À la sortie de la réunion avec des entrepreneurs, Pierre Moscovici a voulu être rassurant. Mais, s’il n’a pas voulu perdre la face, il a néanmoins exposé les mesures pour réduire la taxe sur les plus-values de cession d’entreprises.

Pigeon entrepreneur Pierre Moscovici Projet de lois de finances 2013Alors le verre, il est à moitié vide ou à moitié plein ? Telle est la question que peuvent se poser les entrepreneurs. Du côté des « Pigeons », mouvement spontané qui réunit plus de 50.000 internautes sur sa page Facebook, on semble être satisfait :  » Hier, Pierre Moscovici a déclaré avoir compris les Pigeons. Nous sommes certes satisfaits de voir le gouvernement “roucouler” sur la Loi de Finances 2013 ».

Ils rajoutent sur leur page Facebook : « Loin d’être un cadeau fait à des “enfants gâtés”, cette ouverture est en fait une chance formidable pour la France ». Pour arriver à les satisfaire, Pierre Moscovici a expliqué qu’après discussion au Parlement, l’entrepreneur sera exonéré de la taxe honnie, à la condition de ce qu’ils réinvestissent dans une autre start-up. 60,70, 80% de la plus-value ? Le débat est en cours.

Affaire à suivre…

Pierre Moscovici a également ouvert la voie à une accélération dans le temps, pour les abattements fiscaux. «Nous allons mettre en place un régime spécifique pour les plus-values réalisées après une détention courte». Autrement dit, réduire la période de 12 ans où les entrepreneurs sont obligés de garder leurs actions. Une demande forte des dirigeants de start-up du secteur high-tech.

Cependant, que les entrepreneurs ne se trompent pas de bataille. Pour Pierre Moscovici, il « est hors de question » de revenir sur le principe de l’alignement de la fiscalité du capital sur celle du travail. Ce qu’il veut taxer, « c’est la rente pas le risque ». Pas sûr que tous les entrepreneurs sympathisants du mouvement des Pigeons soient d’accord avec le ministre de l’Économie. Affaire à suivre…

@TancredeBlonde