alice

Comme il n’est jamais trop tôt pour se frotter au monde professionnel, des chercheurs ont mis en place Alice-Lab, un dispositif de collaboration entre étudiants et entreprises. 

Tous les étudiants d’écoles de commerce ont travaillé sur des études de cas. Non seulement, cela leur permet d’appliquer les connaissances acquises à l’école, mais également de se projeter dans la sphère professionnelle. Autant dire indispensable pour un étudiant ! Seul problème, la réflexion reste toujours fictive. Jamais ou presque, les étudiants n’échangent avec de vrais professionnels.

Conscient de ce manque, Caroline Verzat, enseignant-chercheur à Novancia, accompagnée de 6 autres chercheurs, ont créé le projet Alice-Lab (Action-Learning for Innovation Creativity & Entrepreneurship). Ici, plus de dossier froid que l’élève doit remplir et envoyer au commanditaire. « Au lieu de travailler pour l’entreprise, les étudiants travaillent avec elle, ce qui implique un changement de posture. Maintenant l’entreprise doit s’investir pleinement», explique Caroline Verzat.

Et plus, si affinités

À l’occasion de séances de travail en équipe, étudiants et professionnels de l’entreprise planchent sur une problématique concrète. Des réunions qui se déroulent dans les locaux des écoles, mais également dans ceux de la société, afin de sensibiliser au mieux les étudiants à leur futur environnement de travail. Ce ne sont pas les étudiants de Novancia et des Gobelins qui s’en plaindront.

Lancé en janvier dernier, la projet Alice-Lab s’achève en mars prochain. 5 entreprises (Air France KLM, GrDF, Neopost, MANa et Wiithaa) ont voulu participer afin de développer des projets d’innovation. Composé d’étudiants de Novancia, des Gobelins, des cadres de l’entreprise et de 2 coachs provenant des écoles ou de la CCI Paris Ile-de-France, les équipes doivent présenter fin mars un business model cohérent.

Un projet qui pourrait éventuellement se poursuivre par le biais d’un stage dans les entreprises concernées. Et plus, si affinités…

Tancrède Blondé