Sericyne, la startup qui a inventé l’impression 3D naturelle

Née de la rencontre entre le design et la science, la startup Sericyne tente de ressusciter le savoir-faire français en matière de Sériciculture.

Une nouvelle matière. Dans le marché mondialisé de la soie, la France n’existe plus depuis bien longtemps. Mais, un nouveau départ est peut-être possible, grâce à la soie Sericyne. Issue d’insectes élevés en France, Europe et Tunisie, la startup a mis au point une nouvelle technique de transformation qui permet, entre autre, un bilan carbone dix fois moins élevé que celui de la laine par exemple.

« Nous conservons tous les éléments qui composent la soie (la fibroïne et la séricine) et en mettons en valeur les bénéfices alors qu’actuellement l’industrie de la soie supprime la séricine. Pourtant, cette protéine naturelle sert d’adhésif pour unir la fibroïne dans le cocon, comme une sorte de colle », expliquent les deux fondatrices, Clara Hardy et Constance Madaule. Ce qui leur permet de développer un avantage compétitif certain.

Sericyne travaille déjà avec Hermes petit h

Sericyne peut ainsi faire produire directement aux vers à soie des objets en deux ou trois dimensions et non plus des cocons comme ils le font habituellement. Une technique qui a donné naissance à une nouvelle : la soie Sericyne. Cette soie non tissée est 100 % naturelle. Brillante et légère, elle inspire désormais de plus en plus de maisons de mode et de décoration de luxe.

La startup annonce travailler déjà avec plus de quinze clients français et européens. Si la jeune entreprise ne souhaite pas communiquer sur les projets en cours, Hermes Petit h aurait déjà fait appel au savoir-faire de Sericyne. « Sur-mesure, nous travaillons avec les clients sur des projets et produits précis dans lesquels la soie viendra s’intégrer. Nous développons avec eux des maquettes et prototypes avant d’éditer les séries », expliquent les deux startuppeuses.

Elle cherche à lever 500 000 euros avant 2017

L’entreprise a été fondée en 2015 par Clara Hardy, designer produit diplômée de l’École Boulle et de l’ENS Cachan et Constance Madaule, ingénieur agronome, diplômée d’AgroParisTech. Aujourd’hui, la startup évolue au sein de la 104 Factory, incubateur parisien situé dans l’espace culturel du 104 dans le 19e arrondissement de la capitale française.

Sericyne compte désormais lever des fonds pour accélérer son développement. Des discussions seraient déjà en cours avec des investisseurs. En attendant, l’entreprise a démarré une campagne Wiseed. L’entreprise aimerait lever 500 000 euros avant la fin de l’année 2016.

Replay : Mober propose des scooters électriques en libre partage trop stylé. Pour regarder la vidéo, c’est par ici :


Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

1 Commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux