Alors que le prochain projet de réforme du crowdfunding français fait déjà polémique, le site Particeep revient en image sur les grandes différences entre les États-Unis et la France en matière de financement participatif. Avec son projet de réforme du monde de la finance participative en France, Fleur Pellerin ne se fait pas que des amis. En cause, la complexification du dispositif dans le but de protéger les investisseurs. En effet, avant de mettre de l’argent au pot commun, l’investisseur va devoir inscrire ses déclarations de ses revenus et de son patrimoine. Et, pour ne rien arranger, l’investisseur n’aura plus accès au nom de l’entreprise, ni au ticket d’entrée, ni à la somme qu’elle veut lever. Résultat, certains pensent déjà que les investisseurs français vont privilégier à court terme les plateformes américaines. Regardons en images, les grandes différences entre les systèmes français et américains. Financement participatif en France (2)

Tancrède Blondé