MENU

Companies (Entreprises)
Archive du mot-clé

Cottet1

110

The French start-up world by one of « The 30 Most Important Women in Tech »

J'entreprends comme je suis, Straight from the US

22 janvier 2014

Today, for the first “Straight from the US” (the first program in English by Widoobiz), Aurelien Cottet, founder of The American Clubs, hosts Roxanne Varza.  Ms. Varza is currently running the different programs for start-ups at Microsoft Europe.

(suite…)

Lire l'article

François Hollande veut bien finir l’année avec les entrepreneurs

Actu Business, Actualités

18 décembre 2012

En visite en Indre-et-Loire, François Hollande veut une fois de plus convaincre les entrepreneurs du bien-fondé de sa politique économique.

françois hollande conférence de presse économie compétitivité radiall Après le passage de Jean-Marc Ayrault et de la plupart de ses ministres à l’université d’été du Medef, François Hollande rend visite à Radiall, une entreprise créée par Yvon Gattaz, ancien président du CNPF, ancêtre du Medef. Coïncidence pour les uns, stratégie pour les autres, le Président de la République, au plus bas dans les sondages, cherche à rallier les forces économiques Françaises à sa politique.

Pour cela, François Hollande a réaffirmé avoir « besoin des entreprises », indispensable pour relancer la croissance. Il a cependant précisé que les efforts seront « longs » et « partagés par tous ». Autre façon de dire que l’État compte accomplir sa part par la maîtrise de ses dépenses. À l’inverse, le Président de la République demande au patronat d’accorder plus de sécurité sur le parcours professionnel de leurs salariés. La négociation entre les partenaires sociaux à ce sujet n’est pas encore terminée.

Sérénité administrative

Le reste de sa visite lui a permis de préciser le rôle de la BPI France. En plus de « sa capacité d’intervention de 40 milliards d’euros », elle soutiendra trois domaines d’excellence : santé et économie du vivant, technologies numériques et transition énergétiques. Il est revenu également sur le rôle du crédit d’impôt compétitivité, où « une partie de la masse salariale est remboursée par l’État ».

Un texte de loi qui, avec le crédit d’impôt recherche, ne bougera plus jusqu’en 2017, assure-t-il. Enfin, toujours dans le souci de plaire aux chefs d’entreprise, le 7e Président de la Ve République répète qu’il ne créera pas de nouvelles réglementations, contraires aux objectifs de compétitivité. Dans le cas contraire, l’État devra le compenser financièrement.

Quant à 2013, François Hollande annonce des assises de l’entrepreneuriat pour début 2013. De longs débats en perspective.

@TancredeBlonde

Lire l'article

3 entrepreneurs qui ne sont pas (uniquement) partis pour des raisons fiscales

À la une, Actu Business, Actualités

18 décembre 2012

Après l’escapade fiscale de Gérard Depardieu, la rédaction de Widoobiz vous propose 3 exemples d’entrepreneurs français expatriés dont les choix ne sont pas uniquement motivés par l’argent.

Pierre Chappaz – l’expatriation par conviction

Fondateur de Kelkoo qu’il a revendu et aujourd’hui dirigeant de Ebuzzing, Pierre Chappaz s’est installé à Genève. Très critiqué à l’époque, il a justifié sa décision d’exil par ses convictions politiques libertariennes.

Qu’est ce que c’est ? Un modèle politique où l’État serait réduit à sa portion la plus congrue : police, justice, armée, et, si possible, bonne administration. Autrement dit, pas d’État providence. Les individus sont responsables de leur vie et donc de s’enrichir.

Toutes proportions gardées, ses idéaux se rapprochent du Tea Party et d’un de ses illustres représentants, Ron Paul, plusieurs fois candidat à la nomination républicaine pour la Présidence des États-Unis.

Ainsi, comprend-on mieux la volonté de l’entrepreneur d’avoir voulu quitter la France, aux antipodes de ses convictions politiques. Des convictions politiques qui s’ajoutent évidemment à des considérations financières évidentes.

Christian Audigier – l’expatriation par vocation

Possédé par le mirage de la réussite « made in USA », Christian Audigier a toujours voulu en faire une réalité. Son départ n’a alors rien d’étonnant. Et bien lui en a pris. Avec 500 dollars en poche au moment de son départ pour Los Angeles en 2000, l’entrepreneur réussit en une décennie à monter un empire de la mode. Aujourd’hui il est à la tête d’une fortune estimée à plus de 250 millions.

