Les signes qu’il est temps de quitter son job pour créer sa boîte

fusée

Fatigués par leur job actuel, beaucoup rêvent d’un changement dans leur vie professionnelle. Signe qu’il est peut-être temps de franchir le pas de la création d’entreprises.

« La vie est trop courte ». Trop courte en tout cas pour se laisser asphyxier par le poids d’un travail sans saveur et, surtout, sans rebondissement. À force d’accumuler les petites rancœurs, le salarié songe de plus en plus à embrasser la vie d’entrepreneur, quitte à abandonner un certain confort. Voici les signes qui ne trompent pas.

Vous ne supportez plus qu’on ne vous dise plus « merci »

Engoncés dans une posture passéiste, nombre de supérieurs oublient de remercier leurs collaborateurs. « C’est normal qu’ils fournissent le travail demandé », se disent-ils. Oui, mais à force de nier ce droit à la reconnaissance, la volonté de bien faire son travail s’effiloche, s’assombrit, s’efface dans un no man’s land de l’enthousiasme.

S’il faut être chef pour revivifier ce sentiment, cela ne vous dérange pas.

On méprise vos idées

Une fois, trois fois, sept fois… Sans être une moquerie affichée, vous sentez que les dirigeants rabaissent systématiquement les idées vos idées. Bien entendu, vous ne pensez pas avoir la science infuse, mais vous voyez que le champ des personnes écoutées se réduit comme peau de chagrin.

À tel point d’ailleurs que les collaborateurs s’intéressent de moins en moins aux séances de brainstorming. Une évolution qui vous agace au plus haut point.

On vous critique en public

Plutôt que de faire un retour positif, certains dirigeants préfèrent décharger leur mécontentement en place publique. Sans prendre forcément du plaisir, ils pensent assurer leur autorité en vous rabaissant. Une chose que vous vous refusez de faire avec vos plus proches collaborateurs.

À vos yeux, un manager doit dire les choses en privé. Non pas uniquement par souci de fierté mal placée, mais pour faire passer les bons messages à la personne concernée. Devant un public, les collaborateurs incriminés se sentent humiliés.

Jamais, ô grand jamais, vous n’agirez de la sorte.

Vous avez l’impression d’être une barque à la dérive

À la différence du reste de l’entreprise, vous vous sentez comme un électron détaché de son noyau. Vous avez beau avoir des dizaines de projets en tête pour vous, vous ne retrouvez plus cette énergie en entreprise.

En réalité, le rôle de pion ne vous convient plus. Il vous faut quelque chose de plus grand, plus impactant. Bref, il est temps que vous embrassiez la carrière d’entrepreneur.

 

Et vous, entrepreneur, à quel moment vous vous êtes dit qu’il était temps d’endosser le costume d’entrepreneur ?

Tancrède Blondé

 

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

3 Commentaires
  1. Merci pour cet article. Oui la vie est trop courte… Et si l’envie vous prend de voir si l’herbe est plus verte ailleurs, avant de vous lancer n’hésitez pas à tester votre futur métier. Les stages en immersion (http://www.startisanat.org/) sont un bon moyen de préparer votre projet et de planifier votre départ. A bientôt !

  2. Bonjour
    En ce moment la mode est de tenter les gens à envisager l’idée de devenir entreprenant pour ne plus être dépendant d’une hiérarchie. Par expérience, depuis 3 ans je recherche en vain un cadre marketing commercial national connaissant la vente sur site marchand pour exploiter mes propres licences nouveaux concepts loisirs sur un marché quasi planétaire.
    Mieux qu’une embauche, je lui propose d’entrer dans l’affaire très pointue comme futur patron gérant. Comme opportunité c’est un miracle. Les cadres ont des rêves putatifs, n’ont pas la fibre d’indépendance pour se surpasser, aucune autonomie pour se décider de s’engager,n’ont aucune notion de l’économie de marché pour avoir une vision d’une affaire.
    Le chômage sévit durablement et les cadres sont quasiment condamnés à vivre en CCD, voir en intérim dans des entreprises qui les utiliserons comme des pions sans avenir.
    Ce post ne fera pas plaisir au lecteur susceptible de se sentir visé, mais il est nécessaire de faire prendre conscience du fait qu’être passéiste rien arrive.
    Cordialement

  3. Bonjour,
    Je suis a la recherche de nouveaux challenges, si tu est toujours a la recherche d’un partenaire fou de commerce fait moi signe.
    PS: Je fait du commerce d’echangeurs a plaques et je suis installe a Budapest
    Cordialement

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux