MENU

Totalement entrepreneurs
Catégorie

Geoconcept

242

Geoconcept géolocalise votre entreprise

Totalement entrepreneurs

8 juillet 2014

Les choses évoluent très vite au sein d’une entreprise. Aujourd’hui, nous revenons sur la société Geoconcept, que nous avions reçue il y a plus de 2 ans chez Widoobiz. Comme son nom le laisse entendre, le métier de cette entreprise et de Didier Robert, Directeur général adjoint, est la géolocalisation. Mais on entend à présent parler de « géomarketing », de « géologistique » ou encore de « geoscheduling ». De quoi s’agit-il ?

(suite…)

Lire l'article

internet

244

Intellinium s’externalise et pas seulement sur le Cloud

Totalement entrepreneurs

1 juillet 2014

Il y a 1 an, nous découvrions Mathieu Destrian, un entrepreneur innovant, fondateur et dirigeant de l’entreprise Intellinium. Et beaucoup de choses évoluent dans la vie d’un entrepreneur et de son entreprise en une année. Aujourd’hui, Mathieu Destrian fait avec nous un point sur l’année écoulée.

(suite…)

Lire l'article

Amarile, une TPE multinationale qui carbure

Totalement entrepreneurs

24 juin 2014

Arnaud Brunel

Revenons sur l’aventure entrepreneuriale d’Arnaud Brunel, qui était venu présenter son entreprise Amarile, il y a déjà 3 ans. Pour rappel, Amarile est une société éditrice de logiciels spécialisés sur le marché de niche de l’industrie pétrolière. Ce logiciel fournit une « solution pour les ingénieurs en charge de prévoir les productions d’hydrocarbure, via des outils de prédiction de production de pétrole pouvant être optimisés numériquement ».

Pour donner quelques chiffres, l’équipe comptait 6 salariés en 2011 pour un chiffre d’affaires de 500 000 €. Aujourd’hui, Amarile compte 12 personnes pour plus d’1,2 million d’euros de chiffre d’affaires. La société a raffermi la R&D à Paris et a ouvert des bureaux à l’export, notamment en Écosse, à Londres, à Dubaï ou encore à Houston prochainement. Côté produit, l’innovation ne s’arrête jamais puisque des fonctionnalités supplémentaires sont ajoutées au logiciel en fonction des demandes des clients. L’une des principales évolutions dans cette aventure concerne le rôle d’Arnaud Brunel face à une équipe et une entreprise grandissante: il est passé du métier d’ingénieur au statut de manager. Un changement qui se fera de plus en plus sentir pour cet entrepreneur qui a pour objectif de « renforcer les implantations d’Amarile » à l’avenir.

Lire l'article

Centrexpert : des machines qui préviennent elles-mêmes le danger

Totalement entrepreneurs

17 juin 2014

Jean-Marie Constant - Centrexpert

Place aux entrepreneurs et chefs d’entreprise une fois de plus dans Totalement Entrepreneurs. Aujourd’hui, nous retrouvons un entrepreneur que nous avions découvert dans cette émission il y a 1 an et qui exerçait un métier plutôt dangereux. En effet, Jean-Marie Constant, fondateur et dirigeant de Centrexpert, travaille au milieu des gaz, des vapeurs et tout ce qui entoure les machines de nos industries puisque son métier consiste à éviter les explosions.

Aujourd’hui, il fait un point avec nous sur l’évolution de son entreprise et sur le développement de son nouveau système. Même si la mise en place de cette innovation a pris plus de temps que prévu, à présent elle est appliquée sur des machines « dont des charriots de manutention ». Cette valeur ajoutée permet à présent aux machines industrielles de savoir, à partir de ce qui les entoure, s’il y a des risques ou des dangers à proximité afin de les prévenir. Ce système est régi par un logiciel et peut être piloté à partir d’une simple tablette tactile.

Ce développement a été possible grâce à des aides pour l’innovation, comme celle de Total Développement Régional. D’ailleurs, Centrexpert cherche encore des investisseurs afin d’accroître son développement et atteindre un chiffre d’affaires à 80 % à l’export.

Lire l'article

Total Développement Régional se plie en 7 pour les entrepreneurs

Totalement entrepreneurs

10 juin 2014

François Souchet - Directeur Total Développement Régional

C’est une édition toute particulière aujourd’hui puisqu’il s’agit de la 100e émission de Totalement Entrepreneurs ! À cette occasion, nous avons le plaisir de retrouver François Souchet, Directeur de Total Développement Régional. La semaine dernière, nous avions découvert l’homme ainsi que la mission de Total Développement Régional pour les entrepreneurs et l’emploi.

Aujourd’hui, François Souchet revient sur les 3 grands dispositifs développés par « TDR » et nous détaille les actions mises en place pour accompagner les entrepreneurs et les PME. Il explique d’abord « l’outil financier d’aide aux entreprises » qui fait effet de levier auprès des banques et leur permet de croitre, puis « l’accompagnement de ces entreprises à l’export », et enfin « l’aide aux projets innovants » qui permet aux sociétés de gagner du temps en R&D.

Afin de répandre ces dispositifs et développer ces actions, François Souchet travaille avec une équipe de 7 délégués nationaux dispersés au cœur des régions. Ainsi, ils sont présents près des partenaires et peuvent être à l’écoute des entrepreneurs pour mieux répondre à leurs attentes.

Lire l'article

François Souchet à la barre de Total Développement Régional

Totalement entrepreneurs

3 juin 2014

François Souchet

Aujourd’hui, pour la 99e émission de Totalement Entrepreneurs, nous avons le privilège de recevoir le nouveau Directeur de l’entreprise qui, sur les 4 dernières années, a accompagné financièrement 491 PME, prêté 14,9 millions d’euros à ces entreprises et créé plus de 10 500 emplois. Il s’agit bien entendu de Total Développement Régional et de François Souchet, qui partage avec nous ses deux passions, la voile et l’entrepreneuriat.

En effet, François Souchet nous décrit l’entrepreneur comme « quelqu’un qui doit naturellement tenir son entreprise avec un cap précis et passer par tous les temps ». Il nous explique les différentes étapes de son parcours professionnel et son arrivée dans le groupe Total. Aujourd’hui à la tête de Total Développement Régional, il est décidé à mener à bien les missions et les enjeux de l’entreprise en appliquant « trois dispositifs d’appui » qui favorisent la création d’emplois.

Lire l'article

Pulpe de vie : la stratégie du travailler ensemble paye !

Totalement entrepreneurs

20 mai 2014

pulpedevie

Julie Ducret, fondatrice de Pulpe de vie

Place à la beauté, à la fraîcheur, mais surtout à la réussite aujourd’hui dans notre émission, avec Julie Ducret, fondatrice de Pulpe de vie. Nous l’avions reçue il y a 3 ans chez Widoobiz pour nous présenter cette société spécialisée dans les cosmétiques à base de fruits frais made in France. Elle revient à présent afin de faire un point sur ses projets de l’époque et pour nous raconter le véritable épanouissement de son entreprise.

Il y a 3 ans, Julie Ducret nous annonçait un chiffre d’affaires de 160 000 € en étant la seule employée et souhaitait implanter Pulpe de vie dans 200 magasins. Aujourd’hui, l’entreprise compte 5 personnes et génère un chiffre d’affaires de 400 000 €. « Je suis devenue une vraie chef d’entreprise », annonce-t-elle maintenant.

En effet, le message qu’elle souhaite passer aux entrepreneurs est qu’une « TPE ne peut vivre bien et bien se développer qu’avec les autres ». C’est pour cela qu’elle a mis en place la mutualisation d’entreprises en regroupant des TPE-PME du secteur des cosmétiques, afin que toutes se développent plus facilement. Ainsi, le label « Provence Touch » regroupe 6 sociétés « qui se serrent les coudes pour s’exporter ».

Pour la suite, Julie Ducret souhaite conserver l’éthique made in France de Pulpe de vie tout en visant l’export pour faire exploser le chiffre d’affaires. D’ailleurs, avis aux investisseurs puisque l’entreprise est actuellement en pleine levée de fonds dans le but de générer 5 millions d’euros de chiffre d’affaires à 4 ans.

Lire l'article

JL2M Art of Soule: L’espadrille à la française marche très bien !

Totalement entrepreneurs

14 mai 2014

JL2M Art of Soule

Aujourd’hui, dans notre rendez-vous « Totalement Entrepreneurs », nous retrouvons Julien Maisonnave, fondateur de JL2M Art of Soule. Voilà déjà 3 ans qu’il était venu nous présenter cette entreprise qui a relancé la mode de l’espadrille « made in France ». Depuis, beaucoup de choses ont changé et évolué; il fait le point avec nous.

JL2M travaille toujours sur des salons « à essayer de porter le savoir-faire français et cette mode » mais les chiffres ont bien changé. À l’époque, l’entreprise générait 350 000 € de chiffre d’affaires avec 2 salariés; aujourd’hui, le chiffre d’affaires est de 800 000 € et compte bientôt 9 salariés. De plus, JL2M a également multiplié ses points de vente puisqu’on en compte maintenant 4.

Pour financer ce développement durant ces 3 ans, l’entreprise a fait confiance à la société Happy Capital, qui a fédéré plus de 300 000 € en crowdfunding autour de leur projet. Dans les 5 prochaines années, JL2M Art of Soule prévoit de développer 5 à 7 magasins « sur des marchés comme l’Espagne, l’Italie et la Grèce où les produits made in France se vendent très bien ».

Lire l'article

Arketeam avait promis une croissance de 50 % : c’est fait !

Totalement entrepreneurs

5 mai 2014

Laurent Pasquier - Arketeam

L’entrepreneur du jour, Laurent Pasquier, est déjà passé par nos studios il y a 3 ans pour nous présenter sa société, Arketeam. Aujourd’hui, il revient nous voir afin de faire un point sur l’évolution de son entreprise. À l’époque, Arketeam réalisait 1,7 million d’euros de chiffre d’affaires avec 25 salariés. Trois ans après, l’entreprise compte 37 salariés et affiche un chiffre d’affaires de 2,4 millions d’euros. Laurent Pasquier avait promis une croissance de 50 %, il a bel et bien réussi et nous explique comment.

Avant tout, Arketeam a travaillé sur sa stratégie et son offre en la rendant plus claire vis-à-vis des clients. L’entreprise a ainsi défini ses 3 axes stratégiques: le cabinet-conseil, la société de service informatique orientée usages et métiers et une nouvelle branche, l’édition de logiciels. Ayant réalisé différents travaux spécifiques orientés application de gestion pour ses clients, l’entreprise s’est aperçu de l’opportunité de changer de proposition de valeur « en vendant une licence, une intégration fonctionnelle et une maintenance applicative ». Ce qui a ainsi permis à Arketeam de se développer en proposant un nouveau profil et de nouvelles compétences.

D’ailleurs, Laurent Pasquier constate: « À partir du moment où on maitrise bien sa courbe d’expérience et ce que l’on réalise chez ses clients, on le fait de plus en plus vite en apportant un vrai conseil expert et tout le monde y gagne ». Dès que l’expérience et les résultats le permettent, il faut industrialiser son offre.

Les objectifs d’Arketeam pour l’avenir sont de passer à 70 ou 80 salariés en 2017 et de doubler voire tripler le chiffre d’affaires. Enfin, Laurent Pasquier lance un appel aux entreprises en nous confiant que si le développement d’Arketeam doit passer par l’acquisition, cela ne le gênera pas puisque la société a déjà ciblé les acquisitions potentielles.

Lire l'article

Focus sur Ekistack, une entreprise unique et calée dans son domaine

Totalement entrepreneurs

28 avril 2014

Ekistack

Retour sur une entreprise que nous avions rencontrée il y 3 ans, dans Totalement Entrepreneurs. Aujourd’hui, nous retrouvons une nouvelle fois Laurent Placé, fondateur et dirigeant de Ekistack, une entreprise spécialisée dans la fabrication et la distribution de cales en plastique recyclé pour échafaudage. Comment a-t-elle évolué ? S’est-elle développée de façon conséquente ?

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. En effet, en 3 ans, Ekistack a vendu environ 18 000 cales, ce qui représente 27 tonnes de plastique recyclé et 1 200 m³ de bois qui n’est parti à la déchetterie ou au feu. Le moins que l’on puisse dire est que l’entreprise a fait ses preuves auprès de grands échafaudeurs et utilisateurs de cales tels que Total, Bouygues, EDF ou encore Vinci. Afin de gagner encore plus de part de marché, Laurent Placé nous confie qu’il leur reste encore une grande étape à franchir: « continuer à changer la mentalité des utilisateurs, c’est-à-dire passer d’un morceau de bois que l’on utilise 1 à 2 fois et que l’on jette, à une cale réutilisable pendant plusieurs années ».

Autre anecdote moins plaisante, victime de son succès, Ekistack a dû faire face à la contrefaçon puisqu’une entreprise a entièrement et littéralement copié leur offre, jusqu’aux argumentaires édités sur le site web de la société. L’affaire est évidemment entre les mains de la justice. Malgré cette petite mésaventure, Ekistack a reçu un Prix du Medef, récompensant leur offre commerciale et leur démarche écologique. Comme quoi, la réussite et le succès reviennent à ceux qui créent, développent et travaillent de manière authentique. Pour la suite, Ekistack développe un nouveau modèle de cale « toujours en plastique recyclé et recyclable, et renforcée par une structure métallique fabriquée par des personnes handicapées ». Laurent Placé espère également que l’entreprise s’implantera dans d’autres pays comme l’Allemagne et l’Angleterre.

Lire l'article

727 Sailbags: une tendance qui a le vent en poupe

Totalement entrepreneurs

21 avril 2014

727 Sailbags

Aujourd’hui, nous mettons les voiles dans Totalement Entrepreneurs ! Il y a plus de 2 ans, nous avions rencontré Erwann Goullin, cofondateur de 727 Sailbags, une entreprise spécialisée dans le recyclage des voiles de bateaux pour les transformer en objets du quotidien. Nous faisons à présent avec lui un bilan de ces 2 dernières années: l’entreprise a-t-elle essuyé des tempêtes ou plutôt vogué sur un long fleuve tranquille ?

Erwann Goullin nous répond « on a navigué à fond en pleine tempête ». En effet, 727 Sailbags est passé de 7 à 15 salariés, mais surtout de 660 000 euros de chiffre d’affaires en 2011 à quasiment 1,5 million d’euros en 2013. Depuis 2012, il y a eu 3 grands changements pour l’entreprise en terme de produits: 727 Sailbags a eu l’opportunité d’éditer les anciennes voiles d’Éric Tabarly, ensuite elle a créé puis cédé une société de recyclage de maillots de football et enfin, elle a entamé le « grand chantier » de son basculement vers l’univers du prêt-à-porter. Ainsi, 727 Sailbags, qui fabriquait essentiellement des sacs et de la décoration, produit maintenant des polos et prévoit également de lancer de nombreux produits comme des chaussures ou encore des maillots de bain.

D’ailleurs, le succès des produits de 727 Sailbags repose sur des points clés: le recyclage qui donne « l’aspect écolo », le made in France, le design et enfin « le pedigree », c’est-à-dire l’histoire de la voile utilisée pour chaque produit. Le client se retrouve forcément dans l’un ou plusieurs de ces critères.

Pour l’avenir, 727 Sailbags a beaucoup de projets comme la poursuite de l’industrialisation de sa production, l’ouverture de plusieurs boutiques ou encore le travail à l’export. En effet, la société propose de beaux produits et a ainsi l’opportunité de rentrer sur un marché mondial où la maroquinerie et la voile françaises sont reconnues.

Lire l'article

Soletic Developpement est de retour avec une innovation frugale

Totalement entrepreneurs

15 avril 2014

Soletic Developpement

Un peu plus de 3 ans après notre premier échange, nous retrouvons aujourd’hui Kenny Bertonazzi, dirigeant de Soletic Developpement, pour faire un point sur l’évolution et le développement de son entreprise. L’entreprise était spécialisée dans le développement et l’accompagnement de projets écosolidaires, et principalement dans le photovoltaïque. Durant ces 3 ans, elle a dû faire face au moratoire sur le photovoltaïque et, comme 70 % des entreprises de ce secteur, elle a été fortement touchée.

En effet, le décret de décembre 2010 a eu un impact violent sur Soletic Developpement, qui était alors en pleine croissance avec 500 000 € de chiffre d’affaires et une dizaine de salariés en insertion. Ce « coup de frein brutal » sur l’ensemble de la filière a obligé Kenny Bertonazzi à se séparer de la plupart de ses salariés, à les réinsérer dans d’autres sociétés et à mettre l’entreprise « en sommeil ». En tant qu’entrepreneur, c’est un coup dur et un réel échec, même si cela est dû à une contrainte extérieure.

Aujourd’hui, c’est avec plein de projets dans l’énergie et toujours avec la même entreprise, que nous retrouvons Kenny Bertonazzi. En effet, une rencontre avec Planète Bois, une plateforme qui réalise du transfert de technologie sur des systèmes de combustion de bois domestiques très performants, a tout changé. Cette « innovation frugale » consistait à utiliser les ressources et compétences locales des pays émergents pour pouvoir développer des foyers de bois très performants. Alors, « pourquoi ne pas réintégrer et développer en France un produit qui s’appuie sur les innovations développées ? » C’est ce que Soletic Developpement a fait et nous les retrouvons dans quelques années afin de constater si ce changement de cap a été bénéfique.

Lire l'article

Bazile Telecom: encore plus de services pour la silver économie

Totalement entrepreneurs

8 avril 2014

Aujourd’hui, retour sur une entreprise et son dirigeant, que nous avons rencontré il y a 2 ans dans Totalement Entrepreneurs. À l’époque, Yves Morel, fondateur de Bazile Telecom, nous présentait son concept: « un téléphone avec une seule touche et aucun écran ». Cette société existe depuis 2009 et lors de notre première rencontre en 2012, elle comptait déjà 20 salariés, 7 000 abonnés et un chiffre d’affaires de 1,2 million d’euros.

bazile telecom

Depuis 2012, le marché de la téléphonie a beaucoup évolué, mais surtout « la conscience de ce secteur d’économie, que l’on appelle maintenant la silver économie » et qui regroupe tous les produits et services que l’on peut proposer aux seniors. Pour Bazile Telecom, ces deux années ont également été prospères puisque l’entreprise a doublé son nombre d’abonnés, son chiffre d’affaires est maintenant « sur un rythme de 3 millions d’euros » et l’équipe compte aujourd’hui 35 salariés.

D’ailleurs, Bazile Telecom propose aujourd’hui deux nouveaux services autour de cette silver économie. Yves Morel explique même « depuis 2 ans, nous sommes plus Bazile et un peu moins Telecom ». En effet, la société reste un opérateur de téléphonie mobile pour séniors, mais elle se distingue surtout par sa palette de « services 24h/24 à disposition des abonnés ». Le projet de base a donné l’opportunité à l’entreprise de recruter un certain nombre d’abonnés et une réelle communauté, qui lui permet aujourd’hui de développer un grand nombre de services qui leur sont adressés. Par exemple, dans les services complémentaires, les abonnés peuvent avoir accès à une opératrice disponible 24h/24, à une téléassistance mobile ou encore à des services de télé santé (avec la création de Basile Télésanté).

La mission de Bazile Telecom est de « concourir à une meilleure sécurité des abonnés et un meilleur confort ». Ses objectifs dans les 2 années à venir sont de « continuer à recruter plus de clients, mais également de mettre en place des partenariats en BtoB pour faire profiter une plus grande partie de la population de ces qualités de services ».

Lire l'article

BRC se développe à l’export et fait la fine mouche

Totalement entrepreneurs

1 avril 2014

Hugues Bonnin - BRC

Il y a 3 ans, Hugues Bonnin reprenait BRC, une entreprise spécialisée dans la « guerre contre les insectes ». Nous l’avions rencontré une première fois en 2012 et nous le retrouvons aujourd’hui afin de partager l’évolution et le développement de son entreprise.

Il y a 2 ans, BRC comptait 19 salariés et réalisait un chiffre d’affaires de 2,5 millions d’euros. Aujourd’hui, ils sont 22 salariés pour un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros. Ces progrès sont dus à une « amélioration de la production », mais également à une restructuration de la « démarche commerciale et marketing, et enfin à l’optimisation du service client afin de répondre à leurs exigences de qualité ».

Avec + 25 % de croissance, BRC est « une entreprise qui ne connait pas la crise ». En effet, l’avantage de cette société est que ses produits sont adaptés au marché français, mais également au marché européen. Ainsi, BRC s’est lancé dans l’export et travaille aujourd’hui sur les marchés espagnol, italien ou encore anglais. Dans cette démarche, l’entreprise s’est fait accompagner par la Chambre de Commerce Internationale de Nantes, qui l’a aidé à réfléchir sur la manière de se développer à l’export dans des pays d’abord proches de la France.

Les futures étapes de BRC se joueront notamment à l’export, mais également autour de l’innovation. « Après avoir restructuré l’activité industrielle et commerciale », la société de Hugues Bonnin souhaite innover « avec peut-être une aide de plateformes collaboratives et une structure nantaise ».

Lire l'article

Solution Recyclage fait du recyclage un « outil de management »

Totalement entrepreneurs

25 mars 2014

solution recyclage

Vous êtes un entrepreneur convaincu par l’importance du recyclage ou ce sont peut-être vos employés qui vous rappellent son importance ? Et bien c’est sur ce business que s’est engagé Olivier Humeau, il y a maintenant 5 ans. Nous l’avions reçu il y a 3 ans afin de présenter Solution Recyclage et il revient aujourd’hui faire un point sur le développement et l’évolution de son entreprise.

Pour rappel, Solution Recyclage s’adresse « aux entreprises (PME, grands Groupes, TPE) pour recycler tous leurs déchets, en leur proposant une gamme très importante de types de déchets que l’on collecte différemment ». En 2011, il avait 2 salariés et aujourd’hui, ils sont 6.

Depuis son premier passage, de nouvelles obligations sur le recyclage et de nouveaux matériaux sont arrivés sur le marché. Est-ce une réelle opportunité pour son entreprise ? Il nous confie que « non, ce n’est pas directement une opportunité, mais cela crée un climat d’évolution des mentalités et des comportements ». En effet, cela tend à faire évoluer positivement les attentes des consommateurs, et donc des salariés d’entreprises, sur la problématique du recyclage des déchets. Le recyclage en entreprise devient un outil de motivation des équipes, « comme un outil de management ».

Et Solution Recyclage a encore de nombreux projets. Il est évident que le modèle de l’entreprise fonctionne bien dans sa région, mais il n’y a aucune garantie de fonctionnement dans toutes les autres. Alors au lieu de s’engager dans un système de franchises, Olivier Humeau souhaite plutôt créer une deuxième entreprise, puis une troisième, puis une quatrième, etc. L’idée est donc de créer d’autres sociétés avec d’autres entrepreneurs, où il aurait des parts et dans lesquelles il pourrait investir.

Lire l'article