On imagine mal cet « ami des stars » (Madonna, Lindsay Lohan, Michael Jackson, etc…) revenir en France monter une autre société. La jeunesse a beau s’américaniser, elle n’en possède pas, pour le moment, les mêmes codes culturels que ceux pratiqués à Los Angeles.

Non, décidement, on ne peut dire que Christian Audigier se soit expatrié pour des raisons financières.

Jean-Baptiste Descroix Vernier – s’expatrier pour mieux travailler

Jean-Baptiste Descroix-Vernier est ce que l’on appelle un entrepreneur atypique. Multimillionnaire grâce à Rentabiliweb, société de monétisation de l’audience sur internet, il habite sur une péniche à Amsterdam. Non pas qu’il ait eu envie d’optimiser son récent patrimoine. « J’ai besoin de calme pour travailler », ne cesse-t-il de répéter à ses interlocuteurs qui doutent de ses intentions. Le brouhaha parisien ne lui a jamais convenu.

Des motifs d’autant plus éloignés du monde de l’argent que Jean-Baptiste Descroix-Vernier a déjà légué, de son vivant, l’intégralité de sa fortune.

Sans parler de tous ces autres entrepreneurs français qui, pour des milliers de raisons tout aussi avouables, ont choisi une vie d’aventure et d’entrepreneuriat. Que les métropolitains n’oublient jamais que ces français sont également la voix, le drapeau et l’image de la France. L’image de l’expatrié ne s’arrête pas à celle de Gérard Depardieu.

@TancredeBlonde

 

Lire l'article

Smic : le gouvernement fait le minimum

Actu Business, Actualités

17 décembre 2012

Au 1er janvier, le salaire horaire minimum légal augmentera de 3 centimes. Une revalorisation qui ne dépassera 5 euros sur un contrat de 35 heures.

SMIC entrepreneur nouvel an michel sapin ministre travail salaire minimumLe minimum du minimum. Devant la commission nationale de la négociation collective, le ministre du Travail, Michel Sapin, a annoncé une augmentation légale de 0,3% du Smic, soit la stricte augmentation légale. Concrètement, le salaire minimum sera à 9,43 euros de l’heure, soit 1.430,22 euros bruts mensuels.

Au total sur l’année 2012, le Smic aura progressé de 2,3%. Ce qui, avec l’inflation, correspond « à un gain de pouvoir d’achat de 1% » pour les 2,6 millions de salariés rémunérés au Smic, selon un communiqué du ministère du Travail. On est loin des 1700 euros bruts réclamés par la CGT, FO et le Front de Gauche de Jean-Luc Mélenchon.

Intégrer davantage les dépenses d’énergie et de loyer

Plus important, Michel Sapin proclame une prochaine révision des critères d’indexation du Smic. Une décision qui doit permettre de « garantir aux salariés dont les rémunérations sont les plus faibles leur pouvoir d’achat et une participation au développement économique de la Nation », affirme Michel Sapin.

Dans le détail, le ministre du Travail propose de revoir l’indice de prix et le salaire horaire de base ouvrier (SHBO). Deux critères utilisés depuis plus de quarante ans et recalculés automatiquement chaque année. Pour aider les foyers les moins aisés, Michel Sapin propose de retenir des critères qui prennent davantage en compte les dépenses pour se loger et se chauffer.

Des changements qui, selon un économiste, ne devraient pas bouleverser le montant du Smic.

@TancredeBlonde

Lire l'article

Financement PME : les Banques Populaires mettent 7 milliards d’euros sur la table

Actu Business, Actualités

17 décembre 2012

Dans un courrier adressé aux notables régionaux, les dirigeants des 17 banques régionales de la Banque Populaire promettent de créer plus de 7 milliards d’euros de nouveaux crédits.

Un motif d’espoir pour les entrepreneurs en mal de nouveau financement ? Vendredi dernier, les Banques Populaires ont annoncé que leurs 17 banques régionales ajouteraient 7 milliards d’euros au pot pour financer les PME françaises en 2013. Un engagement que la banque a formulé dans une lettre adressée à un millier de notables dans les régions (chambre des métiers, dirigeants d’organisations professionnelles, entrepreneurs).

Une annonce commerciale qui cherche également à rehausser l’image des banques sur ces sujets de financement. Pour Franck Oniga, directeur du marché des Professionnels, ce sont davantage les entreprises qui s’auto-censurent que les banques qui refusent. « Nous ne nous reconnaissons pas », affirme-t-il d’ailleurs sur les Echos.  Ainsi, est-il nécessaire à ses yeux de restaurer la confiance des entreprises vis-à-vis de leur banque.

Pas de crédit de trésorerie

Cet accroissement de 2% de ses encours, soit une évolution analogue à celle observée l’année dernière chez la Banque Populaire, vise en particulier les entrepreneurs qui ne disposent pas d’accès aux marchés. En revanche, les 7 milliards d’euros affichés par les Banques Populaires  ne serviront pas de crédit de trésorerie. Un outil financier que les entrepreneurs réclament pourtant toujours à cors et à cri.

Car, si les Banques Populaires souhaitent élargir ses parts de marché sur le secteur d’activité des entreprises, elles souhaitent plus que tout jouer le rôle de locomotive sur un marché sinistré.

@TancredeBlonde

Lire l'article

cocktail entrepreneur entreprise PME noel fete pot d'entreprise

145

Entrepreneur : comment survivre aux pots d’entreprise ?

À la une, Actualités, Entrepreneurs Lifestyle

17 décembre 2012

Avec la période des fêtes qui se précise, les pots d’entreprise et les occasions de boire de l’alcool ne manquent pas. Quelques conseils pour survivre à cette semaine.

cocktail entrepreneur entreprise PME noel fete pot d'entrepriseChouette, c’est Noël ; chouette, c’est le Nouvel An. Tout le monde au sein de la société trépigne d’impatience. Et on les comprend. Située dans une pépinière d’entreprise, les pots de fin d’années se multiplient autour de vous. Or, pour le plus grand malheur de votre foie, les cartons d’invitations ne cessent d’atterrir sur votre bureau.

Autant dire qu’il est impératif, pendant cette semaine, d’adopter quelques réflexes de survie pour en sortir grandi aux yeux de tous ces autres entrepreneurs. Eh oui, à l’Élysée, chez des amis ou lors d’un pot d’entreprise, l’entreprise ne finit jamais de tisser son réseau.

Venez à l’heure et avec un associé / employé sympathique

Ce n’est pas parce que l’heure est à la détente qu’il faut faire n’importe quoi. Alors évidemment, personne ne vous en voudra, mais arriver avec une heure de retard ne rehausse jamais le prestige d’un dirigeant.

Et si l’emploi du temps ne le permet tout simplement pas (ce qui arrive souvent), prévenez la puissance invitante. Au moins, vous passerez pour un dirigeant respectueux, donc de confiance. Or, tout le monde sait que les partenariats démarrent sous le sceau de la confiance.

Ne parlez pas à tout le monde

Ce qui ne veut pas dire : ne parler à personne. Autrement dit, faites comme lors des soirées où vous ne connaissez personne, agrippez-vous à une connaissance. Il ou elle connaîtra sûrement de nouvelles personnes qui vous permettront d’étendre, encore une fois, son cercle de connaissance.

Ne soyez pas une présentation PowerPoint vivante

Rien n’est plus ennuyeux que la personne qui déballe mécaniquement son speech de présentation. Encore, si ce n’était que la version raccourcit… Mais, non il ou elle s’est senti obligé d’expliquer les ressorts intimes de son business. On lui laisserait encore cinq minutes qu’il vous présenterait un devis sur son smartphone. Pendant ce temps-là, tout le monde passe du temps autour de vous.

Non, l’heure est à la D-É-T-E-N-T-E. Si l’entrepreneur souhaite évoquer – l’air de rien – son business(lien), qu’il le fasse alors sous l’angle de l’anecdote amusante. Ce qui, si l’histoire est bien racontée, amènera son interlocuteur à vouloir en savoir un peu plus.

Ne vous ruez pas sur les boissons alcoolisées

On a beau être en fin de journée, l’entrepreneur que vous êtes n’est pas obligé de vider toutes les bouteilles. Ça va se voir et, surtout, se savoir. Pas terrible pour sa réputation d’entrepreneur. Eh oui, aujourd’hui tout le monde se détend, mais demain tout le monde reprend son humeur professionnelle.

Est-ce que vous voulez que l’on vous pose la sempiternelle question : « ah, tu te rappelles comment t’étais au pot de Widoobiz. Tu y étais allé fort ? »

Non, vous ne voulez pas. D’autant que vous ne vous en souvenez pas.

Ne combattez pas le mal par le mal

Autrement dit, ne recommencez pas à boire comme la nuit dernière. Ça marchait quand vous aviez vingt ans, et encore. Non, aujourd’hui, la solution c’est de boire du thé aux herbes et de l’eau. C’est triste, mais votre foie vous en remercie.

@TancredeBlonde

Lire l'article

Auto-entrepreneur : des revenus « complémentaires et indispensables »

Actu Business, Actualités

14 décembre 2012

Sans le statut qui leur permet d’exister, plus de la moitié des auto-entrepreneurs affirment qu’ils n’auraient jamais franchi le pas.

auto-entrepreneur Smic revenus Insee UAE À ceux qui doutent encore de l’intérêt même du statut, l’Union des auto-entrepreneurs (UAE) répond, que les revenus tirés de cette activité sont vitaux pour plus de la moitié de ces entrepreneurs. D’autant que pour un quart d’entre eux, il s’agit du revenu principal. Dans le détail, 30% estiment que les revenus issus de l’activité d’auto-entrepreneur sont « complémentaires et indispensables ». À peine 23% de ces adhérents qualifie ces revenus de « secondaires et pas indispensables ».

À l’inverse, 56% assurent qu’ils n’auraient jamais initié un projet entrepreneurial si le statut créé en 2009 n’avait pas existé. Autrement dit, une bonne partie de ces travailleurs n’aurait jamais déclaré d’activité (25% selon l’observatoire). D’autant que le statut sert également à valider un business. Preuve en est, 35% envisagent, à court ou moyen terme, d’évoluer vers un statut d’entreprise classique.

La somme n’a jamais dépassé le Smic

Toujours selon l’observatoire, l’auto-entrepreneur type a en moyenne 48 ans. Un quart des entrepreneurs interrogés ont cependant plus de 60 ans. Bien que les secteurs d’activité soient très différents, les professions de cadre et d’employés représentent à eux seuls deux auto-entrepreneurs sur trois. Ainsi, les services aux entreprises et aux particuliers représentent-ils la majorité des projets d’auto-entreprise.

Parmi ceux qui ont créé un projet de service aux particuliers, un auto-entrepreneur garde en parallèle une activité en salarié. Selon l’Insee, sur les 79.000 qui ont en tiré un revenu régulier, la quasi intégralité affirme cependant que la somme n’a jamais dépassé le Smic.

@TancredeBlonde

Lire l'article

Les PME recrutent des doctorants et des commerciaux

Actu Business, Actualités

14 décembre 2012

 En moyenne, les PME ont recruté l’année dernière un tiers des cadres. Une conséquence de leur besoin incessant de nouvelles compétences.

cadres recrutement entrepreneurL’avenir des cadres ressemble à une PME. D’après une étude l’Apec, avec 52.500 recrutements les petites et moyennes entreprises ont embauché un tiers du total des cadres l’année dernière. En revanche, il semble que ces PME privilégient les profils confirmés aux jeunes diplômés. En effet, la part de ces jeunes ne dépasse pas les 16%, contre 21% au niveau national.

L’essentiel des besoins des PME a porté sur des fonctions commerciales (23%) et sur des compétences en recherche & développement (18%). A l’inverse, elles recrutent moins de cadres informatiques, soit 13% de l’ensemble des recrutements, contre 16% au niveau national. Au total, les PME ont embauché 6600 cadres informatiques.

Les PME emploient un tiers des salariés du privé

Sans surprise, ce sont les cadres adaptés aux fonctions de directions générales qui intéressent le plus les PME françaises. « En 2011, plus d’un recrutement sur deux dans cette fonction a été réalisé par une PME», précise l’Apec. Elles embauchent également du personnel pour les tâches administratives et de communication.

Globalement, les PME ont créé 8100 postes de cadres sur toute l’année. Des PME qui, pour l’essentiel, ont entre 50 et 99 salariés. Elles emploient un tiers des salariés du secteur privé et 35% des cadres.

@TancredeBlonde

Lire l'article

pepiniere paris une

676

Toutes les pépinières d’entreprises de Paris

À la une, Actualités, L'entrepreneur pratique

13 décembre 2012

Entre les incubateurs, les plateformes de travail, les hôtels d’entreprises, on s’y perd un peu au niveau de l’immobilier d’entreprise parisien. Petit topo sur les pépinières parisiennes existantes à ce jour.

 

Paris Soleillet

Créée en 1989, Paris Soleillet est la 1ère pépinière d’entreprise à voir le jour à Paris. Adossée au réseau de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI), Paris Soleillet accueille pour la plupart des entrepreneurs qui agissent dans le secteur des services aux entreprises. La disposition de ses locaux fait qu’elle accepte également des projets industriels. Producteurs de containers, s’abstenir.

Conçu avec un atrium en son centre, Paris Soleillet fournit toute l’intimité nécessaire aux entrepreneurs tout en offrant un espace de convivialité agréable.

Sachez que le magazine Courrier International a démarré son activité dans les locaux de Paris Soleillet, comme d’ailleurs Widoobiz, votre média d’entrepreneur favori.

Pépinière d’Entreprises PARIS SOLEILLET
14 rue Soleillet
75020 PARIS

Tél. : 01.40.33.79.00
Fax : 01.43.58.14.15

info@pepiniere-paris.com

 

Pépinière 27

Constituée uniquement de capitaux privés, la Pépinière 27 dispose de 3800 m2. À l’origine, le site hébergeait le journal l’Etudiant. Fort de son succès, après avoir été obligé d’émigrer faute de places, son fondateur a décidé d’en faire une pépinière d’entreprise. En espérant que le succès de l’Étudiant puisse porter chance aux autres entrepreneurs.

À ce jour, la pépinière est complète. Cependant, avec un fort turn-over, il est conseillé aux entrepreneurs parisiens de postuler le plus rapidement possible. On ne sait jamais quand une place se libèrera.

27-28 rue du Chemin-Vert

75011 Paris

contact@pepiniere27.fr

Tél : 01.75.77.87.00

 

Pôle Finance Innovations

Unique à Paris, le pôle de compétitivité veut rassembler les porteurs de projets et entrepreneurs issus des métiers de la finance, de la banque, assurance, gestion, services. Se voulant une tête de pont dans la bataille de la compétitivité financière, le Pôle Finance Innovation s’associe également avec les milieux académiques. Très utile pour attirer les bonnes compétences.

Pour être éligible à la pépinière, l’entreprise doit, non seulement être innovante, mais en plus avoir moins de trois ans. Sans compter que, pour être admis, les entrepreneurs devront prouver la solidité financière de la société et les perspectives de croissance, à court et moyen terme. Eh oui, ne rentre pas qui veut.

Palais Brongniart
28 place de la Bourse
75002 Paris
Téléphone
01 73 01 93 86
e-mail
info@finance-innovation.org

 

Paris Innovation réunion

Créée par la ville de Paris en 2007, cette pépinière se concentre sur les entreprises innovantes. Dans le détail, vous produisez du contenu pour les jeux vidéos, les applications mobiles, de e-learning, enfin tout ce qui a trait au monde du numérique, cette pépinière est faite pour vous.

En plus des services d’hébergement, les équipes bénéficient des réseaux du monde de l’innovation auxquels est rattaché Paris Innovation Réunion

Contacts :
80 rue des Haies 75020 Paris
Tél : 01 55 25 75 76

Paris pionnières

À l’origine, un incubateur dédié uniquement aux créatrices d’entreprises, Paris Pionnière offre depuis peu des prestations de pépinières d’entreprise.

Particularité de cette pépinière, l’équipe dirigeante doit compter au moins une femme. Elle ne doit également pas avoir plus de trois ans d’activité. Bien entendu, la société doit être immatriculée à Paris. Sans oublier que le projet doit être innovant.

26 Rue du Chemin Vert  75011 Paris

01 44 88 57 70

Adressez votre demande à projet@parispionnieres.org

 

Paris République

Située près du canal Saint-Martin, un des endroits les plus charmants de Paris, la pépinière d’entreprises Paris République loge des entreprises de gros et de détail dans le monde de l’habillement, de la maroquinerie, du cuir, décoration, ameublement et commerce équitables. Les sociétés de service aux entreprises sont également les bienvenues au sein de la pépinière.

En chiffre cela donne : 19000 m2 de surface globale répartis en entrepôts compris entre 20 et 700 m2. Les entrepreneurs trouveront dans la pépinière Paris République des services logistiques adaptés aux activités citées plus haut. Le centre d’entreprise offre même un entrepôt sous douane pour toutes les opérations de dédouanement. Très utile quand la marchandise vient de loin.

18, rue Yves Toudic 75010 PARIS

Tel. 01 42 08 75 10

Fax : 01 42 08 60 10

Mail : contact@paris-republique.com

Métro lignes 3, 5, 8, 9 et 11 – Station « République »

Villejuif Biopark

Au Terminus de la ligne 7, la pépinière n’est pas à proprement parler une pépinière parisienne. Facile d’accès, elle a donc toute sa place ici.

Spécialisée dans le secteur médical, la pépinière accueille toutes les entreprises qui exercent leur activité dans le monde de la santé et de la recherche. Adossée aux pôles scientifiques environnants, la pépinière est idéalement placée pour les entrepreneurs qui veulent se trouver au plus proche des compétences.

Au centre de la vallée scientifique de la Bievre, et du futur Cancer Campus qui disposera de 500.000 m2, la pépinière VillejuifBiopark est idéalement placée.

Villejuif Bio Park :

31, rue Anatole France 94306 VINCENNES
Xavier Hagnerelle, xhagnerelle@ccip.fr
06 74 46 72 28

 

Lire l'article

Créarif Quartiers 2012 : il organise pour vous vos évènements sportifs

Créarif Quartiers 2012

12 décembre 2012

Lauréat du Crearif Quartiers 2012, Yacine Ben Filla a eu l’idée de créer une agence événementielle autour des thèmes du sport.

Lui-même sportif de haut niveau, il a eu l’occasion de côtoyer d’autres professionnels du basket et du football. Un réseau qu’il compte bien utiliser pour son business.

Sur ce podcast, vous écouterez les projets d’un entrepreneur qui fait bien plus que ses 22 ans

 

Lire l'article

Guy Thébaut : apprendre une langue étrangère par le jeu, c’est possible

Créarif Quartiers 2012

12 décembre 2012

Porteur de projets, Guy Thébaut est venu au Créarif Quartiers 2012 pour présenter son projet d’apprentissage de jeux virtuel. Un projet d’autant plus ambitieux que cet aspirant-entrepreneur compte directement commencer à l’international et notamment en Chine.

Au micro de Widoobiz, vous découvrirez à quoi doit penser un porteur de projet avant de se lancer dans le grand bain

Lire l'article

Antoine Leblanc donne le secret de la communication sans budget

Créarif Quartiers 2012

12 décembre 2012

Présent au Crearif Quartiers 2012 pour donner des conseils aux porteurs de projets, cet entrepreneur nous raconte les angoisses de ces aspirants-entrepreneurs.

Au micro de Widoobiz, il donne également des conseils pour démarrer une campagne de communication avec zéro euro de budget. Chose commune pour tous les entrepreneurs qui démarrent au départ.

Lire l'article

Ali Simati propose l’art pour mieux s’insérer dans la société

Créarif Quartiers 2012

12 décembre 2012

Comédien lui-même, Ali Simati souhaite ouvrir une académie Ciné Cité pour aider les jeunes des Hauts-de-Seine à se lancer dans le monde artistique.

Une initiative qui a plu au Créarif Quartiers 2012 au point de le récompenser de son initiative.

Au cours de ce podcast, vous découvrirez un artiste au service de l’entrepreneuriat.

Lire l'article

Créarif Quartiers 2012 : il forme les réalisateurs de demain

Créarif Quartiers 2012

12 décembre 2012

Lauréat des Crearif Quartiers 2012, Lamine Camara souhaite créer un champ d’insertion destiné aux jeunes qui veulent se lancer dans les métiers de la réalisation.

Au cours de ce podcast, vous réaliserez que l’entrepreneuriat et la solidarité ne sont pas deux valeurs incompatibles.

Lire l'article

Jessica Cazeneuve veut créer sa propre crèche bio

Créarif Quartiers 2012

12 décembre 2012

Bien établi dans sa ville, Jessica Cazeneuve a eu l’idée toute simple de créer une crèche bio. Une initiative qui a en tout cas plu à CréaRÎF Quartiers 2012

Mais qu’est ce qu’une crèche bio ? Pour le savoir il vous suffira d’écouter ce podcast.

Quel parent, soucieux de la santé de ces enfants, ne souhaiterait pas écouter cette chronique ?

Lire l'article