Selon une étude de Coe-Rexecode, centre privé de recherche en économie, la part de marché des exportations françaises rétrécit comme peau de chagrin depuis plus de 10 ans. Les perspectives d’avenir seraient néanmoins un peu plus favorables.

Les chiffres ne mentent pas. Depuis un peu plus de 10 ans, la France ne cesse de perdre des batailles dans la compétition mondiale. C’est bien simple, la part des marchés des exportations françaises sur la planète tombe de 5,7 % à 3,3%. Et ce n’est pas le pire! En zone euro, la part de la France recule de 16,8% à 12,6%, soit une perte sèche de 120 milliards d’euros en 2011.

Une perte de compétitivité qui expliquerait par ricochet la fermeture des 900 usines françaises ces trois dernières années. La preuve, l’industrie française ne représente que 12% du résultat brut d’exploitation de l’industrie européenn, contre 18 % en 2000. En cause, le « rapport qualité-prix » qui ne serait défavorable par rapport à ses concurrents européens.

Toujours selon l’étude, il semblerait que néanmoins, l’industrie française ne recule plus, voire progresse dans certains secteurs. Les pôles de compétitivité, le Crédit Impôt Recherche, et le renforcement d’Oseo commenceraient à porter ses fruits.

Au regard de tels chiffres, on s’étonne de ne voir sortir le sujet du « made in France » qu’aujourd’hui. Les élections, paraît-il…