MENU

PME
Archive du mot-clé

Sans-titre-1scs

531

SDE Lyon : Hervé Cohen, TNT Express

Salon des Entrepreneurs de Lyon

11 juin 2015

A l’occasion du Salon Des Entrepreneurs de Lyon 2015, Widoobiz a le plaisir d’échanger avec Hervé Cohen, directeur des ventes PME-PMI TNT Express.

(suite…)

Lire l'article

benji

193

SDE Lyon : Benjamin Malartic, Steery

Salon des Entrepreneurs de Lyon

11 juin 2015

A l’occasion du Salon des Entrepreneurs de Lyon 2015, Widoobiz a le plaisir d’échanger avec Benjamin Malartic, co-fondateur de Steery.

(suite…)

Lire l'article

dddddz

412

jhvvk;

1267

Club Nelson – 21/05

Agenda Entrepreneurs

18 mai 2015

Prochain atelier avec le Crédit Agricole et Dentsu Aegis Network, le 21/05 !

Venez veiller, réseauter et prospecter autour de think factories sur le marketing mobile, la convergence média, l’identité numérique, la protection et l’exploitation des données. (suite…)

Lire l'article

Sans titre3

960

Provadys : se protéger des cyberattaques

CroissancePlus

31 mars 2015

Nous sommes au Spring Campus de Croissance Plus 2015, en compagnie de Merryl Cuestas, directeur général de Provadys, société de conseil spécialisée dans la cybersécurité et l’accompagnement de l’évolution des systèmes d’informations. Provadys emploie 50 salariés et a connu une croissance de 300% sur les 5 dernières années. Elle compte parmi ses 140 clients actifs des grands comptes et des PME.

(suite…)

Lire l'article

logo

542

Club Nelson – 15/04

Agenda Entrepreneurs

24 mars 2015

Le Club Nelson vous invite à son prochain atelier le mercredi 15 Avril à 8h30, avec la participation de FRANCE TÉLÉVISIONS et KEYRUS

(suite…)

Lire l'article

Cyber

833

PME : comment faire face aux cyber-attaques

Widootalk

19 décembre 2014

 Les faits sont là ! 51 % des PME ont déjà subi au moins une attaque informatique et 33 % d’entre elles avouent avoir été attaquées au moins plus de deux fois. Comment alors sécuriser son parc informatique et ses données stratégiques face à une prise de contrôle à distance ? Quels systèmes de protection efficaces mettre en place ? Vers qui se tourner pour assurer les acteurs du e-commerce face aux cyber-risques ?

(suite…)

Lire l'article

Claire Vinchon

279

Mazars’Lab : des PME en mode startups pour mieux répondre aux clients

Les événements de Mazars

5 décembre 2014

À l’occasion de l’événement organisé à Paris Région Lab, nous avons retrouvé Claire Vinchon, fondatrice de Small IZ Beautiful, entreprise partenaire de Mazars.

Small IZ Beautiful est le premier site de stages et d’emplois-cadres dédié aux PME en croissance. Concrètement, l’entreprise accompagne les PME en croissance à « mieux recruter au moindre coût » et les fait « connaître auprès d’un public de jeunes diplômés du supérieur ».

Le souci du client

Cette approche de co-développement, dans laquelle s’inscrit Small IZ Beautiful avec Mazars, est « éminemment positive » selon Claire Vinchon. Toutes les PME partenaires « de fonction support » travaillent en écosystème et surtout, elles fonctionnent en « mode startup » sur ce projet-là. Elles ont le souci d’apporter à leurs clients ce dont ils ont besoin, même s’ils n’en ont pas forcément les moyens.

En effet, à son lancement, une startup a besoin de « fonction support » et d’outils, comme l’incubateur, qui peuvent lui apporter les conseils et l’accompagnement nécessaires pour lui permettre d’avance sur ces questions et se focaliser sur son métier au quotidien. Autant de missions auxquelles est dédié le Mazars’Lab !

Lire l'article

Bosetti

1063

Alain Bosetti: un serial entrepreneur mêlant travail et plaisir

Le jukebox de ma vie

1 septembre 2014

Place à un serial entrepreneur connu de tous aujourd’hui sur Widoobiz puisque Stéphane Vincent reçoit Alain Bosetti, qui va nous révéler le jukebox de sa vie.

Il y a quelques années, ce véritable « homme de salons » a créé avec ses associés une PME dans la communication avec 3 activités principales. La première est l’agence conseil en communication « …/en personne », créée en 1996. Par la suite, il crée également des salons comme celui des microentreprises en 1999 ou encore le salon des services à la personne, ainsi que des web magazines pour les entrepreneurs tels que « Place des réseaux », qui aide les entrepreneurs isolés à développer leur réseau, et « Planète autoentrepreneur », pour aider ceux qui souhaitent grandir et évoluer. Aujourd’hui, ils sont 4 associés dans l’entreprise et une trentaine de collaborateurs à avoir su déceler une succession d’opportunités qui leur ont permis de créer cette suite d’activités.

(suite…)

Lire l'article

Rencontre IES : Investir 99 propose le crowdfunding adapté aux jeunes sociétés

Rencontres IES

31 juillet 2014

Le financement participatif est une nouvelle tendance sur le web. Aujourd’hui, parmi les acteurs qui font cette nouvelle révolution du financement, nous interviewons en direct de la 1ère rencontre des Incubés de l’Enseignement Supérieur, Gary Bismuth, Président d’Investir 99.

Investir99 est un site de crowdfunding equity pour les jeunes sociétés. Cela signifie que Investir 99 vous permettra de devenir actionnaire de sociétés. Cela permet d’une part aux entreprises de se faire connaître et de se faire financer, et du côté des internautes, de devenir business angels de startups prometteuses. Une bonne initiative pour faciliter l’entrepreneuriat. Concernant le business model, l’investisseur paye une commission uniquement sur les plus-values.

Lire l'article

like

463

Facebook: les PME et TPE sont très prisées auprès des utilisateurs

Actu Business

12 juin 2014

like69% des utilisateurs « actifs » français ont déjà soutenu et cliqué sur le like de la page Facebook d’une PME / TPE.

70% des 28 millions d’utilisateurs « actifs » français du réseau social soutiennent une petite ou moyenne entreprise française en appuyant sur le bouton «like». Plus d’utilisateurs adhèrent à une page de PME/TPE, plus les contenus de la page vont apparaître sur leur fil d’actualité. À l’occasion du Salon des entrepreneurs de Lyon (11 et 12 juin), Facebook, présent, publie un communiqué de presse: aujourd’hui plus de 30 millions de PME et TPE dans le monde créent leur page Facebook.

Laurent Solly, patron de Facebook France, explique dans le communiqué: «le digital est un levier de croissance considérable pour les TPE/ PME». Il ajoute:  « Facebook est aujourd’hui un outil de communication majeur pour les TPE/PME. Grâce à la plateforme, toute entreprise peut créer sa page, véritable vitrine qui lui donnera accès à une audience inégalable (…) ».

30 millions de TPE/PME ont leur page Facebook

Au total, il y a 314 millions de connexions entre les utilisateurs français de Facebook et les PME/TPE. L’entreprise de Marc Zuckerberg présente cette semaine, à Lyon, un programme pour développer l’activité commerciale des TPE et PME. Le programme s’appelle Small Business Boost. Le but est de renforcer le rôle des pages Facebook des TPE et PME pour qu’elles influent sur le comportement d’achat des consommateurs.

Dans le détail, Facebook annonce que près de deux tiers des entrepreneurs animent leurs pages directement sur le mobile, et parle même de «la colonne vertébrale de l’économie française ». D’ailleurs le réseau social crée pendant le salon des entrepreneurs de Lyon des conférences pour les PME/TPE pour les aider les entrepreneurs à affiner leur stratégie marketing.

Le salon des entrepreneurs de Lyon se clôture aujourd’hui, il est encore temps d’aller faire un tour au stand Widoobiz, en plein centre du salon.

Nèle Grizard

Lire l'article

reputation

508

E-réputation: les entreprises se méfient

Actu Business

6 juin 2014

reputationPour 1/3 des dirigeants de PME, une mauvaise réputation n’est pas un risque à courir. 

Réseaux sociaux et réputation ne font pas toujours bon ménage. En effet, à l’ère du tout digital les entrepreneurs ne maîtrisent plus entièrement leur communication.

Une étude TNS-Sofres pour l’entreprise Apave, s’est intéressée aux entreprises françaises face aux risques qu’elles encourent. Pour 1/3 des dirigeants de PME, leur activité est menacée par des risques de réputation. Les patrons se sentent notamment plus exposés à ces risques (+4%).

Par le reste, les dirigeants de PME estiment que leur activité est menacée principalement pour des motifs financiers (37%), dus à un contexte économique difficile. Les risques de qualité des produits ou services (31%) arrivent en 3e position.

1/4 des entrepreneurs restent sous-informés

Par ailleurs, le non-respect des réglementations inquiète 22% des dirigeants de PME. Avec l’avancée constante des nouvelles technologies et des fraudeurs, la sécurité des données de l’entreprise et de ses clients préoccupe 20% d’entre eux.

Heureusement, face à ses risques 3/4 des dirigeants se sentent informés sur les risques encourus, les réglementations et les méthodes à suivre pour les maîtriser. Cependant, 1/4 restent sous-informés sur les risques et les démarches à mettre en œuvre.

Les dirigeants de PME, conscients des risques encourus par leur entreprise jugent leur salariés exposés en premier lieu aux risques d’accident (38 %). Les maladies professionnelles arrivent après avec 34 %, suivies par les risques psychosociaux à 17 %. Parmi les dirigeants interrogées, 70 % se sentent armés pour y répondre.

Nèle Grizard

Lire l'article

La gouvernance dans les PME

Ethique d'entreprises

24 mars 2014

gouvernance

Il est question de gouvernance aujourd’hui avec Élisabeth Lécuyer. En effet, une démarche éthique passe par l’installation d’une gouvernance opérante jouant un rôle dans la performance économique et sociétale de l’entreprise. Mettre en place une gouvernance dans une PME est un peu plus complexe que dans une grande entreprise, mais tout aussi pertinent. Aujourd’hui, la gouvernance a évolué puisque, d’une gouvernance répressive dans l’ultra contrôle, on peut passer à une gouvernance positive, source de création de valeur.

Pour en parler, Élisabeth Lécuyer reçoit deux experts de la gouvernance en PME et membres de l’Apia (Administrateurs Professionnels Indépendants Associés): Denis Kibler, expert APM, et Pierre Cabane, fondateur de PMT Conseil.

Alors, pourquoi mettre en place une gouvernance dans une entreprise ? Nos deux experts s’accordent pour dire que la gouvernance est un véritable outil de croissance et de création de valeur pour l’entreprise. En effet, elle est plus difficile à mettre en place en PME, mais elle leur apporte beaucoup plus en terme de décisions stratégiques.

Denis Kibler précise que, « dans un monde de plus en plus complexe où les marchés sont de plus en plus difficiles à cerner, le chef d’entreprise a besoin d’être aidé par des compétences opérationnelles qui vont l’aider à prendre du recul ». Pour lui, l’action de la gouvernance est guidée par 2 critères: « créer de la valeur et assurer la pérennité de l’entreprise ».

Nos deux experts définissent ensuite le rôle et les missions d’un conseiller d’administration, et nous livrent finalement quelques conseils pour former un bon Conseil d’Administration, avec des profils hétérogènes, mais formant une unité efficace. Enfin, Denis Kibler et Pierre Cabane se posent la question de la légitimité d’une gouvernance lorsque l’on veut vendre une entreprise. Pour eux, « Une bonne gouvernance est un outil qui favorise la valorisation de l’entreprise et le regard extérieur porté par les éventuels repreneurs ».

De précieux conseils d’experts à écouter et réécouter dans ce podcast.

Lire l'article

facebook

362

Facebook est en train de perdre une partie de ses jeunes utilisateurs

Actu Business, Actualités

29 janvier 2014

facebook

D’après une étude sur les réseaux sociaux, Facebook a perdu presque un tiers de ses adolescents utilisateurs.

On comprend maintenant pourquoi Facebook a mis 3 milliards de dollars sur la table pour acquérir Snapchat. D’après une récente étude du site GlobalWebIndex, le pionnier des réseaux sociaux a perdu un tiers des adolescents américains utilisateurs du site sur la seule année 2013. Une hémorragie qui a de quoi faire peur à Mark Zuckerberg. En effet, d’après une autre étude de Mashable, 79% des « teenagers » américains ont contribué sur le site à la fin de l’année 2012.

En clair, perdre les ados U.S revient à perdre la bataille de la popularité. Et ça, ce n’est pas possible dans le monde des réseaux sociaux. Or, si l’étude de GlobalWebIndex montre la claire domination de Facebook, elle pointe également le fait que les « teens » commencent à migrer massivement vers de nouvelles applications comme Snapchat et WhatsApp.

Contrebalancé par Instagram

Dans le détail, la chute de l’emprise de Facebook chez les ados américains a démarré au début 2013. Entre le 3e et le 4e trimestre 2013, Facebook a bien réussi à stabiliser la saignée des comptes inactifs, mais le nombre de jeunes US actifs sur Facebook a néanmoins continué de chuter de 11%. De là à dire que Facebook a complètement perdu la main ? Pas vraiment, aux yeux de Tom Smith, fondateur de GlobalWebIndex.

« Le concept selon lequel [Facebook] est « mort et enterré » est complètement faux », rappelle-t-il. Le recul d’activité des « teenagers » U.S est contrebalancé par Instagram, propriété de Facebook, dont l’activité a le plus augmenté au dernier trimestre 2013 (+23%). Pour donner un ordre d’idée, seul le site de partage de liens Reddit (+13%) et le réseau social professionnel Linkedin (+9%) ont réussi à suivre le rythme.

WeChat démultiplie son audience

Malgré tout, l’audience sur les applications de Networking et de messagerie instantanée a explosé entre le deuxième et quatrième trimestre 2013. Par exemple, WeChat a démultiplié son audience de 379% sur cette période. Vine a doublé (+105%) quant à lui le nombre de ses utilisateurs en six mois. Enfin, Snapchat en a profité pour étendre son audience de 54%. Celle de WhatsApp a progressé également de 35%.

Rappelons qu’un utilisateur est considéré comme actif par GlobalWebIndex à partir du moment où il a utilisé le site au moins une fois lors du dernier mois. 

Tancrède Blondé

Lire l'article

ambition

311

Pour redresser l’économie, les Français comptent sur les entrepreneurs

Actu Business, Actualités

28 janvier 2014

ambition

À l’occasion de sa 21e édition qui se déroule le 5 et 6 février au Palais des Congrès, le Salon des Entrepreneurs de Paris détaille l’amour des Français pour ses entrepreneurs.

Tendresse et chocolat. Encore une fois, les Français prouvent que les entrepreneurs sont dans leur cœur. D’après un sondage mené par l’Institut Think et Opinion Way pour le compte de Cerfrance, Novancia et le Salon des Entrepreneurs, 78 % des Français comptent sur les TPE/PME pour redresser l’économie nationale. À l’inverse, un quart d’entre eux (27 %) compte sur l’État, le gouvernement et les collectivités.

Autre preuve du soutien des Français, 80 % d’entre eux « pensent que les mouvements de contestations des entrepreneurs depuis 2012 sont justifiés ». Ils jugent également que le système éducatif français n’est pas adapté pour former les entrepreneurs français de demain. Au final, réussir en tant que chef d’entreprise génère du respect. Il est même considéré comme un ascenseur social efficace.

2,4 millions de Français ont déjà préparé un projet

Malgré ce large soutien, les Français continuent de mal connaître l’entrepreneuriat. Preuve en est, à peine 4 % des Français savent que 550 000 entreprises sont créées chaque année. « 90 % sous-estiment le nombre annuel de créations d’entreprises en France », indique l’étude. Ils sont 57 % à mésestimer également la part de création d’entreprise avec moins de 16 000 euros. Enfin, les Français n’imaginent pas la joie qu représente la création d’une entreprise. « Seul un Français sur 20 estiment correctement le % de créateurs prêts à revivre l’aventure entrepreneuriale», explique l’étude.

Plus étonnant, 31 % des Français affirment vouloir créer ou reprendre un jour une entreprise, soit plus de 15 millions de personnes tout de même. Un chiffre qui ne retranscrit cependant qu’une projection vague. Plus important aux yeux de Xavier Kergaal, « les 2,5 millions [en réalité, 2,4] de français qui veulent créer leur entreprise et sont prêts à se lancer d’ici deux ans ». Le réservoir d’entrepreneurs n’est pas près de se tarir en France.

Des qualités techniques et humaines

Il faut dire que l’entrepreneuriat est, aux yeux des de nos concitoyens, un moyen efficace de vivre de sa passion. Sans oublier qu’il permet de « créer son propre emploi », comme l’explique, à juste titre, la ministre des PME et de l’Économie numérique, Fleur Pellerin. Être entrepreneur signifie aussi être capable d’être précurseur et, bien entendu, de prendre des risques.

Et à quoi ressemble-t-il cet entrepreneur idéal ? Déjà, il maîtrise les aspects financiers (38 %), il est créatif/audacieux (34 %), mais aussi honnête (32 %). Des qualités techniques qui s’ajoutent aux qualités humaines, telles que le respect (23 %) et la capacité d’écoute. Eh oui, aux yeux des Français l’entrepreneur reste un sage bienveillant.

 Tancrède Blondé

Lire l'article