Pour sa première participation l’université d’été du Medef des patrons de France, la ministre a voulu rendre « hommage l’esprit d’entreprendre ». Preuve en est, l’annonce de la mise en place prochaine d’une mission de diffusion de « l’esprit d’entrepreneur ».

 fleur pellerin université d'été Medef

Fleur Pellerin n’a pas déçu. Mieux, elle a enthousiasmé. Ce qui n’était pas gagné, devant une assemblée de dirigeants, quelque peu déçu par le discours de Jean-Marc Ayrault. Car, la ministre des PME a su leur parler. Déjà en leur rendant hommage : « j’ai particulièrement à coeur de dire tout le respect que j’ai pour la figure de l’entrepreneur. L’entrepreneur n’est pas l’ennemi de notre politique et je tiens à le rappeler avec force » a-t-elle déclaré.

« Je suis moi-même fille d’entrepreneur et je sais ce que c’est de prendre des risques sur son propre patrimoine » a-t-elle même poursuivi. Des paroles qui n’ont pas manqué de plaire aux chefs d’entreprise, réunis à l’occasion de la deuxième journée de l’université d’été du Medef. Mais pour cela ajoute-t-elle cependant, il faut que les patrons et salariés travaillent ensemble. «  Le défi du redressement est un défi que nous relèverons ensemble.

« Je voudrais remercier la ministre »

Pour traduire les paroles en actes, la ministre chargée des PME a annoncé dans la foulée la création d’une mission pour répandre « l’esprit d’entreprendre » dans les établissements scolaires. Mission qui a été confiée Philippe Hayat, lui-même entrepreneur et fondateur de l’association 100.00 entrepreneurs, à la pointe sur le sujet. Fleur Pellerin veut également « structurer une filière de formation adaptée à la demande des entreprises du secteur des nouvelles technologies ».

Des mesures d’intention qui ont tout de suite plu à Laurent Dassault, directeur général du groupe Dassault : « Étant fils et petit-fils d’entrepreneur, je voudrais remercier la ministre pour ce qu’elle a dit ». À croire que l’opération séduction de Fleur Pellerin commence déjà à porter ses fruits.

Retrouvez ici l’interview de la ministre accordée à Widoobiz

Tancrède Blondé