MENU

juillet, 2012
Archive

16 pôles de compétitivité à la traîne

Actualités

31 juillet 2012

Dans la bataille de l’innovation qui fait rage entre les pays, les pôles de compétitivité font office de passeurs entre le monde de la recherche et celui de l’entreprise. Or, d’après une étude 16 d’entre eux seraient moins performants.

pôle de compétitivité entrepreneur

71. C’est le nombre de pôles de compétitivités actifs en France. Or, si tout le monde (entrepreneurs, collectivité territoires, Etat) souhaiteraient les voir essaimer un peu partout sur l’hexagone, déjà faudrait-il connaître l’efficacité des pôles déjà en place. Raison pour laquelle, le gouvernement précédent a commandé aux cabinets BearingPoint, Erdyn et Technopolos Group-ITD, une étude sur le sujet.

Résultat de ces évaluations menées entre décembre et avril 2011, 16 pôles de compétitivité Français montrent des signes de lenteur. Au nombre desquels on retrouve Team, Hydreos, Eau, Avenia, Xylofutur,Up-tex, Qualitropic, Qualimed, Industrie du commerce, senteurs et saveurs, Arômes, Produits, Microtechniques, Medicen, Maud, Hippolia, Fibre et Elastopole.

Pilotage trop complexe

« Pour chacun des pôles, un dialogue avec les collectivités territoriales s’engagera au cours des prochains mois » a indiqué un communiqué commun des ministères de l’Egalité des territoires, du Redressement productif et des PME. Le gouvernement donnera « à l’automne les grandes lignes de la politique qu’il entend mener ».

Suivra-t-il les recommandations du rapport ? Selon lui, le mode de pilotage de ces pôles de compétitivité serait trop complexe. Pour le simplifier, l’Etat devrait clairement prendre la tête des « pôles de compétitivités internationaux » et partager la gouvernance avec les collectivités territoriales en ce qui concerne les « pôles de compétitivité d’innovation ».

Pas le droit à l’erreur

Tout cela dans un seul but : améliorer le  nombre de mises sur le marché de produits issus de ces pôles de compétitivité. La bataille de l’export et l’avenir industriel de la France sont à ce prix. À cela s’ajoute, les modalités de financement des projets qui ne sont pas encore satisfaisantes, selon le rapport remis au gouvernement.

Un équilibre qui n’est pas facile à trouver. Avec les grandes, moyennes et petites entreprises, investisseurs et centres de recherche réunis dans un seul ensemble, les ambitions ne pointent pas forcément dans la même direction. Le gouvernement peut prendre son temps, car il n’a pas le droit à l’erreur.

Tancrède Blondé

Lire l'article

Emission Widoobiz

184

Cuisine sur mesure : des secteurs de niches qui marchent !

Business Women, J'entreprends comme je suis

31 juillet 2012

De : Linda Labidi

Émission du 31 juillet 2012 :

Nos business women du jour n’ont pas choisi la facilité : précurseurs dans leur domaine, elles développent leurs entreprises sur des marchés de niche du secteur de l’alimentation.

Un concept de cuisine d’assemblage, à base de légumes frais bio et surgelés pour les bébés, chez Anne-Laure Navarre, co-fondatrice des Chaises Hautes.

Et des solutions d’alimentation sans gluten pour personnes allergiques, du côté d’Anne-Lucie Domange Visacrdi de la Compagnie sans Gluten. Ce produit est présent dans la majorité des aliments cuisinés, et dans une grande part de notre alimentation.

Ces deux entrepreneuses vous expliquent leurs choix innovants et leurs stratégies.

 

Lire l'article

Pépinières d’entreprises : elles sont aussi dans les quartiers

J'entreprends comme je suis, Quartiers d'affaires

31 juillet 2012

De : Madjid Yahiaoui

Émission du 31 juillet 2012 :

Quartier d’affaires vous invite à la pépinière d’entreprises de Saint-Denis, gérée par la Miel. Sa directrice, Naïma Hezzab vous raconte comment elle accompagne les entrepreneurs des quartiers : conseil, suivi, remise en question, aide à la constitution de dossier, réseaux…

La pépinière de Saint-Denis à la particularité de disposer d’un open space dédié aux auto-entrepreneurs, ayant pour objectif de passer en entreprise.

Découvrez cet espace, ces particularités et ces enjeux.

Lire l'article

Gérer ses e-mails coûte 611 heures de travail par an

Actualités, L'entrepreneur pratique

31 juillet 2012

Comme chacun sait, la gestion de sa messagerie électronique constitue la tâche la plus fastidieuse. Or, selon une étude de Mc Kinsey Global Institute, les réseaux sociaux réduiraient de 25% le poids des mails à traiter.

e-mail, entrepreneur, productivité

Routine pour les uns, besogne pour les autres pour ne pas dire corvée, la gestion du courrier électronique s’impose à tous : stagiaire d’été, cadre commercial, dirigeant d’entreprise. La galère quotidienne. Que dire alors après deux semaines de vacances, où votre messagerie électronique affiche 700 nouveaux messages ? Rien de mieux pour achever le moral, déjà mis à mal par l’absence programmée des apéritifs qui rythmaient vos journées en Provence.

D’après une étude McKinsey Global Institute, la gestion de la messagerie – en gros : trier, répondre, effacer, transférer – prend 13 heures de son temps par semaine. Soit, l’équivalent d’un peu plus du tiers d’une semaine de travail à 35H. Cumulé sur une seule année, moins les cinq semaines de congés payés, ce sont autour de 611 heures passées à lire son courrier. Chiffre forcément minimum pour les dirigeants de PME qui dépassent allègrement le temps de travail légal.

Un e-mail sur 10 utile

En France, Thierry Breton, ancien ministre de l’économie et des finances de Jacques Chirac et dorénavant CEO d’Atos, estime le temps passé à lire et répondre aux e-mails plus entre cinq et vingt heures par semaine. Évidemment, lire 100 mails par jour en moyenne prend du temps. Problème, seul un peu plus d’un e-mail sur 10 est utile au bon fonctionnement de l’entreprise.

Que faire ? Dans le cas de la société d’informatique, elle a décidé, depuis cet état de fait, d’utiliser des réseaux sociaux adaptés à Atos pour communiquer. Résultat, grâce au partage et à l’utilisation intuitive, proche de Facebook et d’autres réseaux sociaux, l’entreprise a constaté une baisse significative de 20% du nombre d’e-mails envoyés entre collaborateurs.

Outils sociaux pour gérer sa messagerie

Une réduction qui pourrait même atteindre 25% d’après l’étude de McKinsey. Car, « aujourd’hui, une grande quantité d’informations pertinentes pour l’entreprise restent verrouillées dans les boîtes de réception » note l’étude. Résultat, l’utilisation d’outils « sociaux » en entreprise permettrait de ne pas louper les informations pertinentes aux destinataires. Le rêve !

Conséquence de quoi, si l’information circule mieux, les collaborateurs gagnent 8% de temps de travail par semaine. Le tout, au bénéfice des missions jugées plus importantes pour la bonne marche des entreprises. Autrement dit, plus de temps à consacrer pour la mise en place de la stratégie à long terme de l’entreprise, si vous êtes dirigeant. Alors, que demande le peuple des entrepreneurs ?

Tancrède Blondé

Lire l'article

Jérôme Cahuzac précise les impôts qui… n’augmenteront pas

Actu Business, Actualités

30 juillet 2012

À l’occasion de l’ouverture de la commission mixte paritaire, dernière étape avant le vote au Parlement, le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, a précisé un peu ce à quoi doivent ressembler les prochaines hausses d’impôt.

Budget Cahuzac impôt

Surprise. Alors que la hausse des cotisations sociales générales (CSG) semblait inéluctable, selon les experts et la Cour des comptes, le ministre délégué au Budget a affirmé au micro de France inter que  » le budget 2013 n’envisage pas cette mesure-là ». Exit donc la hausse de la CSG. Depuis la fin de la conférence sociale, François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont visiblement choisi.

« Avant de savoir s’il faut de nouveau augmenter tous les impôts des Français, par exemple la CSG commençons par prouver que nous sommes capables de faire des économies et je m’y efforce » affirme le ministre. Une manne financière de moins pour le gouvernement socialiste. A titre de rappel, une hausse de 1% de la CSG rapporte 11 milliards d’euros supplémentaires à l’Etat.

Le gouvernement ne compte pas également rehausser le taux de TVA sur la restauration. « Ce n’est pas au programme de François Hollande » rappelle Jérôme Cahuzac. En revanche, un bilan sera organisé par la ministre de tutelle, Sylvia Pinel. »S’ils ont tenu parole » en matière de politique salariale, « alors l’Etat tiendra la sienne ». Les restaurateurs peuvent souffler jusqu’à la fin de l’été.

Enfin, le ministre a quelque peu précisé les contours de la taxe de 75% pour ceux qui auraient gagné plus de 1 million d’euros par an. En clair, « l’idée du risque ne doit pas être dissuadée ». Autrement dit, des aménagements sont à prévoir pour « les artistes, écrivains, cinéastes, chefs d’entreprise », selon Jérôme Cahuzac. Pourquoi ? Ils ne connaissent pas leur rémunération à l’avance. C’est pas faux.

Pour le reste, à savoir l’impôt sur le Revenu, la Fortune, les sociétés, etc… il faudra attendre la rentrée

Tancrède Blondé

Lire l'article

Salon Créer 2012

Agenda

30 juillet 2012

Du 10 au 12 septembre 2012, Lille Grand Palais accueillera la 6ème édition du Salon Créer, l’événement euro régional consacré à l’entrepreneuriat. Créateurs, porteurs de projets, franchisés, dirigeants, repreneurs, cédants, demandeurs d’emplois seront invités à concrétiser leurs projets de création, de reprise, de transmission et de développement d’entreprise.

Cette année tous les territoires de la région sont mobilisés pour vous permettre de retrouver les structures d’aide à la création et à la reprise d’entreprise rassemblées en un seul lieu !

Retrouvez la programmation à cette adresse : http://www.saloncreer.com/programmation/programmation-officielle.html

Pour cette nouvelle édition du Salon Créer l’entrée reste gratuite et une opération TER et auto-car vous permet de rejoindre Lille gratuitement depuis les principales villes de la région.
Demandez vite votre badge ! http://www.inscriptions-lillegp.com/CREER/?lang=FR

Rendez-vous sur le site pour plus d’informations sur les villes et heures de départ des autocars.
http://www.saloncreer.com/page/infos-pratiques.html

Lire l'article

Échec d’entrepreneur : Jean-Marie Messier, l’homme qui n’a pas su s’arrêter à temps

Actualités, J'entreprends comme je suis

30 juillet 2012

Il avait tout pour plaire : une physionomie de gendre idéal, une tête bien faite, une vision à long terme. Malheureusement, il n’a pas pu échapper au syndrome de l’infaillibilité. Mal encore trop répandu chez les entrepreneurs qui n’ont pas eu la chance de connaître, tôt, l’échec.

Jean marie Messier vivendi échec

« J6M », pour Jean-Marie Messier « Moi-Même Maître du Monde ». Un surnom en symbole d’une mégalomanie qui lui restera adossé pour encore de nombreuses années. Pourtant, l’entrepreneur Français a longtemps incarné la France conquérante , avant de chuter presque anonymement en juillet 2002. La faute à une logique financière qui a pris le pas sur les ambitions industrielles. Un vrai gâchis qui aurait pu tourner au drame national, si le conseil d’administration sous l’impulsion de Claude Bébéar, ancien dirigeant d’Axa, n’avait pas mis le hola.

Il faut dire, ce fils d’expert-comptable a toujours été doué avec les chiffres. Polytechnicien à 20 ans, énarque et inspecteur des finances, Jean-Marie Messier a la tête bien faite. Et, comme tous les jeunes hauts fonctionnaires, les postes techniques à des ministères s’offrent à lui. Rien de particulier à signaler. À cela près que la  privatisation massive de la période de cohabitation 1986-88 le met au centre du jeu. Appliqué et impliqué, il chapeaute toutes les les questions de privatisation dans le ministère d’Edouard Balladur. Son réseau naît de cette période.

