MENU

Le jukebox de ma vie
Catégorie

MARXX

1986

Thierry Marx : son parcours d’entrepreneur en musique

À la une, Le jukebox de ma vie

23 février 2015

Thierry Marx, cuisinier et entrepreneur, se définit comme quelqu’un qui a envie de projets ! Clairement, sa réussite actuelle est née de ses précédents échecs. Dans le Jukebox de ma vie, Stéphane Vincent nous fait découvrir les expériences qui ont construit ce grand cuisinier.

(suite…)

Lire l'article

Delfour

438

Céline Delfour : les clés d’une carrière d’entrepreneure et avocate unique

Le jukebox de ma vie

5 janvier 2015

Aujourd’hui, Stéphane Vincent reçoit une invitée bien particulière dans son émission puisqu’il s’agit de Céline Delfour, avocate et entrepreneure de métier. Elle partage avec nous le Jukebox de sa vie et revient sur les moments clés qui ont construit sa carrière et sa personnalité.

Céline Delfour a co-fondé le cabinet d’avocats, Anffrey & Delfour, accompagnée d’un associé et, même si le métier d’avocat n’est pas typiquement entrepreneurial, pour elle « rien ne change d’une entreprise ». Seule la démarche de prospection et de clientèle est « un peu plus délicate ». De plus, Anffrey & Delfour est un cabinet exclusivement spécialisé dans le droit des affaires, le droit des sociétés, du commerce et tout ce qui est relatif à l’entreprise. Elle connait donc parfaitement leur fonctionnement et dirige le cabinet tel quel.

(suite…)

Lire l'article

leetchi

279

Leetchi : Celine Lazorthes est la reine de la cagnotte électronique

Le jukebox de ma vie

3 novembre 2014

 

Céline Lazorthes, fondatrice et CEO de Leetchi.com se raconte à travers différentes musiques qui ont marqué sa carrière d’entrepreneure.

(suite…)

Lire l'article

Bosetti

250

Alain Bosetti: un serial entrepreneur mêlant travail et plaisir

Le jukebox de ma vie

1 septembre 2014

Place à un serial entrepreneur connu de tous aujourd’hui sur Widoobiz puisque Stéphane Vincent reçoit Alain Bosetti, qui va nous révéler le jukebox de sa vie.

Il y a quelques années, ce véritable « homme de salons » a créé avec ses associés une PME dans la communication avec 3 activités principales. La première est l’agence conseil en communication « …/en personne », créée en 1996. Par la suite, il crée également des salons comme celui des microentreprises en 1999 ou encore le salon des services à la personne, ainsi que des web magazines pour les entrepreneurs tels que « Place des réseaux », qui aide les entrepreneurs isolés à développer leur réseau, et « Planète autoentrepreneur », pour aider ceux qui souhaitent grandir et évoluer. Aujourd’hui, ils sont 4 associés dans l’entreprise et une trentaine de collaborateurs à avoir su déceler une succession d’opportunités qui leur ont permis de créer cette suite d’activités.

(suite…)

Lire l'article

Pierre Nougue

234

Pierre Nougué : l’ambassadeur des entrepreneurs

Le jukebox de ma vie

21 juillet 2014

Dans cette 124ème édition du Jukebox de ma vie, nous recevons un entrepreneur aux multiples casquettes: fondateur de l’entreprise ECOSYS Group, créateur de l’ONG Reporters d’Espoirs, initiateur des journées de l’entrepreneur maintenant renommées, Citizen Entrepreneurs et expert du marketing relationnel et des NTIC. Place à Pierre Nougué.

(suite…)

Lire l'article

wonderbox jukebox

204

Bertile Burel : un jukebox onirique pour une réalisatrice de rêves

Le jukebox de ma vie

30 juin 2014

Aujourd’hui, dans cette édition du Jukebox de ma vie, Stéphane Vincent reçoit Bertile Burel, cofondatrice de Wonderbox, un réalisateur de rêves spécialiste des coffrets cadeaux. Entre voyages et bonne humeur, nous retrouvons le parcours trépidant de notre invitée en musique.

