Pour les jeunes, « coucher » est un moyen de réussir comme un autre

Aux yeux des Français, la flatterie reste le chemin le plus court pour obtenir une promotion, à moins que cela ne soit le canapé.

« L’ambition individuelle est une passion enfantine », disait Charles de Gaulle. Selon un sondage d’OpinionWay, une bonne partie des Français seraient restés alors de grands enfants. Plus de la moitié des salariés français interrogés affirment être « prêts à tout » pour réussir. Une volonté davantage partagée par les hommes (59%) que par les femmes (47%). Mais, ce sont surtout les jeunes qui font preuve d’une ambition démesurée.

Le moyen le plus utile : la flatterie. Mais ce n’est pas la seule arme. « Communiquer en permanence sur ses réalisations » reste le chemin le plus consensuel. Une personne sur trois serait même prête à « ne pas dire exactement la vérité » à leurs supérieurs. 22% n’hésitent pas à épouser « toutes les idées de leurs boss, même celles qui ne semblent pas pertinentes ». Et ce ne sont pas les pires. Ils sont autant (22%) à vouloir utiliser leur charme naturel, si l’occasion se présente.

« Savoir flatter son chef »

Une solution extrême partagée par 43% des moins jeunes. Ce qui n’est pas le cas des 18-24 ans. En effet, « coucher » reste une option valable pour près d’un jeune sur cinq (18%). Difficile cependant de juger. L’étude ne dit pas si les jeunes des années 80 ou 90 pensent de la même façon à leur époque respective. L’idée d’ambition reste la même dans les années 60 qu’aujourd’hui.

En tout cas une chose est sûre : les salariés qui réussissent le mieux sont ceux qui « savent flatter leurs chefs ». Une idée partagée par 43% des sondés. La compétence arrive loin derrière (36%). À noter que les plus anciens sont plus nombreux à penser de cette manière. Enfin, 38% des salariés pensent que les collègues qui réussissent le mieux n’agissent en réalité « que dans leur propre intérêt ».

Les anciens, plus méfiants

Malgré cette vision « pessimiste » de la promotion, les Français n’ont pas d’animosité particulière envers ceux qui montent en hiérarchie. Aujourd’hui, 63% des Français estiment qu’on peut faire confiance à un collègue de travail. Une proportion qui tombe cependant à 51% pour les plus de 50 ans. Visiblement, l’âge vous rend plus méfiant ou plus craintif. Aux plus jeunes de les convaincre de leur bonne volonté… quitte à utiliser leur charme naturel.

#Replay : Vous n’avez pas encore découvert Mober dans notre dernier numéro de Vis ma Startup ? Séance de rattrapage juste ici :

@Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux