Annoncée la semaine dernière par le Président de la République, Nicolas Sarkozy, lors de ses vœux aux forces vives de l ‘économie française à Lyon, la future banque d’investissement pour l’industrie agira dans la sphère publique en collaboration avec les banques traditionnelles.

Cette nouvelle banque de l’industrie devrait également s’appuyer sur des organismes existants, tels que la Caisse des dépôts, le Fonds Stratégique d’Investissement et Oseo. Une option qui permettrait non seulement une création mais aussi une effectivité plus rapide dans la sphère réelle de l’économie, selon le gouvernement.

Exit donc, la fusion des trois organismes qui aurait donné naissance à la « Super banque publique d’Investissement » prôné par le parti socialiste et son candidat, François Hollande. Selon le quotidien les Echos, la nouvelle banque créera « des mécanismes qui permettent de renforcer les fonds propres des entreprises industrielles ». En clair, l’argent frais ne serait pas accordé sous la forme d’un prêt.

Cette nouvelle banque de l’industrie devrait disposer d’une enveloppe d’un milliard d’euros, même si le montant final n’a pas été défini.