(suite…)

Lire l'article

Anne-Laure Constanza : jukebox de la vie d’une combattante

Le jukebox de ma vie

2 juin 2014

Anne-Laure Constanza

Aujourd’hui, le « Jukebox de ma vie » défile au rythme des musiques qui ont accompagné la vie et le parcours professionnel d’Anne-Laure Constanza, fondatrice d’Envie de Fraises. Elle retrace avec nous son enfance, son entrée dans le monde professionnel et sa carrière d’entrepreneure.

En 2006, Anne-Laure Constanza crée Envie de Fraises, « une marque de mode digitale à destination des femmes enceintes », distribuée exclusivement sur le web. L’entreprise est basée sur le concept de « fast fashion adapté au web ». Concrètement, Envie de Fraises  » a des temps de cycles très courts » qui lui permettent de compter 17 jours entre le moment où le produit est imaginé et le moment où il est en stock. Aujourd’hui, la marque expédie plus de 300 000 pièces dans le monde entier et a lancé un véritable savoir-faire qui lui a permis de lancer une seconde marque de vêtements pour femmes rondes, Scarlett.

Une playlist de combattante

Pour illustrer son enfance bercée par la fête et la musique, Anne-Laure Constanza choisit le titre « Bohemian Rhapsody » de Queen. Le premier disque qu’elle a acheté était « Like a virgin » de Madonna et le morceau quelque peu « inattendu » de sa playlist est « Gravé dans la roche » du groupe de rap Sniper. Lorsqu’elle a besoin d’énergie, elle se ressource en écoutant le morceau « Going the distance » du film « Rocky », qui la remotive par sa « combativité incroyable ». Elle associe ensuite la création de sa première entreprise, Envie de Fraises, au titre « Crazy in Love » de Beyoncé, qui lui rappelle la passion et l’engouement de ce moment important de sa carrière. Enfin, elle nous livre un titre qu’elle aime, mais dont elle a un peu honte, « Ma philosophie » de Amel Bent.

Au fil des musiques qui ont rythmé sa vie, Anne-Laure Constanza réalise l’importance de la combativité dans son parcours. Que ce soit lors de son premier voyage en Chine, de son premier emploi à 23 ans en tant que Responsable du marché chinois pour une marque de luxe, ou encore de la création de sa première entreprise, elle a toujours fait preuve de combativité et de motivation. Elle nous livre ici ces moments importants et conclut en nous faisant découvrir le titre d’un de ses amis, « On the run » d’If the Kids.

Lire l'article

Patrice Begay, BPI France: de belles rencontres et un grand coeur

Le jukebox de ma vie

7 avril 2014

Aujourd’hui, Stéphane Vincent a le plaisir de nous faire découvrir le jukebox de la vie de Patrice Begay, Directeur exécutif de BPI France, en charge de la communication. La BPI France (Banque Publique d’Investissement) est « partenaire de confiance des entrepreneurs sur le long terme » et finance les entreprises de l’étape de l’amorçage jusqu’à la cotation. Concrètement, sa mission est de « servir l’avenir » avec 3 principaux objectifs: favoriser le développement économique des territoires, participer au renouveau industriel et économique de la France, et enfin, faire émerger les champions de demain.

À présent, BPI France regroupe 2200 salariés, dont 60 % de femmes, et se développe à l’international. L’une de ses dernières innovations, lancée le 13 mars dernier, est le Think Tank nommé BPI France Le Lab, qui permet de « mettre dans un même univers à la fois les chercheurs, les investisseurs, les financeurs, les entrepreneurs, etc. ».

Dans cette émission, Patrice Begay partage avec nous les moments clés qui ont fondé son parcours, au travers de musiques qui ont rythmé sa vie. Pour illustrer ses origines, il choisit « Le Sud » de Nino Ferrer, car il vient de Bordeaux et, grâce à l’amour et la volonté de sa mère entrepreneure, il s’est construit et a su développer cette passion pour l’entrepreneuriat. Dans chacun de ses projets, Patrice Begay a toujours eut « une approche leader et partenariale » animée par 4 valeurs: la proximité avec les gens, la simplicité car « il n’y a que ça dans la vie », la volonté et l’optimisme. Il nous fait découvrir ensuite un titre de l’artiste Singuila, à qui il rend hommage pour sa générosité et son dévouement dans l’association que Patrice Begay a créée avec sa femme en faveur des enfants en difficultés, l’Open du Cœur.

Concrètement, la vie de Patrice Begay est faite de beaucoup de belles rencontres. Comme celle avec Coluche qui lui a permis de travailler chez Canal+ pendant quelques années et de lancer les chaînes thématiques à partir de 1989. En effet, en sortant de l’université, il avait d’abord pour ambition de devenir professeur de mathématiques, mais a finalement basculé dans la communication, le marketing et le commerce. Après Canal+, il devient finalement Directeur des opérations commerciales de France Télécom Câble : « Coluche était atypique et je suis atypique ».

Pour se ressourcer, il écoute une musique tirée du film « Les Petits Mouchoirs », « Talk to me » de Maxime Nucci (Yodelice). Il choisit ce titre car l’un de ses amis, Joël Dupuch, joue dans ce film et en plus, il a connu Maxime Nucci lors de la mise en place d’un partenariat lançant les NRJ Music Awards. Ensuite, pour illustrer sa rencontre avec Michel Berger et surtout son aide précieuse et sa générosité envers les associations, Patrice Begay choisit « Mademoiselle Chang ». Puis, avec le titre « All Night Long », il nous fait part de son voyage aux États-Unis offert par sa sœur à la fin de son adolescence, qui lui a permis de rencontrer Lionel Richie. Cette rencontre a d’ailleurs développé en lui un véritable amour pour l’Afrique, puisqu’il a passé les 7 dernières années avant la BPI France à développer l’AEF (l’Audiovisuel Extérieur de la France).

Si la BPI France était une musique, ce serait…

Patrice Begay et Liz Mc Comb

Patrice Begay et Liz Mc Comb

Patrice Begay écoute Liz Mc Comb pour son « énergie folle » qui représente parfaitement la BPI France à l’international: « c’est le monde sur scène, tout est en live ». Il choisit également le groupe français de musique électronique, The Penelopes, qui représente pour lui « de la musique lumineuse » et illustre ainsi l’audace collective de la BPI France qui a su casser les codes de la banque d’investissement, « pour le plus grand bénéfice des entrepreneurs et de la France ».

Finalement, Patrice Begay nous confie que la vraie réussite pour la BPI France dans 5 ans serait d’avoir « favorisé un écosystème financier, fertile pour les entrepreneurs en France comme à l’international, donné une véritable impulsion aux secteurs d’avenir et à l’innovation, et encouragé le développement des entreprises françaises à l’international ». Pour l’Open du Coeur, il souhaite « donner de plus en plus dans les yeux de ces enfants qui le méritent tant ».

Lire l'article

Louis Schweitzer, une vie « de liberté, de rigueur et d’harmonie »

Le jukebox de ma vie

17 mars 2014

louis Schweitzer

Aujourd’hui, Stéphane Vincent partage avec nous le jukebox de la vie de Louis Schweitzer, Président d’Initiative France, le réseau de 230 associations dont l’objet est d’aider à la création ou à la reprise d’entreprises. Concrètement, un comité d’agrément accorde un prêt d’honneur faisant effet de levier auprès des banques et permettant aux créateurs d’entreprises de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Certains projets restent des PME et d’autres connaissent une croissance remarquable, telle que l’entreprise de services à la personne O2, qui a démarré avec 2 salariés et en compte maintenant 9 000.