Un sens médiatique certain

Mitterrand réélu, il rentre chez la banque Lazard pour en devenir un des associés-gérants à 32 ans à peine. Un rôle qui, visiblement ne lui convient pas. La preuve, il préfère intégrer la Générale des eaux en 1994. Guy Dejouany qui l’ a repéré décide d’en faire son successeur. Enfin le premier ! Mais Jean-Marie Messier n’a pas le temps de savourer. Les affaires de corruption se multiplient au sein du groupe, où plusieurs responsables sont mis en cause. Sans parler du niveau d’endettement. Celui-ci prend un ton rouge vif qui le rend particulièrement vulnérable.

Autrement dit, le baptême du feu. Et Jean-Marie Messier a l’air d’aimer ça. Sa méthode : agir vite et médiatiser. Ça vous rappelle un ancien Président ? Quoi qu’il en soit, les résultats sont au rendez-vous ! Mieux, les premiers ennuis écartés, il décide de passer à l’offensive. Il veut faire de son groupe un géant mondial. Et pour cela, une seule solution: la croissance externe. En 1999, il paye argent comptant une société d’eau Américaine 7 milliards de dollars. Dans les médias, il prend une participation de 30% dans le groupe Havas qui possède Canal + et une autre dans Cégétél qui, elle-même, contrôle SFR.

… Mais un poil cabotin

En 1999, il a la possibilité de contrer Vodafone qui aurait pu déboucher sur un géant des télécommunications Européen. Mais il refuse et préfère axer sa communication sur sur un portail internet avant que la bulle n’explose. Résultat, l’action s’envole. Avec cette trésorerie inespérée car surévaluée, J2M achète les actifs du Canadien Seagram, propriétaire de la « petite » société Universal. Vivendi Universal, un géant des médias était né. Argent, gloire et célébrité, Jean-Marie Messier se croit invincible. Autrement dit, les ennuis commencent.

Il achète une entreprise par mois. Il s’enorgueillit de l’introduction en bourse de New-York. Il raille « l’exception culturelle Française », remplace Pierre Lescure à la tête de Canal plus. Les employés protestent ? Il n’en a cure. Il n’empêche, la volée de bois vert est énorme en France. À cela s’ajoutent les difficultés financières, inhérentes à une politique de rachat démesuré. Les investisseurs commencent à douter. Mais en 2002, il affirme aux actionnaires que le groupe « va mieux que bien ». En réalité, l’entreprise perd 13,6 milliards d’euros. Un record qui tient toujours. La suite est connue. Lâché par son conseil d’administration, sous l’impulsion de Claude Bébéar, Jean-Marie Messier est obligé de démissionner en juillet 2002.

Incapable de retoucher terre, Jean-Marie Messier s’estime victime de machination de l’establishment, alors que son successeur, Jean-René Fourtou, démantèle Vivendi afin de ne pas mettre la clé sous la porte. Quoi qu’il en soit, sa carrière de grand patron international s’arrête à 46 ans.

Tancrède blondé

Lire l'article

Une application et des miles pour une conduite éco-responsable

J'entreprends comme je suis, Widoogreen

30 juillet 2012

De : Elisabeth Lecuyer

Émission du 30 juillet 2012 :

Redonner le plaisir de conduire, c’est l’objectif de Christophe Meunier-Jacob, fondateur de Save Code. Sa société commercialise l’application smartphone EffiDriver.

Cette outil sensibilise à l’éco-conduite, en enregistrant les variations de vitesse du véhicule. Elle vous permet, à la fin du trajet, de gagner des points en fonction de votre conduite responsable ou non. Les points sont convertibles en cadeaux sur un site d’e-commerce de produits et services automobiles éco-responsables.

Un nouveau green business, dont vous découvrirez le fonctionnement et le business model dans ce podcast.

Lire l'article

emissions

168

« C’est un luxe très important d’avoir des idées »

Confidences d'entrepreneurs, Entre Nous

27 juillet 2012

De : Nathalie Busiaux

Émission du 27 juillet 2012 :

Nous vous proposons de faire connaissance avec Olivier Breittmayer, PDG d’Exclusive Networks. Ce groupe est un distributeur de solutions de sécurité informatique en B to B.

Entrepreneurs depuis 25 ans, Olivier Breittmayer à racheter une TPE Lyonnaise, il y a 9 ans. Il l’a développé, d’abord en France puis dans 13 pays d’Europe. Rachat, création d’entreprise, notre entrepreneur du jour fait partie de ceux qui sont malheureux quand ils n’ont pas de projets dans la tête. Il exploite ses idées à fond, un luxe et une chance, selon lui.

C’est au tour d’Olivier Breittmayer de se confier dans cette nouvelle émission d’Entre Nous. Serial-entrepreneur, il vous parle de ses motivations. S’associer, prendre des risques, manager, racheter, créer… Il aborde tous ces sujets en retraçant son parcours et ses choix, ses galères et ses joies.

 

 

Lire l'article

Compétitivité : les solutions des experts-comptables Franciliens

Actualités, L'entrepreneur pratique

27 juillet 2012

L’Ordre des Experts-Comptables région Paris Ile-de-France et la Compagnie Régionale des Commissaires aux Comptes de Paris ont synthétisé les obstacles qui empêchent les PME de grandir. Et, si certaines solutions sont déjà connues, les auteurs n’hésitent néanmoins pas à innover.

compétitivité experts-comptables

Accès garanties au marché public, flexisécurité, modification du régime de l’impôt sur les sociétés, stabilité administrative, etc… Autant de solutions, maintes et maintes fois répétées, pour faciliter le développement des petites et moyennes entreprises. Les experts-comptables et les commissaires aux comptes Franciliens ne dérogent pas à la règle. Et ils ont bien raison. Ne dit-on pas que la répétition fait partie de l’éducation ?

Raison pour laquelle, les auteurs de la synthèse n’hésitent pas à rappeler l’importance de l’innovation, meilleure solution afin de rééquilibrer, à moyen terme, la balance commerciale. Pour cela, les pôles de compétitivité doivent être davantage soutenus par les pouvoirs publics. Le renouvellement de l’offre Française, peu sensibles au coût du travail et difficiles à copier, est à ce prix.

Créer un choc des compétences

Mais cela ne suffira pas. « La France ne fait pas assez le pari de la qualité et de la qualification qui est un facteur  d’épanouissement pour les hommes, et de compétitivité pour l’économie » rappelle les auteurs de la synthèse. Ainsi, le système de formation initiale doit-il être connecté à l’évolution de l’emploi. Dès lors, il est nécessaire de passer d’une obligation de financement de la formation à une obligation de formation concrète. Une mesure approuvée par 56 % des dirigeants de PME, selon un sondage de l’Ifop.

Plus innovant, les experts-comptables prônent l’installation d’un dispositif incitatif pour les dépenses consacrées au marketing. En effet, du fait de leur petite taille, les activités de vente et de marketing se résument très souvent « à des opérations ponctuelles à cause de leurs ressources limitées et de leur manque d’expertise professionnelle ». Conséquences de quoi, les auteurs prônent un doublement des « plafonds des crédits d’impôts « formation du chef d’entreprise» et « dépenses de prospections commerciales ». Mais, toujours pour les dépenses consacrées au marketing.

Eh oui, de meilleures compétences amènent de meilleures ventes, et vice-versa.

Cliquez ici, pour l’intégralité des propositions

Tancrède Blondé

Read

Lire l'article

Recrutement : remplacer le CV et la lettre de motivation par un challenge

J'entreprends comme je suis, Les acteurs de l'innovation

27 juillet 2012

De : Lionel Kaplan

Emission du 27 juillet 2012 :

Vous en avez marre des piles de CV et de lettres de motivation qui s’amoncellent sur votre bureau ? Choisissez de recruter autrement. Parmi les alternatives possibles, les solutions innovantes de recrutement en ligne.

Chez Uponjob, la première approche pour décrocher un entretien d’embauche est un challenge en ligne. Mises en situation, exercices pratiques, questions… Autant de façon de voir plus rapidement les compétences et le comportement du candidat. L’entretien et le CV interviennent seulement dans un second temps.

Romain Goby le dirigeant d’Uponjob, vous parle de cette innovation.

Lire l'article

Marché insolite : le spécialiste du e-commerce des préservatifs

Insolent ou Insolite, J'entreprends comme je suis

27 juillet 2012

De : Joël Saingré

Émission du 27 juillet 2012 :

Insolent ou insolite reçoit cette semaine Le Roi de la Capote. Marc Pointel, le fondateur et dirigeant de cette société, commercialise la plus large gamme de préservatifs en France.

Le discours officiel sur le préservatif n’incite pas toujours les français à l’utiliser. Marc Pointel, lui, parle de libération sexuelle et de re-érotisation du préservatif. La recherche et le développement ont permis de grandes avancées, au niveau des textures, des odeurs, des produits, ect… Ce qui permet de faire du préservatif un objet technologique et un objet de plaisir. C’est le message de Marc Pointel.

Découvrez tous les détails de ce marché insolite dans ce podcast.

Lire l'article

Najat Vallaud-Belkacem veut une « société égalitaire » pour les entrepreneures

Actu Business, Actualités

27 juillet 2012

À l’occasion d’une rencontre avec les entrepreneures de Paris Pionnière, la porte-parole du gouvernement et ministre des Droits de la femme, Najat Vallaud-Belkacem, est revenue sur les ambitions du gouvernement en matière de création d’entreprises par les femmes.

Vallaud-Belkacem ministre Droit des femmes

Une société égalitaire. Telle est l’objectif affiché de la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud Belkacem. Et cela vaut également  pour l’entrepreneuriat.  Pendant deux heures, la ministre a échangé avec des créatrices d’entreprise pour entendre leurs doléances et, si possible, trouver des moyens de faciliter leur vie de chef d’entreprise.

Déjà, ne serait-ce que sur la façon dont sont organisés les accords de subvention. Car, si les subventions sont légion pour un jeune entrepreneur Français, le montage des dossiers prend un temps fou. Et, comme le dit une entrepreneure présente dans la salle: « franchement, on n’a pas que ça à faire ».

Quelles enjeux pour le gouvernement ?

Plus globalement, le crédit reste, encore et toujours, problématique  en ces temps de méfiance bancaire. La preuve, une autre cheffe d’entreprise explique que son banquier lui demande de « garantir à 100% sa demande de crédit ». Autrement dit, les banques ne veulent absolument plus aucun risque. Difficile dans ces conditions, d’accepter de payer un taux d’intérêt, expression du risque pris par le banquier.

Des problèmes que devrait résoudre la prochaine banque publique d’investissement, prévue pour la fin de l’année. D’ailleurs, dans l’interview accordée à Widoobiz, Mme Vallaud-Belkacem évoque la possibilité de voir, dans cette prochaine banque publique d’investissement,  une antenne créée spécialement à l’attention des femmes entrepreneurs.

Enfin, la porte-parole du gouvernement revient également sur la loi du harcèlement sexuel, adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale. Une loi qu’attendent avec impatience toutes les femmes qui ont un dossier en cours, ou qui pourront désormais faire valoir leurs droits. Pour le reste, il faudra attendre probablement l’automne pour que les entrepreneures puissent donner un premier avis sur l’action du gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Avis forcément sans concession.

Tancrède Blondé

Lire l'article

4ème édition du concours « Graine de créateurs »

Agenda

26 juillet 2012

CRÉER REPRENDRE UNE ENTREPRISE EN NORMANDIE

Le 15 juin dernier, les CCI du Pays d’Auge, de l’Eure, de Dieppe, du Havre et de Rouen ont ouvert la 4ème édition du concours « Graine de créateurs ».

Gratuit et accessible à tous les porteurs de projets de création ou de reprise d’entreprise (RCS uniquement) sur le territoire de l’une des cinq CCI organisatrices, il récompensera les meilleurs projets à travers quatre prix, qui viendront soutenir la démarche de création ou reprise des lauréats.
Le concours « Graine de créateurs » s’inscrit dans les Rencontres Régionales Créer, Reprendre une entreprise en Normandie qui auront lieu du 23 au 26 octobre 2012, successivement dans les CCI du Pays d’Auge (Lisieux), de l’Eure (Evreux), de Dieppe et du Havre. Il a pour but de développer le goût d’entreprendre, de valoriser l’esprit entrepreneurial et de faire connaître les services et les outils mis à disposition par les CCI ainsi que par d’autres réseaux d’accompagnement.

 

 

Plus de renseignements sur : www.creer-reprendre-normandie.fr

 

Lire l'article