Moscovici évacué, Montebourg aux commandes et Fleur Pellerin disparu. Voici les principaux enseignements que les entrepreneurs retiendront du remaniement ministériel.

Valls 1 est arrivé. Nommé à Matignon pour former un « gouvernement de combat », Manuel Valls va diriger une équipe resserrée de poids lourds politiques : Benoît Hamon à l’éducation nationale, Ségolène Royal à l’écologie et Montebourg à l’Économie. Sinon, pas de gros bouleversements. A l’exception de Fleur Pellerin, évanouie dans les calculs politiques de François Hollande.

D’autant plus étonnant que Sylvia Pinel a, elle, réussi à rester dans l’équipe gouvernementale en intégrant le logement, à la place de Cécile Duflot. Sa gestion du dossier des auto-entrepreneurs n’avait pourtant pas été des plus flamboyantes. Son appartenance au PRG lui a probablement donné plus de poids politique aux yeux du Président et du nouveau Premier ministre.

 Quant à Fleur Pellerin, elle pourra remercier les entrepreneurs qui se sont mobilisés sur Twitter. Lancé hier par le journaliste de BFM TV, Stéphane Soumier, le hashtag #keepfleur a été repris par un nombre croissant de chefs d’entreprises. A tel point que le hashtag est devenu un trending topic, preuve de sa popularité au sein de la communauté des entrepreneurs.

Reste maintenant à savoir si Arnaud Montebourg ne va finalement pas la prendre comme secrétaire d’Etat. En effet, avec le numérique dans son escarcelle, le nouveau tout puissant ministre de l’Economie va devoir déléguer une partie de ses attributions. Réponse dans les prochaines semaines.