Invité de l’émission « Capital » sur M6, dimanche soir, Nicolas Sarkozy a émis de nouvelles propositions pour soutenir les entrepreneurs de TPE et PME s’il était réélu.

« Les petites entreprises ont besoin d’innovation » estime Nicolas Sarkozy. Une des premières décisions serait alors de « demander à oséo d’avancer le Crédit impôt recherche » pour les petites entreprises qui veulent innover « au lieu d’attendre 2 ans que le fisc vous rembourse ».  Concrètement, il suffira aux PME de faire une demande à Oséo qui donnera l’argent sous une forme de prêt à taux 0.

Le président – candidat est également revenu sur sa promesse, déjà énoncée, de réserver « 20% des appels d’offre publics » aux petites et moyennes entreprises européennes. Et si dans le cas où l’Europe ne se mettrait pas d’accord sur le « Buy European act » au bout de 12 mois, Nicolas Sarkozy prévient : « nous l’appliquerons comme le font les États-Unis d’Amérique ».

« 1 norme créée, 2 supprimées »

Dans l’optique à long terme de rééquilibrage de la balance du commerce extérieur, Nicolas Sarkozy veut « conditionner les aides COFACE aux grands groupes à l’obligation d’amener avec eux des PME à l’export ». Le détail de la mesure concrète n’a pas été donné. Enfin, le candidat sortant promet de « supprimer le privilège du Trésor public » quand une entreprise est endettée. « Ca va inciter les banques à prêter aux PME parce que les banques sauront se rembourser ».

Préoccupation qui ne concerne pas uniquement les entreprises, Nicolas Sarkozy exigera des ministres qui souhaitent instaurer une nouvelle norme « deux normes anciennes supprimées ». Une mesure indispensable aux yeux de Nicolas Sarkozy car « les normes pèsent de 4 à 5 points de dépenses en plus dans le PIB ». Une mesure que demandent les entrepreneurs depuis plus de trois décennies.

Tancrède Blondé