Au fil des musiques qu’il a sélectionnées, Louis Schweitzer partage avec nous sa vie professionnelle, mais également des anecdotes personnelles. Il nous décrit son enfance avec « Le clavier bien tempéré » de Bach, puis ses années de lycée avec le premier disque qu’il a acheté, « Blue suede shoes » d’Elvis Presley. Il nous confie également ce qu’il écoute après une dure journée, « Misty » de Eroll Garner; son artiste préféré, Steve Reich; puis une chanson engagée qu’il aime étonnamment, « Sixteen Tons » de Tennessee Ernie Ford. Enfin, il partage avec nous ce qui le fait pleurer à chaque fois et le remplit d’émotions par sa beauté: l’opéra de Puccini.

Louis Schweitzer se raconte aujourd’hui dans le Jukebox de ma vie, décrit sa glorieuse carrière et nous dépeint une vie de « liberté, de rigueur et d’harmonie ». Dans 5 ans, il espère encore être chez Initiative France et a même de beaux projets: « la croissance, l’efficacité et la cohésion ».

Retrouvez le Jukebox exceptionnel de la vie de Louis Schweitzer dans ce podcast.

Lire l'article

Le goût du plaisir offert par Madame est servie !

Confidences d'entrepreneurs, Le jukebox de ma vie

3 février 2014

Nous retrouvons Stéphane Vincent en compagnie de Christophe Kaprelian, dirigeant de Madame est Servie ! dans Le Jukebox de ma Vie. Lorsque l’on lui demande ce qu’il fait dans la vie, Christophe Kaprelian répond qu’il « donne du plaisir ». En effet, Madame est Servie ! est un traiteur qui organise des soirées et des buffets pour diverses occasions. L’entreprise, centrée sur la région parisienne, regroupe environ 12 collaborateurs sans compter les extras lors des services et à la cuisine. Son secret : se distinguer de la concurrence en proposant des offres originales, défiant l’ordinaire et surtout surprenantes.

Christophe Kaprelian retrace avec nous sa vie professionnelle et personnelle au fil des titres qui ont rythmé son parcours. Pour illustrer sa ville de naissance et de prédilection, mais également ses origines arméniennes, il choisit le titre « J’ai vu Paris » de Charles Aznavour. Pour faire référence à sa première entreprise, créée lorsqu’il avait 18 ans et complètement « atypique » puisqu’elle fabriquait des bracelets brésiliens, il propose « La Panthère Rose ». Lorsqu’il a besoin d’énergie, il écoute « Master Blaster » de Stevie Wonder mais aussi le duo entre Joe Jackson et Marianne Faithfull. Enfin, le titre qui le définit le mieux est « C’est si bon » interprété par Eartha Kitt pour la sensualité de sa vie et de son métier et celui qu’il veut nous faire découvrir est la version spéciale de « Highway to hell » interprétée par Hayseed Dixie.

Christophe Kaprelian nous confie également sa passion pour le côté créatif du cinéma, mais aussi, et surtout, pour la photo. D’ailleurs, il a créé un blog où sont exposées toutes ses prises de vues, dans le but de « faire découvrir, faire voyager » et encore une fois, « faire plaisir ». Dans 5 ans, Christophe Kaprelian voit Madame est Servie ! a un niveau international et peut-être, proposant des produits d’épicerie fine « pour faire découvrir la France aux New-Yorkais ou encore aux Russes ».

Lire l'article

Tin-Tin Tatouages: une passion et un talent gravés dans la peau

Confidences d'entrepreneurs, Le jukebox de ma vie

6 janvier 2014

Dans le Jukebox de ma vie, Stéphane Vincent reçoit Tin-Tin, artiste tatoueur de chez Tin-Tin Tatouages et créateur du syndicat des artistes tatoueurs. Tin-Tin est né en banlieue parisienne et a commencé à tatouer à 18 ans. Grâce à son talent et ses créations hors du commun, il se fait vite connaître au niveau international, entre dans la communauté mondiale des tatoueurs et ouvre son premier salon de tatouage à Toulouse en 1986, deux ans après ses débuts de tatoueur. Aujourd’hui, il a 6 tatoueurs permanents, 2 managers et des artistes tatoueurs « invités » de renommée qui travaillent chez lui à Paris.

Cet artiste et entrepreneur nous décrit sa carrière et sa vie à travers plusieurs titres de musique originaux. Pour illustrer ses origines, il choisit un rock de Johnny Powers; pour représenter son enfance mais également son esprit de « canaille », il choisit « Le zizi » de Pierre Perret; pour se ressourcer en rentrant chez lui, il écoute « Les uns contre les autres » de Fabienne Thibeault; la musique qui tournait en boucle dans sa première boutique, « Blue Valentine » de Tom Waits; celle qui le stimule sans cesse, « Whole lotta  love » de Led Zep; sa plus belle chanson d’amour est « Les plaisirs démodés » de Charles Aznavour; et enfin, le meilleur morceau pour le définir est « I’m the worst » des Beatles.

Cet artiste tatoueur a également relancé, depuis 2013, le Mondial du tatouage à Paris. Cet événement à ne pas manquer aura lieu en mars 2014 et accueillera les meilleurs tatoueurs du monde.

Lire l'article

Philippe Bloch : l’animateur, investisseur, entrepreneur fait son Jukebox

Confidences d'entrepreneurs, Le jukebox de ma vie

9 décembre 2013

Aujourd’hui dans Le Jukebox de ma vie, Stéphane Vincent reçoit Philippe Bloch, patron fondateur de Ventana Group. Cet éternel « observateur des entreprises » partage avec nous son parcours à travers plusieurs musiques et nous explique comment il mène plusieurs vies avec cette entreprise.

En effet, Philippe Bloch gère ses interventions publiques sur ses ouvrages, anime de nombreuses conventions, fait de la radio sur BFM Business, a écrit des chroniques dans le magazine « Entreprises », mais investit également dans des boites. En bref, c’est un peu un « entrepreneur par procuration ».

Pour illustrer le début de son parcours et surtout la fin de ses études, il choisit « New York, New York » de Franck Sinatra. Puisqu’après être parti de sa ville d’enfance, Colmar en Alsace, il fait une prépa, puis HEC à Strasbourg et l’ESSEC pour enfin passé un an à l’ambassade de New York. Il choisit ensuite « Fais comme l’oiseau » de Michel Fugain pour rendre hommage à son esprit de « chef de bande un peu autoritaire qui emmène tout le monde, mais qui se marre souvent » ; Janet Jackson pour partager sa première expérience d’entrepreneur lorsqu’il a créé la chaîne de cafés « Colombus Café » en prenant exemple sur « Starbuck’s » ; « Le blues du businessman » de Starmania qui révèle son côté « homme de cirque et homme de scène, auteur de sa vie »; et « Me and Misses Jones » comme titre qui le touche le plus. C’est au milieu de toutes ces expériences qu’il devient également auteur d’ouvrages sur le marketing ou encore sur la vie d’entrepreneur. Une vie bien remplie dont il s’évade chez lui le soir en écoutant « Tenderly » de Ben Webster… lorsqu’il travaille encore.

Pour Philippe Bloch, « être entrepreneur ou créateur, c’est prendre un risque », mais « chaque marche construit la suivante, et si on en rate une c’est pas grave ». C’est l’état d’esprit qu’il veut dégager de ses ouvrages car selon lui, en France, les gens ont souvent l’air de « subir le monde » plutôt que de le construire et de l’entreprendre.

Dans 5 ans, Philippe Bloch se voit toujours à écrire des bouquins, donner des conférences, et à jongler entre Paris, le sud de la France et New York. En fait, il se voit comme un « homme libre ».

Lire l'article

Ecofrugal Project: Qui d’autre que Philippe Green pour réduire l’impact environnemental ?

Confidences d'entrepreneurs, Le jukebox de ma vie

2 décembre 2013

Dans ce nouveau « Jukebox de ma vie », Stéphane Vincent reçoit Philippe Green, fondateur de Ecofrugal Project.

Ce projet à vocation internationale a pour but de convaincre les individus et les entreprises de réduire l’impact environnemental en leur apportant le levier financier nécessaire. Pour cela, Philippe Green se sert principalement du livre qu’il a écrit il y a quelques années (disponible gratuitement sur le site Ecofrugal Project), intitulé « Le guide Ecofrugal », qui répertorie des centaines de fiches pratiques apportant des solutions économiques et écologiques à ceux qui veulent « Dépenser moins, vivre mieux, agir maintenant ».

Philippe Green, ce passionné de la cause environnementale, partage avec nous les chansons qui illustrent le mieux son parcours et les raisons de cet engagement.

Il choisit le titre de Francis Lemarque « A Paris » pour rappeler le lieu où il est né; une musique africaine faisant référence à son enfance passée à Madagascar, en Mauritanie ou encore à Djibouti; la chanson « Respire » de Mickey 3D pour illustrer sa première expérience en entreprise intense et enrichissante; ou encore « L’Hymne à l’amour » d’Édith Piaf qui reste le titre qui l’émeut le plus.

C’est grâce à cette enfance atypique faite de nombreux voyages que Philippe Green a pris conscience du gaspillage de la société actuelle et de ses répercussions sur la nature.

Dans cinq ans, Philippe Green rêve que « Ecofrugal devienne un terme du langage, car nommer c’est agir ». Appel aux producteurs TV pour développer ce concept, mais aussi éveiller le comportement écologique et écologique des consommateurs !

Lire l'article

chicplace.com : une autre « Mademoiselle from Armentières » à la carrière prometteuse

Confidences d'entrepreneurs, Le jukebox de ma vie

18 novembre 2013

Myriam Salakdji est directrice France de chicplace.com, la vitrine en ligne des commerçants européens chics et uniques de Barcelone, Madrid, Milan et Paris. Elle est en charge de lancer le marché français pour chicplace.com. Dénicheuse de boutiques, son rôle est d’aller à la rencontre des commerçants français et de rechercher des boutiques physiques mais aussi des créateurs, des professionnels en décoration intérieure, accessoires de mode hommes femmes enfants ou bijoux.

Alors qu’elle se destine à une profession de journaliste reporter, Myriam Salakdji commence sa carrière dans la mode avec ses tantes, toutes couturières. Après la fac d’où elle sort diplômée, elle entre dans une agence comme attachée de relations presse mode pendant 4 ans. Attachée au monde de la mode et des paillettes, elle décide pourtant très vite de quitter ce milieu, car elle a très envie d’avoir une expérience à l’étranger. Elle quitte Paris pour Berlin où elle travaille pour une startup et là, avec des filles rencontrées à Berlin, elle se lance dans un projet autour de création de marque de mode, qui existe toujours aujourd’hui.

Myriam Salakdji raconte son arrivée à chicplace.com et nous fait découvrir son histoire avec, bien sûr, les morceaux musicaux très variés qui ont accompagné son parcours. Dans cinq ans, selon elle, chicplace.com sera LA plateforme en ligne des commerçants européens.

Lire l'article

Jobaproximite.com : le site de recrutement géolocalisé

Confidences d'entrepreneurs, Le jukebox de ma vie

11 novembre 2013

Dans ce numéro du jukebox de ma vie, Stéphane Vincent reçoit Hervé Solus, cofondateur de jobaproximite.com, site de recrutement géolocalisé qui propose des applications mobiles et un ensemble d’outils qui aident les entreprises et les candidats à se trouver. Sa démarche est d’encourager les entreprises et les candidats à se dévoiler pour qu’ils puissent mieux se choisir et ainsi mieux travailler ensemble et plus longtemps.

Hervé Solus nous raconte son parcours qui commence très tôt par le besoin d’apprendre le piano. Après deux ans de solfège et deux ans de  conservatoire il fera du piano pendant 16 ans. Après son bac, il déclare  à son père vouloir être comédien et il s’inscrit au cours Florent. Il trouvera un sens à sa vie dans la comédie pendant deux ans. En parallèle, il monte sa première boîte de production audio-visuelle à l’âge de 19 ans.

Au travers des morceaux qui l’ont accompagné, Hervé Solus relate son parcours personnel et professionnel et la naissance de son entreprise jobaproximite. com.

Lire l'article