Quel entrepreneur n’a jamais songé à échanger quelques parts de son capital afin d’obtenir des garanties et des conseils pour le développement de son entreprise ? Quels sont ces loups de l’entreprise qui ne cherchent qu’à croquer les entrepreneurs ?

Stéphane Degonde, entrepreneur et auteur de l’ouvrage « J’ose entreprendre », nous parle aujourd’hui des loups de l’entreprise, en la personne des fournisseurs-actionnaires et des business angels parasites.

« Faire rentrer le loup dans la bergerie capitale »

En faisant rentrer un fournisseur dans le capital de son entreprise, on pense qu’on aura plus de facilité à sécuriser les délais et à obtenir des tarifs plus intéressants. Le premier inconvénient est qu’il n’y a aucune garantie. De plus, la relation avec le fournisseur se verra biaisée car l’accès du fournisseur aux informations stratégiques de l’entreprise compliquera notre position lors des négociations tarifaires.

« Un business angel fantôme »

Les business angels quant à eux, peuvent se révéler être parasitaires. Certains promettront des conseils pertinents et un accompagnement sur la durée en échange de quelques parts de capital, pour finalement se révéler être inutiles.