France-Etats-Unis : « Vous avez dit Choc Culturel? »

Chaque mois, French Accelerator va nous parler de Los Angeles et de son écosystème startup. Cette fois-ci, on parle des différences culturelles, bien plus nombreuses qu’on ne l’imagine. 

Et bien oui, nous pensions nos deux cultures (française et américaine) très similaires au
niveau professionnel, mais c’est en fait tout un océan qui séparent ces deux cultures
occidentales. Deux exemples concrets : « la Gestion du Temps » et « le Public
Speaking ».

La gestion soft et implacable du temps aux États-Unis

Los Angeles, 10h58 un matin. « Great, that was very interesting » me dit mon
interlocuteur en se levant de son bureau. En code Américain, cela veut dire que notre
réunion est finie et que j’ai deux minutes pour le remercier et conclure. Il a
probablement une autre réunion à 11h, et j’aurais dû commencer à résumer et à parler
de nos « next steps » autour de 10h50.

Ce scenario est typique d’une interaction de business entre Français et Américains. Les
Français ont une notion beaucoup plus flexible du temps. Sous des apparences souvent
très cool et amicales, les Américains ont une main de fer sur le temps.

Vous joignez la conférence call à 10h04 au lieu de 10h ? Vous êtes en retard. Et même si
personne ne vous le dira, ce retard sera interprété d’une manière négative aux États-
Unis : manque de respect pour les participants, manque de professionnalisme, manque
d’organisation. Vous avez une présentation ou un pitch the 20 minutes ? Si vous
dépassez de 2 minutes, on pensera « n’a pas pris suffisamment le temps de pratiquer ».

Si vous êtes à une soirée de networking et que vous souhaitez avoir une discussion
approfondie avec un participant avec qui vous avez déjà échangé depuis 5 à 10 minutes,
il est temps de faire la transition : « Thank you so much, it was great meeting you, would
it be okay if I called you to schedule a time to get together ? »

Pourquoi cette cadence? Par respect du temps de l’autre, car cette personne a peutêtre
encore deux personnes à voir absolument dans les 20 minutes qui restent de cet
évènement de networking qui finira, lui aussi, à l’heure.

Le fait que tout le monde soit souvent très gentil ne veut pas dire qu’il n’ont pas
quelque chose d’autre à faire dans 10 minutes !

La gestion du temps est une discipline invisible et implacable aux Etats-Unis. Prendre
conscience de l’invisible est toujours le premier pas.

Des présentations convaincantes et naturelles ? Aux Etats-Unis, ça se travaille !

« Zut » me dit ma fille de 13 ans en regardant le chronomètre de son iPhone, « il me
restait 45 secondes… ». Écolière dans une école publique de Los Angeles, elle est debout
dans sa chambre en train de pratiquer pour la 5ème fois une présentation PowerPoint
de 10 minutes sur un gros rapport. Tous les élèves de sa classe se préparent de la même
manière, se référant aux 20 critères d’évaluation fournis à l’avance par leur prof: «
makes eye contact regularly with the audience », « does not read the slides », « ends
with a compelling conclusion, not « that’s it, any questions ? »

Les Américains voient la prise de parole comme une compétence essentielle, et ils y
sont généralement bons, très bons. Si ça n’est pas votre point fort et que vous voulez
réussir aux États-Unis, tout manque d’aisance sera perçu comme un manque de
confiance et de professionnalisme, perdant rapidement votre auditoire et éclipsant vos
idées et vos rêves.

Les Français sont souvent peu préparés pour la prise de parole. Si vous avez besoin de
vous améliorer dans ce domaine, filmez-vous avec votre téléphone mobile,
chronométrez-vous, faites des essais avec des collègues, et consultez avec des experts.
Cette prise de parole n’est pas un don, c’est une compétence qui s’apprend, qui se
travaille, et qui se pratique !

Laurent Ruben

French Accelerator

#Replay : Jérôme Lecat vit entre Paris, San Francisco et Tokyo. Retrouvez son interview complète ci-dessous :

1 Commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.