Sondage : La France en 3ème position sur le marché du conseil en 2010

Publiée hier, l’étude SourcingforConsulting a permis de mettre en avant certaines tendances du marché du conseil en Europe, Moyen-Orient, Inde et Afrique. Il faut savoir qu’en 2010 le marché du conseil représente 25 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Effectuée entre février et avril 2011 auprès de 35 pays et plus de 150 cabinets, elle révèle notamment que la France détient en 2010 la 3ème part de marché en conseil, après le Royaume-Uni et l’Allemagne. De même, les résultats prévoient une croissance de 5% en 2011, ce qui placerait la France loin devant les autres pays d’Europe de l’Est. Cette étape d’après crise est également marquée par le retour de l’investissement des clients dans les services du conseil, comme le souligne le président d’EMEA à Compass Management Consulting, Monsieur Lyonel Roüast. C’est donc une vision optimiste du futur qui se détache de cette étude.

Les « Big four » en haut de l’échelle

D’un autre côté, les « Big Four » que sont les Grands Cabinets d’Audit et de Stratégie, dominent l’industrie du Conseil en Europe avec 27% des clients en 2010. Même en France où ¼ des cabinets traditionnels sont de taille moyenne, ils obtiennent 22% des parts de marché. Mais alors comment expliquer cette croissance spectaculaire ? La diversification des services est la clé de cette réussite… A relativiser cependant, car la stratégie de différenciation engagée par les Big Four est un véritable défi : marge de manœuvre réduite sur le marché, coût élevé de cette stratégie et obligation d’associer changements structurels et contenus des services. Selon Fiona Czerniawska, co-fondatrice de sourceconsulting.com, la « forte pression baissière [auxquels sont soumis les tarifs] changera radicalement la façon dont ces entreprises opèrent ».

Des tarifs toujours affectés par la crise, sauf peut-être en France…

L’étude souligne par ailleurs une diminution générale des tarifs de 10% à 15% : La France résiste de nouveau un peu mieux à cette conséquence de la crise financière, avec seulement 5% de baisse contre 20 à 30% en Espagne, au Benelux et en Suisse. Avec la faible probabilité de voir les tarifs remonter sur les marchés d’Europe de l’Ouest, certaines entreprises joueront la carte du discount en maintenant des prix faibles, dans l’espoir de progresser face aux nombreux concurrents du secteur.

Pour les entrepreneurs avides de conseils, il y a aussi les chroniques sur Widoobiz !

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux