Comment grandir ? De l’idée au projet

À l’heure actuelle, 30 % des entrepreneurs sont des femmes, alors pourquoi pas vous ? À la base de toute création d’entreprises, il y a évidemment une idée. Ensuite, pas de surprise, sa réalisation est étroitement liée à votre motivation. Vous devez être prêt à vous investir pleinement, soutenu par un moral d’acier face à un parcours qui sera semé d’embuches. Comment murir un projet ? Hiérarchiser ses priorités ? Bref, comment passer de l’idée au projet ? Avec nous aujourd’hui pour en parler, Leila Bezaz, fondatrice de monpetitappart.com, et Henda Cherfi, maquilleuse, esthéticienne et coiffeuse à domicile.

Leila Bezaz a créé son entreprise en 2008. monpetitappart.com est une agence de décoration et d’aménagement d’intérieur pour petits espaces. Ainsi, elle fait gagner des mètres Carrez tout en améliorant l’habitat. C’est un service très demandé de nos jours et surtout de plus en plus crucial compte tenu de l’envolée des prix de l’immobilier.

De son côté, Henda Cherfi, est également une sorte de « coach pour les mariées » puisqu’elle s’occupe de tous leurs accessoires, préparations, etc. À l’origine, Henda Cherfi souhaitait ouvrir son propre salon de coiffure, mais, l’aspect financier ne suivant pas, elle abandonna l’idée pour exercer son activité de coiffeuse à domicile il y a maintenant 4 ans. Une décision qu’elle ne regrette pour rien au monde aujourd’hui.

La folie de l’entrepreneuriat

Pour Leila Bezaz, « il y a une part de folie lorsque l’on monte une entreprise ». En effet, comme elle nous l’explique, il fallait être vraiment très motivée pour lancer une activité en pleine crise économique, comme elle l’a fait. Mais avec le recul, elle se rend compte que l’excès d’enthousiasme est un bon point, car au moins, elle ne se doutait pas des difficultés à venir. La catastrophe d’un 1er « gros client » qui ne paiera jamais, ou le fait de devoir défendre un projet sans business plan, puisque totalement innovant, devant de futurs clients et fournisseurs : l’aventure a été houleuse, mais la motivation est bien plus forte.

Foncer tête baissée vers ses projets

Lorsque l’on a une idée, la finalité parait idéale. Mais il y a de nombreuses étapes à franchir pour construire véritablement ce projet. Lorsqu’elle voulait ouvrir son salon, Henda Cherfi avait fait un plan prévisionnel, un bilan, et avait même participé à quelques réunions de la Chambre des Métiers. Et malgré l’absence de grandes études et le manque de soutien et de compréhension de son entourage, elle est restée rivée sur son rêve d’entrepreneuriat.

Les conseils de nos invitées aux femmes qui souhaiteraient faire de leurs idées du concret, sont de « déléguer une partie du travail en s’entourant et en parlant de son parlant autour de soi ». En effet, même si l’on a une idée de projet totalement novateur, il ne faut pas se cloisonner, mais plutôt en parler pour améliorer l’idée.

Linda Labidi

Linda Labidi

Linda Labidi s'est faite connaître auprès des téléspectateurs sur Direct8 en 2005. Cette passionnée d'entrepreneuriat se lance dans le grand bain, d'abord en 2010 en fondant Labidi Média, agence de production vidéo puis en 2012 en fondant Savea', une enseigne de restauration rapide. Depuis elle collabore sur divers projets sur le sujet telque 'A Vos Marques' sur Equidia Life, programme court dédié à l'économie équestre puis 'Business Women', programme court dédié à l'entrepreneuriat au féminin sur widoobiz & Demain !

3 Commentaires
  1. Stolen credit card buy levitra fast If Carl Icahn’s decision to sell is proven to be the right investment call and Netflix’s shares fall, both father and son will see their profits from the investment pared, given they still own 2.67 million shares, or a 4.5 percent stake. There will be no additional penalty for his son’s funds if the share price falls below the Icahn selling price.

  2. Have you got a current driving licence? levitra price at walgreens “Some scientists and thinkers have speculated that, with the advancement of applied biological science, humankind may no longer be subject to Darwinian natural selection,” the text reads. I rush through the exhibit, my Glass darting around the sociopolitical extravaganza, but I’m so busy making sure Christine gets a good look that I barely comprehend any of it. There’s a video that seems to be composed entirely of very athletic women holding on to their pregnant bellies. I snap a picture of it with my iPhone (you can’t do a video call and a recording at the same time) and dash off toward the next thing. I suppose that I, too, want to escape the bounds of natural selection. Also, I’m worried that the security guards will confront me for having a recording device on my face, and one of them eventually does (“We don’t own the rights to these works,” he explains). Christine complains about the quality of the video and audio, which she says “is like seeing things through the point of view of an elderly person with sight and hearing problems.”

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux