La zone euro telle qu’elle est construite n’a pas d’autorité budgétaire et fiscale. Tant que cette puissance n’existera pas, le marché pensera qu’il peut gagner », a affirmé Mr George Soros.