Interrogé par BFM Business, le patron de la CGPME, Jean-François Roubaud juge que la gauche, aux portes de l’Elysée, s’intéresse davantage à l’entreprise qu’en 1981.

Autre temps, autre mœurs. À en croire le patron des représentants des petites et moyennes entreprises, Jean-François Roubaud, « le PS n’était pas très penché vers l’économie, l’équilibre et les entreprises » en 1981. Or, aujourd’hui le parti a fait « d’énormes progrès » juge-t-il. Il assure même que « dans le programme de M. Hollande, il y a des vraies valeurs d’économie », tout en s’empressant d’ajouter qu’il ne prenait parti pour aucun des candidats.

Il faut dire qu’à la différence de François Mitterrand dans son programme commun, Mr Hollande n’ promis aucune nationalisation de banques et autres « ruptures » pour changer la vie, selon l’expression des socialistes de l’époque. En revanche, le patron des PME s’inquiète toujours du « coup de pouce » que souhaite donner François Hollande dans les semaines qui suivraient sa victoire, probablement en Juillet.

Jean-François Roubaud relève également des propositions intéressantes du coté de Nicolas Sarkozy, comme la TVA sociale ou la « TVA délocalisation » selon la famille politique à laquelle on appartient. Quoi qu’il en soit, affirme-t-il, « on a été gratifiés, puisque l’ensemble des candidats aiment les PME ». Quant au président, réélu ou nouveau, il aura 5 ans pour montrer qu’il les aime toujours autant.

Tancrède Blondé