ses travers, il est nécessaire que la personne suive une thérapie brève (entre deux et six mois tout de même). « La personne va faire un travail sur le comportement », explique la sociologue. Autrement dit, « comment elle va supporter le conflit, l’autorité, la hiérarchie dans l’entreprise. Les thérapies longues travaillent, elles, davantage sur la santé mentale du patient.

3 Reconquérir son identité personnelle

À force de bûcher, les personnes en oublient la vie qu’elles ont à côté : femme, mari, famille, amis. Ce n’est pas qu’elles ne veulent pas les voir, mais elles n’ont tout simplement “pas le temps”. Triste à dire, mais il n’existe pas d’échappatoire.

En période de reconstruction après un burn-out, la personne va devoir “reconstruire son identité”, parentale, familiale et sociale. Autrement dit, réintégrer le fait qu’il ou elle existe pour autre chose que le travail. Un travail mental qui ne se fait pas tout seul.

4 Prendre soin de son corps

Après un burn-out, il est nécessaire de se reconnecter avec son corps. Eh oui, à force d’être dans la performance, ils en oublient de faire respirer leur organisme. “Ils font du sport, se font faire des massages, prennent des cures de sommeil”. Sabine Bataille prévient même : ils peuvent faire des siestes matin et soir ».

5 Se projeter à nouveau dans le milieu professionnel

Le corps et le mental soignés, il est temps de se projeter à nouveau sur une vie professionnelle. Pas facile. D’autant qu’entre temps, les ambitions de carrière ont sûrement évolué. « Beaucoup de personnes se mettent en 4/5 », explique d’ailleurs Sabine Bataille. D’après son échantillon de cadres avec qui elle a travaillé, « un tiers aménage ses conditions de travail ».

L‘envie de revenir en entreprise peut revenir naturellement, « comme une envie de ressortir de cette bulle de protection ». Les autres auront besoin de l’avis d’un médecin pour se persuader qu’il est temps de reprendre le chemin de l’entreprise.

Attention cependant à ne pas à revivre les mêmes excès. Comme le rappelle la consultante RH, « un tiers des personnes qui reviennent après un burn-out retombe dans les mêmes pièges ».

Là, l’entrepreneur ne pourra plus dire qu’il ne savait pas.

 Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

2 Commentaires
  1. Bonjour,

    Il me semble qu’un élément important a été oublié : le déséquilibre entre les attentes perçues et l’autoévaluation de ses propres capacités.

    Cet élément est essentiel, car il permet cette fameuse « prise de recul » si difficile et pourtant essentielle pour éviter d’en arriver au burn-out.

    Ceci étant dit, votre article, de façon volontaire ou non, colle totalement avec l’utilisation de la sophrologie (qui peut être assimilée à une thérapie brève bien que je ne sois pas thérapeute) en milieu professionnel.

    Quand il n’est pas trop tard, et que la personne qui vient me consulter n’a pas encore besoin d’un thérapeute, j’apporte des techniques de prise de recul, de lâcher-prise, de relaxation. Je les aide à reprendre confiance en eux, à se motiver et à se projeter dans le futur.

    La sophrologie en entreprise n’est pas un gadget. Je ne suis pas une douce allumée enturbannée et je ne n’allume pas d’encens. La démarche est rationnelle. Le MEDEF s’y est intéressé tout comme de nombreux grands groupes industriels, commerciaux ou entreprises de conseil et services.
    http://www.relaxationdynamique.fr/entreprise-sophrologie-un-outil-grh/

    Au plaisir de lire vos prochains articles !

  2. Très bon article, personne n’est malheureusement à l’abri et ce fléau frappe sans prévenir.
    Juste une remarque il y a une petite faute d’orthographe à la fin de l’article:
    un tiers des personnes qui reviennent après un burn-out retombeNT dans les mêmes pièges

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux