Medef : vers un ras-le-bol général des dirigeants ?

Des paroles sans actes de la part du gouvernement, un ras-le-bol généralisé… Les dirigeants d’entreprise sont en colère mais il y a de quoi relativiser.

Vice-Présidente du pôle international à la commission du Medef et Présidente de Enginsoft, Marie-Christine Oghly s’est arrêtée au micro de Widoobiz.

Un ras-le-bol global

S’il y a bien un message que Marie-Christine Oghly souhaite faire passer, c’est le ras-le-bol des chefs d’entreprises. Ajout des taxes, complexité, pénibilité… autant de sujets qui poussent les dirigeants d’entreprises à donner de la voix. Elle explique que ceux-ci demandent simplement qu’on les laisse investir, qu’on leur permette de créer de l’emploi et d’être compétitifs à l’étranger, car « ce sont les seules choses importantes pour une entreprise ».

Un peu de positif pour relativiser

Le tableau n’est malgré tout pas tout noir. Comme le souligne parfaitement Marie-Christine Oghly, il y a des « talents fantastiques en France qu’on ne doit pas laisser partir ». Certains dispositifs tels que le crédit impôt-recherche attirent même des sociétés étrangères, « il faut le préserver ».

 

PARTAGER (6)
S'INSCRIRE A LA NEWSLETTER

1 Commentaire
  1. MOINIER

    28 décembre 2014 21 h 50 min

    Bonjour,
    Il manque 25% de PIB soit 25% d’heures travaillées, pour que la France ait des compte au minimum en équilidre = 40 heures et retraite au mini à 65 ans. Soit un manque de 11.500 heures de travail par salarié sur la durée de vie.
    Ensuite il faut établir la durée de travail proportionnelle à la durée de vie des retraités.
    A partir de là, il n’y a plus qu’à gérer le pays. Le chômage aura très fortement baissé, l’activité sera au top, les prélèvements pourront baisser, les marges entreprises auront remonté, l’inflation aussi…

Laisse ton commentaire