L’esprit d’entreprise est-il contagieux ?

esprit-entreprise-contagieux

D’après une étude, connaître un entrepreneur à succès donnerait envie de devenir soi-même entrepreneur.

Le virus de l’entrepreneuriat est-il transmissible ? Et bien apparemment oui. D’après une étude de Kauffman Foundations, le simple fait de connaître un entrepreneur multiplie par 20 la probabilité de devenir soi-même un créateur et dirigeant d’entreprise. Et si, en plus, cette connaissance travaille dans les secteurs rêvés de l’internet, des logiciels, des biotechnologies et qu’il réussit, alors la probabilité de devenir chef d’entreprise augmente de 27 points.

Une envie d’autant plus pressante que l’entrepreneuriat est perçu de plus en plus comme la voie la plus directe vers la réussite professionnelle. Qui refuserait par exemple un destin à la Tumblr, société rachetée 1,1 milliard de dollars par Yahoo ! six ans seulement après sa création. Sans parler de Snapchat qui a préféré rejeter une offre d’achat de 3 Mds de dollars de la part Facebook. À leurs yeux, ils valent plus que ça. Carrément !

Il suffit de les réunir dans une même salle

Autre avantage de se faire racheter son entreprise : intégrer les plus belles sociétés auxquelles vous n’auriez jamais même imaginé postuler. Qui plus est, si c’est une société américaine. Là-bas, les entreprises acheteuses offrent un salaire compris entre 500 000 et 1,2 millions de dollars par an. À ce prix-là, n’importe qui est prêt à travailler corps et âme pendant cinq ans, si on décroche le chèque au bout.

« La connexion entre connaître et devenir un entrepreneur est forte », explique l’auteur de l’étude, Paul Kedrosky. « Les fondations et les programmes pour encourager l’entrepreneuriat et la création de valeur ajoutée suscitent des vocations, juste en mettant dans une même salle entrepreneurs et non-entrepreneurs », ajoute-t-il. À noter que les femmes ont moins besoin d’une « figure paternelle » que les hommes pour se lancer dans la vie de créateurs et dirigeants d’entreprises.

Les entrepreneurs nous sauveront-ils ?

Quoi qu’il en soit, l’inoculation du virus « esprit d’entreprise » doit être organisée à une plus grande échelle en France. La conjoncture n’étant pas près de se rétablir dans les prochaines années, mieux vaut créer son propre emploi. Consultant, freelance, auto-entrepreneurs, des statuts qui vous rendent plus attractif aux yeux des entreprises. Eh oui, vous coûtez en moyenne 30 % moins cher qu’un employé équivalent.

Enfin, rappelons-le, le monde n’est plus hermétique comme au temps des trente glorieuses. Embaucher un ingénieur informatique indien, russe ou chinois pour une mission précise est dorénavant le lot commun des grandes entreprises. Non seulement sa prestation coûte 5 à 10 fois moins cher qu’un ingénieur français, mais en plus ils n’ont plus à payer les cotisations multiples et variées.

En clair, l’entrepreneuriat nous sauvera tous.

 Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

1 Commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux