6 questions à se poser avant de recruter pour la première fois

question

Recruter un premier salarié est un cap important dans la vie d’un entrepreneur. Aussi est-il important de ne pas le rater.

Ça y est la machine est lancée. Après des mois de travail acharné, la petite entreprise commence à prendre son envol. Assez en tout cas pour se poser la question de l’arrivée d’un éventuel premier employé. Mais, l’édifice reste cependant trop fragile pour se permettre la moindre erreur. Voici quelques questions que les entrepreneurs doivent absolument se poser avant de franchir le cap.

Quel rôle doit-il remplir ?

Un premier employé n’est pas un sous-entrepreneur, prompt à changer de casquette à chaque fois que cela est nécessaire. Non, il est recruté pour un travail précis qui, si les choses se passent bien, est amené à évoluer.
Aussi, la description de poste doit-elle être très précise. Rien n’est plus agaçant que de voir une entreprise publier une annonce vague et creuse. D’autant plus grave que cela n’incite pas les meilleurs à postuler.

Quelles sont les tâches que je veux déléguer ?

À défaut d’avoir une idée précise du poste recherché, l’entrepreneur a tout intérêt à délimiter les tâches dont il veut se débarrasser. Celles à très faible valeur ajoutée, comme celles où il considère qu’il peut trouver meilleur que lui.

Un choix qui change tout sur la stratégie de recrutement à adopter. Henry Ford disait : « Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite ». Raison de plus pour ne pas se tromper.

Est-il complémentaire ?

L’erreur que font beaucoup d’entrepreneurs est de recruter une personne qui possède à peu près les mêmes compétences. Au moins, « il pourra me remplacer sur certains dossiers si j’ai un empêchement », se disent-ils.

Malheureusement, les choses ne fonctionnent pas ainsi. Dans ce cas précis, un entrepreneur a besoin davantage d’un associé que d’un employé. Ce dernier ne peut remplacer le dirigeant. Il aide, voire compense certaines faiblesses du dirigeant: marketing, design, programmation.

Un indépendant peut-il faire l’affaire ?

Plutôt que de s’engager sur un contrat à temps plein, pourquoi ne pas commencer par engager un prestataire : moins de paperasse, moins de management à faire au jour le jour.
D’un autre côté, recruter un collaborateur en CDI équivaut à la première pierre d’une future grande maison. Le recours à un prestataire reste un expédient.

Va-t-il être un bon modèle pour les futurs employés ?

Un premier recrutement en appelle un autre, puis deux, puis trois, etc… Interdiction donc de se tromper sur ce premier collaborateur. C’est lui qui va rythmer, en partie, la dynamique au futur groupe. La parole du dirigeant compte, mais les autres vont essayer de se mettre au diapason de celui qui connaît les deux côtés du décor.

Au final, ce premier collaborateur incarne l’image que l’entrepreneur veut véhiculer.

Est-ce que vous prendriez un verre avec lui ou elle en dehors des heures de travail ?

Une startup est avant tout une accumulation d’heures de travail. Si un candidat n’a pas l’air de s’accorder à l’humeur du dirigeant ou des associés, mieux vaut encore ne pas l’engager.Il a beau être très bon dans son domaine, une entreprise reste une aventure humaine.

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux